Le TC, sur le deuxième état d’alerte : « Le régime de contrôle du Congrès a été annulé »

  • Direct dernière minute sur le coronavirus
  • Échec Le CT annule la prolongation de six mois de l’état d’alerte et de co-gouvernance avec les communautés autonomes

« Le régime de contrôle qui en garantie des droits de tous correspond au Congrès des députés a été annulé sous l’état d’alerte. » Pour cette raison principale, la Cour constitutionnelle a partiellement fait droit au recours de Vox contre le deuxième état d’alerte décrété lors de la pandémie de Covid-19 et a déclaré inconstitutionnelle la prolongation de six mois de ce même, ainsi que la soi-disant co-gouvernance avec l’autonomie .

Dans une phrase, présentation du magistrat Antoine Narvez, le tribunal comprend que « la détermination temporaire de cette prolongation de six mois a été prise d’une manière totalement incompatible avec le sens constitutionnel propre à l’acte d’autorisation et sans aucune cohérence, même avec les motifs invoqués par le Gouvernement pour presser le prolongation finalement accordée ».

Par conséquent, l’organe de garantie constitutionnelle souligne que la fixation de la durée d’une prolongation pour une période de six mois ne peut être considérée comme raisonnable puisque le Congrès l’a établie sans aucune certitude sur les mesures qui allaient être appliquées, quand elles allaient être appliquées. appliqués et pendant combien de temps ils seront efficaces dans certaines parties ou d’autres de l’ensemble du territoire national auquel l’état d’alarme s’est propagé.

L’arrêt souligne que l’extension a été autorisée alors que les mesures limitatives des droits incluses dans la demande n’allaient pas être appliquées immédiatement par le Gouvernement, puisque sa mise en œuvre était subordonnée à ce que les présidents des communautés autonomes en avaient ainsi décidé, donc cette autorisation a été donnée sans savoir quelles mesures allaient être appliquées pour lutter contre la pandémie. A ce titre, ce qui mérite la censure constitutionnelle n’est pas la durée de la prorogation, en elle-même et sans plus, mais le caractère déraisonnable ou infondé, compte tenu de l’accord adopté par le Parlement dans son ensemble, de la décision par laquelle elle a été instituée. .

Pour la Cour constitutionnelle, l’exigence constitutionnelle de l’établissement d’un certain délai pour la prolongation a été déformée dans ce cas par la Chambre basse, qui a automatiquement fait celui proposé par le gouvernement dans une demande qui n’était pas liée à l’application des mesures qui devaient régir cette période.

En outre, le contrôle exigé du Congrès sur la demande d’autorisation présentée par le Gouvernement ne s’étendait pas aux mesures applicables ni à la correspondance qui devrait exister entre la période de prolongation autorisée de six mois et les mesures qui devraient être appliquées.

Concernant le deuxième aspect du recours Vox estimé dans l’arrêt, la soi-disant co-gouvernance avec les communautés autonomes, le TC déclare que cette décision du Gouvernement, entérinée avec son autorisation par l’Assemblée plénière du Congrès des députés, contrevient au dispositions de la loi organique aux réserves par l’article 116.1 du Constitution la régulation des états de crise et les pouvoirs et limitations correspondants.

En outre, ses effets juridiques n’étaient pas conciliables avec les relations institutionnelles car le Gouvernement a initialement consenti à la délégation sans aucune réserve d’instructions, un contrôle effectif et une éventuelle certification du Gouvernement lui-même et, à l’occasion de l’autorisation de la prorogation, le Congrès des Les députés s’y opposent à la délégation en général et sans établir de critères relatifs à ce que les autorités déléguées pourraient agir sur leurs territoires respectifs.

En ce sens, les magistrats indiquent que le Congrès a été privé d’abord, puis a été privé de son pouvoir de contrôle et de contrôle des actions des autorités gouvernementales pendant la prolongation de six mois. L’arrêt souligne que « le régime de contrôle qui, en garantie des droits de tous, correspond au Congrès des députés sous l’état d’alerte a ainsi été annulé. Un contrôle parlementaire qui est aussi au service de la formation d’une opinion publique active et vigilant et qui ne peut en aucun cas être contourné dans un État de droit en crise ».

En ce qui concerne la limitation de la liberté de circulation des personnes la nuit, connue sous le nom de couvre-feu, pendant toute la durée de validité de l’état d’alerte, la Cour constitutionnelle comprend qu’une telle limitation « doit être considérée comme une mesure adéquate pour lutter contre cette évolution négative de la pandémie, car elle était confrontée à une situation à risque qui avait été détectée comme favorisant les contagions, celle des rencontres sociales survenues dans les heures de la nuit précédant l’état d’alarme ».

De plus, « elle est proportionnée à la réalisation d’un but constitutionnellement légitime d’intérêt général pour la communauté sociale, tel que la préservation de la vie ».

