Le tribunal d’Alicante acquitte Sonia Castedo d’amour de l’urbanisme en faveur de l’homme d’affaires Enrique Ortiz

Elle parvient à cette conclusion faute de preuves et la Chambre considère que le crime de corruption abusive pour avoir accepté une veste est prescrit

Sonia Castedo avec Enrique Ortiz et luis D
Sonia Castedo avec Enrique Ortiz et Luis Daz Alperi.LE MONDE

La Public d’Alicante a acquitté l’ancien maire Sonia Castedo de l’amao du Plan Général d’Urbanisme (PGOU) de la ville. La résolution de la Chambre intervient après neuf ans de contrôle judiciaire de l’affaire.

Les trois magistrats indiquent dans leur condamnation que Castedo et cinq autres prévenus ont été acquittés faute de preuves ou de prescription d’infractions pénales.

Ainsi, la Chambre a condamné le paiement d’amendes de 6 000 et 18 000 euros, respectivement, à l’ancien maire et mentor de Sonia Castedo Luis Daz Alperi et l’homme d’affaires Enrique Ortiz -le financier avoué de ‘Grtel’-comme auteurs d’un crime de corruption.

Au lieu de cela, il les a acquittés, comme il l’a fait avec l’ancienne maire Sonia Castedo et avec les cinq accusés restants,

La sentence, qui compte 295 pages et qui a été notifiée aux parties ce mercredi, peut désormais faire l’objet d’un appel en appel devant la deuxième chambre du Cour suprême.

Les faits poursuivis remontent à 2008, 2009 et 2010, période au cours de laquelle l’élaboration du PGOU d’Alicante et son exposition publique ont culminé.

Les magistrats de la troisième section du tribunal provincial qui ont émis la résolution n’ont considéré comme faits susceptibles de condamnation que le don d’une veste de luxe faite par Enrique Ortiz à Castedo à Noël 2008 et la jouissance d’un voyage en Crète en avion privé, pour un montant de 36 000 euros, par Luis Daz Alperi en août de la même année.

Concernant la veste, cependant, le tribunal considère que le délit de corruption passive abusive que le conseiller a pu encourir est prescrit. Concernant le voyage accordé à Daz Alperi, la Chambre estime qu’il n’a pas été prouvé qu’il a été payé par Ortiz, mais par un autre homme d’affaires non accusé dans cette procédure, qui l’a fait « en raison de la position politique » détenue par le maire.

L’audience a rejeté la plupart des questions précédentes soulevées par les défenses des défendeurs concernant la possible violation des droits fondamentaux au cours de l’enquête.

Ainsi, bien qu’elle ait validé la plupart des interventions téléphoniques réalisées au cours de l’enquête, elle a prononcé la nullité des prolongations des écoutes téléphoniques effectuées sur l’épouse de l’homme d’affaires condamné.

Elle a également invalidé la validité des preuves relatives aux éventuelles irrégularités du PGOU d’Alicante recueillies dans certains registres, puisque ceux-ci avaient été chargés d’enquêter sur des événements dans une autre des branches du « cas Brugal ».

De manière générale, le tribunal considère qu’il n’y a aucune preuve que les anciens maires Daz Alperi et Castedo aient fourni des informations confidentielles sur l’urbanisme ou qu’ils aient influencé des techniciens et des fonctionnaires au profit d’Ortiz en échange de différents cadeaux et cadeaux.

Vous pourriez également aimer...