Le syndicat majoritaire de la police déclare le conflit collectif pour « l’inaction » du gouvernement

Il critique le fait que l’égalité salariale, la journée de travail et les processus sélectifs n’ont pas de voie et annonce des protestations et des mobilisations

Représentants de Jupol avec son président Aar
Des représentants de Jupol avec son président, Aarn Rivero, ce matin.LE MONDE

Le syndicat majoritaire de la police a une fois de plus mis le ministre de l’Intérieur en raison de la stagnation de leurs revendications. Jupol ne se sent pas entendu sur trois points qu’il juge « fondamentaux »: l’égalité salariale, les processus de sélection et les horaires de travail. Après l’interruption des communications, Jupol a déclaré aujourd’hui le conflit collectif.

Cette décision creuse le fossé entre le groupe de police et le département de Fernando Grande-Marlaska qui, comme Jupol l’a prévenu, devra faire face à des protestations et des manifestations. « Nous n’allons pas rester les bras croisés face à l’inaction du gouvernement », ont-ils condamné. L’organisation majoritaire en Conseil de police Nacional a attribué à la relation « nulle » avec la Direction générale que leurs revendications n’avancent pas.

Aaron Rivero, secrétaire général de Jupol, a rappelé que la péréquation salariale, sa revendication « historique », n’a pas été abordée et est, a-t-il ajouté, « incomplète ». En outre, une modification du fonctionnement du Conseil de police est demandée, car il considère qu’« il ne sert que d’enceinte à l’Administration pour annoncer ses intentions aux organisations syndicales et, en règle générale, il ne tient pas compte allégations ou propositions. « .

En outre, il a souligné que « le projet de Décret royal des processus sélectifs et l’absence de négociation de la journée de travail ont été les déclencheurs pour présenter ce conflit collectif, ainsi que d’autres sujets oubliés par le ministère de l’Intérieur et par la Direction générale de la police ».

Le syndicat souligne également que l’égalité salariale entre les Gendarmerie nationalela La gendarmerie et le reste des forces de police autonomes « faussement fermées » en 2018. « On en a déjà marre des promesses non tenues, que pour le même travail on n’ait pas le même salaire, qu’on n’ait pas une retraite décente à 59 ans comme autres forces de police Et pendant ce temps, ni le ministre de l’intérieur ni la direction générale ne nous ont donné de réponse ou de solution à cette injustice.« a dénoncé Rivero.

De Jupol, ils observent cinq écarts salariaux entre la police nationale et la garde civile avec la police régionale : salaire mensuel, paiements extraordinaires, présence aux procès, heures supplémentaires et la deuxième activité ou la retraite anticipée.

Rivero a également demandé la mise en place définitive du quart de travail 6×6 : six jours de travail, six jours de congé, pour les unités de la police nationale qui autorisent ces rotations. C’est un virage qui a été mis en place avec l’arrivée de la pandémie et qui est toujours en vigueur.

Vous pourriez également aimer...