Différents types de confinement

La phrase exprime également les différences qu’elle a appréciées entre le confinement général convenu lors du premier état d’alerte et celui convenu lors du second, limité uniquement aux heures de la nuit, avec moins d’activité sociale et professionnelle. Par conséquent, il a été apprécié que, dans ce cas, il n’y avait qu’une limitation et non une suspension de l’exercice du droit.

D’autre part, l’interprète suprême de la Magna Carta approuve également la constitutionnalité de la limitation d’entrée et de sortie des personnes dans les communautés autonomes et les villes ou dans les zones territoriales inférieures, soulignant également les différences entre la situation du premier état d’alarme concernant la seconde, appuyée par les mêmes raisons. L’arrêt souligne que ladite mesure a passé le test de proportionnalité, car « elle était adéquate car capable de remplir un objectif légitime tel que celui de réduire substantiellement la mobilité du virus » et « nécessaire pour faire face aux mutations confirmées du virus ». . virus et sa propagation croissante, ainsi que l’augmentation prévisible de la pression sanitaire et hospitalière ». De même, la limitation de la permanence des groupes de personnes dans les espaces publics et privés et dans les lieux de culte est considérée comme une mesure nécessaire et adéquate avec les mêmes arguments mentionnés ci-dessus.

Vœux privés

La sentence a été appuyée par six voix pour et quatre contre le président Juan Jos Gonzlez Rivas et les magistrats du secteur progressiste Juan Antonio Xiol, Mara Luisa Balaguer et Cndido Condé-Pumpido.

Dans son vote, Gonzlez Rivas défend que, selon lui, le Congrès des députés n’a pas été privé des instruments de contrôle pendant la validité de l’état d’alerte prolongé. Ce magistrat estime que le décret qui a autorisé l’extension n’a pas exercé un transfert de propriété attributif de pouvoirs, mais une simple délégation, maintenant les contrôles de l’autorité délégante qu’était le Gouvernement et qui pouvait être révoquée à tout moment.

Pour le président de la Cour constitutionnelle, le cadre général établi dans les textes normatifs applicables offrait suffisamment de sécurité et de sécurité juridique aux citoyens.

D’autre part, la peine comprend également une opinion privée formulée par le magistrat Juan Antonio Xiol Ros, qui n’est pas d’accord sur l’inconstitutionnalité de la co-gouvernance. Elle considère que la différence entre une délégation abusive opérée par une disposition ayant force de loi telle que le décret d’alerte, avec sa propre délégation de nature administrative, et la pertinence de celle-ci dans le cadre de l’analyse de la loi, a n’a pas été suffisamment analysée constitutionnalité des accords contestés.

La sentence a également le vote particulier de l’ancien procureur général de l’État de Conde-Pumpido, qui considère que tant l’autorisation parlementaire de la prolongation de l’état d’alarme que sa prolongation temporaire, ainsi que le système d’action par délégation dans le présidence des communautés Les États ou villes autonomes dotés d’un statut d’autonomie étaient conformes à la Constitution.

À son avis, les mesures adoptées sont conformes au canon de proportionnalité car elles répondent au seul objectif de protéger la santé et la sécurité de l’ensemble de la population, de contenir la progression et la propagation de la maladie et de renforcer les services de santé et sociaux. De même, la période de prolongation de six mois est nécessaire, adéquate et proportionnée pour que l’application des mesures puisse produire les effets pratiques escomptés, c’est-à-dire qu’elles soient réellement efficaces pour atteindre l’objectif de sauvegarde de la santé et de la sécurité des citoyens. D’autre part, le système de co-gouvernance conçu par le décret royal d’alarme et autorisé par le Congrès s’ajuste à la réalité de compétence de notre État autonome et à la réalité factuelle actuelle de la pandémie qui nécessite une application différenciée par territoires et dans le temps, des mesures nécessaires, car la gravité de la pandémie n’était pas la même dans chaque Communauté autonome ni n’évoluait temporellement de manière homogène dans tout le pays.

En outre, Conde-Pumpido estime qu’il s’agit d’un système parfaitement conforme à la conception constitutionnelle de l’état d’alarme puisque la gestion décentralisée ne signifie pas la déresponsabilisation du Congrès des députés ou un prétendu abandon ou omission dans l’exercice du contrôle. fonctions qu’elles sont les siennes.

Enfin, la juge Mara Luisa Balaguer est également en désaccord non seulement avec la décision, mais aussi avec les arguments développés par la plénière. À son avis, le développement jurisprudentiel du droit constitutionnel d’exception, formulé par le tribunal, n’a aucun lien avec la conception actuelle de l’État autonome et vise une interprétation incohérente de la Constitution.

Vous pourriez également aimer...