L’enquête contre Eduardo Tamayo pour extorsion d’un homme d’affaires est archivée

La Garde civile a cité comme enquêté l’avocat et ancien politicien qui a joué dans l’affaire 2003 de transfuguisme à l’Assemblée de Madrid qui a laissé Rafael Simancas sans la présidence

Le tr

Les fugitifs socialistes Eduardo Tamayo et Mara Teresa Sez, dans une image de 2004.
JOS AYMA

  • Tribunaux.

    La menace du fugitif Tamayo, à nouveau en sécurité: « Si vous ne payez pas, soyez implacable »

  • Bibliothèque de journaux.

    Le scandale ‘Tamayazo’, pas à pas

La Tribunal provincial de Pontevedra a définitivement mis de côté l’enquête judiciaire qui a tourmenté l’avocat et ancien politicien ces derniers mois Eduardo Tamayo, protagoniste en 2003 de l’affaire transfuguismo dans le Assemblée de Madrid qui a laissé Rafael Simancas sans la présidence. L’affaire enquêtait sur l’extorsion présumée d’un homme d’affaires galicien qui affirmait avoir été victime d’un complot orchestré par l’ancien politicien dans lequel ils exigeaient le paiement de 400000 euros sous menaces, mais la justice l’a renversé.

Le Tribunal d’instruction numéro 8 de Vigo a enquêté sur les faits après que l’industriel galicien a dénoncé et que la garde civile a cité Tamayo et cinq autres personnes comme enquêtées – non détenues -, parmi lesquelles le secrétaire général du syndicat Mains propres, Michel Bernard; un partenaire supposé, Eloy Barroco Jimnez; un journaliste de Ok journal; et deux hommes auraient été embauchés pour intimider l’homme d’affaires. Le juge d’instruction a déposé le dossier, le plaignant a fait appel et maintenant la Cour provinciale confirme le licenciement.

La décision de la cinquième section de l’audience, contre laquelle il n’y a pas de recours, est plus énergique que l’ordonnance de dépôt initiale et indique qu ‘«en principe, il est difficile de maintenir cet accord ou plan auquel participent tous les accusés». Le tribunal est donc d’accord avec Tamayo qui, il y a des mois, en conversation avec ce journal, a nié les faits et limité la procédure judiciaire aux mensonges du plaignant et à une dette impayée.

Le plaignant a désigné Tamayo comme le centre du complot et a souligné que Barroso avait présenté une fausse plainte contre le désormais appelant, déjà déposée; Bernard a semblé être un médiateur entre les parties, bien qu’il ait agi en faveur de l’ancien politicien; et le journaliste sera intimidant en publiant des nouvelles sur les « boules » dans Guinée équatoriale ou sa relation avec les autorités municipales de Vigo. Dans ces faits voir les crimes de menaces, calomnies et insultes, violation de secrets et extorsion.

Le tribunal renverse toutes ces affirmations et estime «difficile à fonder» que l’accusation du journaliste était «motivée par cette volonté d’intimider» et qu’il «n’y a aucun fondement pour soutenir une accusation» contre Bernard. La Cour ne voit pas non plus de cohérence dans l’enquête sur les deux prévenus qui se sont présentés dans les locaux de l’entreprise du requérant pour recouvrer une créance selon lui qui n’existait pas, car malgré le fait qu’ils avaient un teint physique musclé et qu’un salarié a indiqué que leur présence était intimidant, il n’y a aucune preuve qu’ils aient fait une quelconque menace.

En ce qui concerne la participation de Tamayo, le plaignant a axé ses accusations sur un message controversé que Tamayo lui a envoyé – « … si vous ne payez pas, vous saurez pour moi sans relâche. » Le tribunal tire le dictionnaire et fait valoir qu’implacable signifie « qu’il ne pourra pas apaiser, ce qui est défini par le dictionnaire de la RAE comme apprivoiser, adoucir, atténuer », et conclut que ces qualificatifs qui « n’ont pas un caractère intimidant personnage ».

La relation professionnelle s’est terminée entre les deux

L’homme d’affaires galicien lui a également attribué un crime de violation de secrets parce qu’il avait fourni une série de documents délivrés par des entités publiques de Guinée équatoriale en 2018, une période au cours de laquelle le plaignant l’avait engagé pour le conseiller sur ses affaires dans ce pays africain. Le tribunal allègue que l’industriel reconnaît avoir engagé l’avocat pour l’aider à récupérer 13 millions d’euros dus à son entreprise. Pêche mondialeDe sorte que « il ne semble pas étrange que Tamayo ait en sa possession de tels documents, qui sont liés à la procuration qui lui a été conférée par l’appelant ».

L’ordonnance du tribunal provincial, à laquelle ce journal a eu accès, juge « impeccable » la décision du juge d’instruction de classer cette affaire, qui trouve son origine dans les relations de travail rompues entre Tamayo et l’homme d’affaires précité en Guinée équatoriale, où l’ancien politicien a reconstruit sa vie professionnelle et personnelle après Tamayazo.

Tamayo assure qu’il a une feuille de commission professionnelle signée dans laquelle il apparaît qu’il recevra une minute de 10% du montant qui a été obtenu dans un procès dans lequel il l’a représenté, mais qu’il l’a laissé devoir 400.000 euros. L’homme d’affaires nie qu’une telle dette existe et assure que les services sont déjà réglés, mais l’ancien député insiste sur le fait qu’ils le sont.

Après ce désaccord professionnel, il y a eu une plainte maintenant déposée et une autre traitée en Guinée pour fraude, insultes et calomnies, divulgation de secrets et accusations. Le Tribunal d’instruction numéro 2 de Malabo a ouvert une procédure et accepté d’ordonner la «fermeture des frontières» et un mandat de perquisition et d’arrêt contre l’avocat de Madrid.

Vous pourriez également aimer...