Le séparatisme vire au harcèlement du castillan : « La langue catalane est au centre de l’action du gouvernement »

Delacin aux enseignants, espionnage dans les salles de classe, enquêtes auprès des enfants sans autorisation parentale ou désobéissance pour maintenir l’immersion prouvent une action coordonnée contre les espagnols

Tente de la plate-forme per la Llengua.
Tente de la plate-forme per la Llengua.EM
  • Langue La Generalitat de Catalua ordonne aux directeurs d’espionner les enseignants qui parlent espagnol : « Nous vous donnerons des outils pour entrer dans les salles de classe »
  • Langue Le gouvernement de Catalogne demande aux enfants dans le dos de leurs parents s’ils parlent espagnol à l’école

La langue catalane et la normalisation linguistique sont à nouveau au centre de l’action du Gouvernement. Nous promouvons une nouvelle étape de la politique linguistique qui vise à atteindre une pleine normalité sociale pour la langue catalane. Cette semaine, le Ministre de la Culture de la Generalitat a défendu cette semaine au Parlement, Natlia Garriga, l’obstination du Cabinet qui préside Père Aragons pour avoir approfondi la persécution du castillan, au point d’en faire un axe prioritaire du mandat.

Compte tenu de l’incapacité manifeste de se mettre d’accord sur la nouvelle feuille de route du procsLe mouvement indépendantiste a trouvé dans la défense exacerbée du monolingisme catalan un élément de consensus pour continuer à encourager la confrontation avec l’État et avec la Justice ; aussi continuer à alimenter la division sociale et justifier sa propre existence devant une masse électorale toujours fidèle, mais de plus en plus désenchantée des partis qui représentent la cause séparatiste.

La réaction institutionnelle à la décision de la Cour suprême qui annule l’immersion linguistique et oblige 25% des matières à être enseignées en espagnol dans les écoles de Catalogne, le mépris annoncé du ministère de l’Éducation de la Generalitat, est la preuve la plus publique d’une stratégie beaucoup plus chorale pour empêcher l’espagnol de gagner du terrain sur le catalan, notamment dans l’usage social de la langue, principale préoccupation du gouvernement.

ERC dirige d’une main de fer cette manœuvre planifiée depuis le début de la législature, lorsqu’elle a arraché le portefeuille de la Culture à Junts, dont dépend le ministère de la Politique linguistique, afin de développer une action coordonnée pour coincer le castillan.

Le 26 octobre, tous les services de la Generalitat sont appelés à multiplier l’action de normalisation linguistique de tous les côtés possibles ; du domaine de la Justice, à celui de la Santé ou de l’Intérieur, en passant, bien évidemment, par celui de l’Éducation. Tout le monde travaille dans deux directions : faire du catalan la langue d’usage normale dans le secteur public et projeter l’usage de la langue au-delà des usages internes, a déclaré cette semaine le secrétaire à la politique linguistique, Francesc Xavier Vila, dans un discours prononcé dans un conférence pour analyser le déclin supposé du catalan dans les écoles, à laquelle ce journal a eu accès.

Comme EL MUNDO l’a révélé ces derniers mois, les actions de la Generalitat pour marginaliser et cibler le castillan ont été multiples. Le gouvernement a commencé en septembre à ordonner aux universités de dresser des listes noires de professeurs qui enseigneraient leurs cours en espagnol. Depuis cette année académique, le Cabinet dirigé par Aragons a commencé à exiger que les centres universitaires préparent des rapports semestriels sur les incidents linguistiques dans les changements de langue.

L’exécutif catalan a promu cette exigence après la revendication insistante des syndicats partisans de l’indépendance, qui ont ensuite créé une page Web -en collaboration avec l’ANC et la Plataforma per la Llengua- pour dénoncer les enseignants qui utiliseraient l’espagnol dans leurs cours.

Parallèlement, les recteurs des huit universités publiques catalanes se sont engagés à étendre l’immersion linguistique aux campus, imposant 80 % des carrières en catalan.

La pression sur le tissu universitaire – qui comprend également les attaques contre les jeunes constitutionnalistes de S’ha Acabat par les mêmes groupes qui dénoncent les enseignants – s’est ensuite déplacée vers les écoles.

Renforcement de la surveillance

Le 4 novembre, le conseiller d’éducation, Josep Gonzlez-Cambray, a annoncé le lancement du soi-disant Plan de promotion de la langue catalane dans les centres éducatifs. Sur la base de ses propres études qui indiquaient une diminution théorique de l’utilisation du catalan dans les écoles, tant par les enseignants que par les élèves, la Generalitat a annoncé qu’elle renforcerait la surveillance pour éviter que l’immersion ne soit rompue. Quelques heures plus tard, le conseiller rencontrera par télématique plus de 3 000 directeurs d’écoles catalanes pour communiquer des directives précises. La Generalitat a ordonné aux directeurs de faire des observations dans les salles de classe pour vérifier si les cours étaient dispensés en catalan, d’opposer son veto à l’embauche d’activités parascolaires et d’excursions qui seraient effectuées en espagnol ou d’instruire les nouveaux enseignants qui rejoignaient les écoles afin que ils connaissaient la situation linguistique du pays. Pour cela, le gouvernement a également avoué faire pression sur les universités pour que les professeurs en formation finissent la course alignés avec l’immersion, conscients qu’ils sont des modèles de la langue catalane.

Lors de ce même conclave, la Generalitat a informé les écoles que le Sndic de Greuges leur enverrait une enquête pour connaître les usages linguistiques de leurs élèves de 5e primaire et de 3e de l’ESO. Le médiateur catalan, avec le soutien du ministère de l’Éducation, a demandé que le questionnaire soit répondu sans avoir besoin de l’autorisation des familles, c’est-à-dire en tournant le dos aux parents. Le test – couvert par ce journal mercredi dernier – comprend des questions qui permettent d’identifier quels enseignants enseignent leurs matières en espagnol, ainsi que la langue que les écoliers utilisaient pour interagir avec leurs camarades de classe.

La fixation du Cabinet d’Aragon avec la langue explique que la principale condition pour approuver les budgets généraux de l’État est l’inclusion dans la nouvelle loi audiovisuelle d’un quota catalan de 6% pour les plates-formes de Diffusion. Pour des entreprises comme Netflix, que le secrétaire à la politique linguistique encourage à boycotter.

La peur que les enfants perçoivent le catalan comme une simple langue académique révèle un nationalisme, celui qui recherche la complicité du PSC et du commun blanchir sa stratégie de harcèlement linguistique par l’approbation d’un Pacte national pour la langue au début de l’année prochaine. Défendre le gouvernement de la nécessité de parvenir à un large consensus pour que le catalan atteigne un statut de véritable normalisation, à travers le blindage juridique de l’immersion et, par conséquent, les plans de contrôle du castillan.

Vous pourriez également aimer...