Le PSOE et Podemos veulent diviser par deux les amendes de la nouvelle loi Gag à ceux qui facturent moins de 1 447 euros par mois

Les partenaires s’engagent à réduire les pénalités de 50% pour ceux qui perçoivent un salaire jusqu’à 1,5 fois le SMI ou qui paient volontairement la pénalité

Émeutes à Madrid après l'arrestation
Émeutes à Madrid après l’arrestation du rappeur Pablo Hasl.Emilio MorenattiPA
  • Politique « Progressivité » pour abroger la loi du bâillon : le PSOE et Podemos conviennent que les amendes sont appliquées en fonction de la « capacité économique »
  • Politique Le PSOE et United On peut avancer vers un « principe d’accord » pour abroger la loi bâillon

Le PSOE et United We Can ont convenu que les amendes du prochain Loi sur la sécurité des citoyens peut être réduit de moitié au maximum sur la base du salaire minimum interprofessionnel (SMI) dans le cadre du paquet d’avenants convenus entre les deux partenaires au projet de loi PNV visant à réformer celui que ses détracteurs appellent Loi sur le bâillon.

Les conditions dans lesquelles cette « réduction de l’amende » a été convenue sont les suivantes : « Pour les personnes qui prouvent qu’elles perçoivent un salaire jusqu’à 1,5 fois le Salaire Minimum Interprofessionnel, la réduction sera de 50 %. qu’ils perçoivent un salaire compris entre 1,5 et 2,5 fois le Salaire Minimum Interprofessionnel, la réduction sera de 25 %.

C’est par ces mots que cette modification est précisée dans le paquet d’amendements conjoints envoyé par le PSOE et United We Can, et publié ce mercredi. Ainsi, les sanctionnés qui facturent moins de 1 447,5 euros par mois en 14 versements verront leur pénalité réduite de moitié. Il en va de même pour ceux qui acceptent de payer l’amende volontairement.

Après 40 prorogations à la Table du Congrès, le PSOE et United We peuvent accélérer le déblocage du projet de loi sans régler le point de plus grande divergence entre les deux, qui est l’élimination ou non des soi-disant retours à chaud. Pour le moment, les deux parties ont convenu d’extraire toute mention de ces refus frontaliers de la nouvelle loi sur la sécurité citoyenne, mais cette action continuera d’être inscrite dans le Droit des étrangers. Bien que les deux parties aient promis de modifier également ce texte, aucune échéance n’a été fixée pour cette opération.

L’une des nouveautés convenues entre les deux formations pour le nouveau schéma de la Loi sur le bâillon Il s’agit d’étudier la capacité économique de la personne sanctionnée lors de l’imposition d’une peine, « en tenant compte de sa situation personnelle, familiale et sociale », dans le but d’appliquer la progressivité dans les amendes. Un point sur lequel les deux partenaires ont approfondi avec le point introduit sur l’allègement des sanctions basé sur le SMI.

« Si cette pondération a été effectuée, il est conclu que la sanction correspondante n’est pas proportionnelle à la situation économique du responsable », développe l’amendement proposé par les socialistes et violets, « Le paiement du montant de l’amende sera réparti dans la forme et dans le délai jugés appropriés, toujours dans le délai prévu pour la prescription de la ou des sanctions infligées ».

Vous pourriez également aimer...