Le roi Juan Carlos retourne en Espagne et se réfugie dans la maison de son ami

L’émérite revient après presque deux ans à Abu Dhabi. À l’aéroport de Vigo, il n’a été reçu que par l’Infante Elena et l’armateur Pedro Campos, chez qui il séjourne ce week-end

Le roi Juan Carlos I est déjà en Espagne

Lorsque l’avion du roi émérite est entré hier dans l’espace aérien espagnol, le pilote de l’avion a mis le son provenant de la tour de contrôle sur le haut-parleur. « Votre Majesté, bienvenue en Espagne », a proclamé le contrôleur aérien, auquel Jean Charles Ier n’a pas pu retenir ses larmes, selon des sources proches du monarque.

Peu de temps après, à 19h13 ce jeudi, il a atterri à l’aéroport de Vigo. Le père de la transition, le sauveur de la démocratie après le coup d’État du 23-F, le chef de l’État pendant près de quatre décennies est arrivé dans son pays sur un vol privé, parcourant le même chemin qu’il avait parcouru le 3 août 2020, quand il quitta l’Espagne, également par les terres galiciennes. Puis il est parti sous la pression de la Maison Royale.

Après des années de scandales, à commencer par le cas nous et une chute intempestive au Botswana et s’est terminée par la publication de son lien avec la Fondation Lucum. Pointé du doigt par son propre fils, qui dans un communiqué a renoncé à tout héritage de son père, Don Juan Carlos a dû tranquillement quitter le pays qu’il avait contribué à construire après la dictature. Il s’en va Abou Dabi dans une retraite qu’il pensait être temporaire, tandis que le parquet enquêtait sur ses déplacements et étudiait s’il pouvait être inculpé d’un crime pour les années où il n’avait pas été inviolable. Mais lorsque l’équipe de Dolores Delgado a clôturé les affaires que le roi avait pendantes, sans aucune sorte de condamnation, loin de pouvoir retourner en Espagne, Don Juan Carlos a envoyé une lettre à son fils dans laquelle il déclarait que son souhait était d’établir sa résidence à Abou Dabi. C’est mon but d’organiser ma vie personnelle et mon lieu de résidence dans des zones à caractère privé pour continuer à jouir de la plus grande intimité possible, ai-je prié.

Et ce fut le retour de l’ancien chef de l’Etat, comme celui d’un retraité. Deux voitures de la Garde civile et la même de la Police nationale montaient la garde devant l’entrée des autorités de l’aéroport de Sanxenxo. Bon nombre de médias s’attendaient à ce que avion Gulfstream G450 avec plaque d’immatriculation Aruba et exploité par la compagnie aérienne angolaise Bestfly, qui a amené l’ancien roi d’Espagne. Il n’y avait plus d’enquête du parquet, ni de raison de se cacher.

C’est peut-être pour cette raison que l’avion a atterri à portée de caméra de la presse assemblée. Don Juan Carlos, dont seules trois photographies avaient émergé au cours de ces presque deux années, est descendu seul de l’avion, après deux escortes. Au pied de l’escalier, l’homme habitué à être reçu par une cour, aux tapis rouges et aux honneurs, était avec l’infante Elena, Pedro Campos et sa femme, Cristina Frances, qui, les mains entrelacées, sourit à l’étreinte du père et de la fille. C’était tout. Il y avait aussi une légère révérence de Doa Elena lors de la première rencontre en Espagne avec son père.

Retrait de la vie publique

Don Juan Carlos, habitué des voitures de fonction et des gros dispositifs de sécurité, a été traité ce jeudi comme la personne privée considérée par la Maison royale depuis qu’il s’est retiré de la vie publique. C’est pourquoi il monta dans la voiture de son ami Campos et, escortés de seulement deux véhicules, ils se mirent en route vers la maison de l’armateur galicien.

Le roi dort dans une chambre d’une maison unifamiliale à son retour en Espagne. Il rentre chez lui, mais pas chez lui. Et peu importe ce qu’il va faire ces jours de régate en mer, où il retrouve la liberté, comme il l’a avoué en 2012. A l’issue de cette édition, une petite équipe de sécurité de la Maison Royale s’était déplacée vers Sanxenxo, mais ils n’avaient pas ordre d’organiser quoi que ce soit pour ce vendredi, jour où Don Juan Carlos sera exposé à la presse pour la première fois depuis des années, dans les régates.

Ce sera l’occasion de le voir en déplacement, de savoir comment il va, peut-être de répondre à la question de savoir si l’Espagne lui a manqué, s’il a envie de revenir vivre ici à un moment donné. Ode pourquoi il se rend à la Zarzuela en tant qu’invité ce lundi, s’il est vrai qu’ils ne le laisseront pas retourner dans son Palais d’une autre manière.

Car les trois jours que Don Juan Carlos va passer à Sanxenxo sont la préparation du moment le plus inconfortable pour l’ancien Roi : le retour à la Zarzuela. Lundi, il rencontrera Doa Sofa, Don Felipe et d’autres membres de la famille dans ce qui était sa maison. Ce sera une rencontre de pas plus de six heures, qui se terminera avec Don Juan Carlos en route vers l’aéroport pour prendre un autre vol privé vers Abu Dhabi.

Et peut-être qu’après quatre jours en Espagne, dans les huit heures de retour à Abu Dhabi, dans un avion avec ses escortes, le roi se souviendra de ce message à la nation après avoir neutralisé le 23-F ou celui-là je suis désolé, j’ai gagné ça ne se reproduira plus après le Botswana et 39 ans sur un trône qui est maintenant si loin.

Vous pourriez également aimer...