Le Roi présidera à nouveau la livraison des bureaux des juges à Barcelone

Après le veto subi l’an dernier par le gouvernement, le monarque conduira le 29 l’acte de la nouvelle promotion à l’Auditorium de Barcelone.

Felipe VI, dans le Palais d'El
Felipe VI, à l’Elseo Palace, ce jeudi, pour participer au Forum de Paris sur la paix.AFP
  • L’acte de 2020 Le Gouvernement met son veto à la présence du Roi à la cérémonie à Barcelone pour la remise des dépêches aux juges
  • La réponse Le roi a téléphoné à Lesmes pour l’informer qu’il aurait aimé être à l’événement de Barcelone

La Commission permanente du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) a approuvé hier que la remise de 70 promotions des juges aura lieu le lendemain 29 à Catalogne, plus précisément, dans le Auditorium de Barcelone.

Selon des sources de l’organe à LE MONDE, la date a été fixée en coordination avec le Palais de la Zarzuela, puisque cette année, ce sera Felipe VI qui présidera l’acte solennel après que dans l’édition précédente la présence du monarque a été refusée par le gouvernement de Pedro Sánchez dans un transfert aux forces indépendantistes.

L’exécutif n’a pas offert publiquement d’explication claire sur la raison du camouflet avec le chef de l’État, mais ils ont laissé entendre que la présence de Felipe VI à certaines dates délicates en Catalogne n’aiderait pas à dégonfler la situation politique.

C’était le 25 septembre 2020, il restait quelques jours avant l’anniversaire du 1-O et l’on était sur le point de connaître -il arriva trois jours plus tard- la décision de la Cour suprême qui disqualifiait le Président de la Generalitat Quim Torra lorsqu’il a été fermement condamné pour délit de désobéissance.

Cependant, il est de tradition que l’instance dirigeante des juges invite le chef de l’Etat à présider la cérémonie où les juges viennent de quitter le École judiciaire sont investis pour exercer la fonction juridictionnelle. De la même manière, il est d’usage que la date de l’acte soit établie en fonction de l’agenda du Monarque.

Sans surprise, l’absence du roi l’an dernier à Barcelone a généré un profond malaise et une stupeur au sein de la carrière judiciaire. Un secteur de la CGPJ a décidé de publier un communiqué rappelant que, selon le Constitution, La justice est rendue au nom du Roi. Pour leur part, trois des quatre associations judiciaires –Association professionnelle de la magistrature, Association Francisco de Vitoria et Forum judiciaire indépendant– Ils ont publié des communiqués séparés exigeant des explications du gouvernement.

La présence du Roi dans l’acte va bien au-delà du protocole. Il a une énorme dimension constitutionnelle et politique, expression du soutien permanent de la Couronne au pouvoir judiciaire dans sa défense de la Constitution et de la loi au profit de tous les Espagnols que nous servons, a déclaré le président du CGPJ et de la Cour dans son discours Suprême Carlos lesmes. La cérémonie d’envoi s’est terminée par un vif vive le roi et Felipe VI lui-même ont téléphoné à Lesmes ce jour-là pour lui faire savoir qu’il aurait aimé assister à la cérémonie.

C’est lors de l’ouverture de l’Année Judiciaire qui s’est tenue en septembre dernier à la Cour Suprême, que le CGPJ a demandé au Monarque d’assister à la prochaine livraison de dépêches à Barcelone. Par ailleurs, il arrive qu’à cette occasion, l’acte se déroule à nouveau dans l’auditorium de Barcelone, cadre traditionnel de sa célébration, après deux ans d’impasse. L’année dernière, en raison de la pandémie de Covid-19, la cérémonie était moins fréquentée et s’est déroulée au siège de l’École judiciaire tandis qu’en 2019, l’événement s’est déplacé à Madrid à l’occasion du 25e anniversaire.

Depuis 1987, la remise des charges aux nouveaux juges a toujours eu lieu à Barcelone -car l’École de la magistrature y est située- et elle a toujours été présidée par le chef de l’État. De plus, depuis que Felipe VI a été couronné roi en 2014, il n’a jamais manqué le rendez-vous susmentionné avec la magistrature.

Dans la 70e promotion des juges, 188 étudiants rejoindront la carrière judiciaire. 71,28% sont des femmes (134) contre 28,72 des hommes (54).

134 femmes. Jusqu’à 71,28% des nouveaux magistrats qui rejoignent la carrière judiciaire dans différentes régions d’Espagne sont des femmes.

54 hommes. Sur les 188 juges qui composent la nouvelle classe de toges, seuls 54 sont des hommes. C’est-à-dire qu’ils représentent 28,72 % du total.

Moyen-Age. Les statistiques du Conseil Général du Pouvoir Judiciaire montrent que l’âge moyen pour qu’un juge accède à la fonction judiciaire est de 28 ans.

Vous pourriez également aimer...