Le PSOE répond aux critiques de Podemos à la montée de la lumière: « un effort » a déjà été fait

Les socialistes se défendent et s’assurent qu’ils ont agi contre la précarité énergétique et qu’ils respectent l’accord du gouvernement

Pedro S

Pedro Sánchez, lundi, lors de la réunion du comité de surveillance des coronavirus.
BASSIN

  • Économie.

    La lumière continue son escalade mais le gouvernement refuse de baisser la TVA de l’une des factures les plus chères d’Europe

  • Filomena.

    Podemos disparaît dans la gestion de la tempête et fait opposition interne au PSOE au sein du gouvernement

L’aile socialiste du gouvernement a tenté de se contenir ces jours-ci après la critique continue de Podemos à la hausse du prix de l’électricité. La persistance à garder ouverte cette nouvelle ligne de confrontation interne a conduit le PSOE à intervenir dans le conflit, à un moment où la formation habitation il n’est pas impliqué – en partie parce qu’ils manquent de compétences – dans la gestion de l’urgence du froid et de la neige.

Hier, le porte-parole parlementaire de Podemos, Pablo Echenique, s’est déchargé de toute responsabilité de l’augmentation de la facture énergétique sur le PSOE « Les pouvoirs pour les mettre en œuvre ne se trouvent pas dans les ministères de United Podemos », a-t-il déclaré. Et le secrétaire d’État aux droits sociaux, Nacho lvarez, a rappelé aux socialistes le pacte gouvernemental visant à «baisser le prix de la facture». « Cet accord doit être mis en œuvre maintenant. »

Des sources du PSOE ont répondu aujourd’hui que l’exécutif avait fait un «effort soutenu». Des «mesures sociales» ont été approuvées contre la précarité énergétique. Et en outre, des travaux sont en cours sur un nouveau cadre réglementaire, dans lequel des mesures ont déjà été prises telles que «l’élimination de la taxe solaire», les «enchères renouvelables», la «promotion de l’autoconsommation», «l’efficacité énergétique», le « la promotion de l’épargne dans la partie du taux fixe »et la« création d’un fonds pour la durabilité du système électrique.

Ce sont, soulignent-ils, des changements « très importants », dont certains « sont inclus dans l’accord de coalition », qui « ont un impact positif sur la confiance des consommateurs et des investisseurs ». De cette manière, les socialistes rejettent qu’ils ne respectent pas l’accord du gouvernement avec Podemos. Cependant, ils partent du principe que les travaux doivent se poursuivre pour «améliorer le fonctionnement du marché» et «protéger les consommateurs dans le cadre réglementaire européen».

La porte-parole du gouvernement et ministre des Finances, Mara Jess Montero, a défendu hier que nous sommes confrontés à une « hausse spécifique due à l’augmentation de la demande et au manque d’énergies renouvelables ». « Ce ne sera pas une hausse qui s’applique de manière linéaire au consommateur et il va falloir voir quel en sera l’effet sur l’ensemble du mois », a-t-il ajouté. La partie socialiste de l’exécutif rejette la création d’une entreprise publique d’énergie, comme le propose Podemos, ou une réduction de la TVA sur le prix de l’électricité, ce qui ira à l’encontre de la position de la UE.

Vous pourriez également aimer...