L’environnement de Carles Puigdemont a rencontré les renseignements russes à la recherche d’un soutien pour le procs

La Garde civile confirme les voyages de Josep Alay à Moscou et ses contacts avec des responsables russes

Père Aragon
Pere Aragons et Carles Puigdemont se saluent à l’entrée de la résidence de l’ancien président à Waterloo, en Belgique.Horst WagnerEFE
  • Chronique La « rêverie russe » de Puigdemont
  • Tribunaux Les pourparlers de « Volhov » révèlent le « coût » de l’indépendance : « Il faut 100 morts »

Le siège sur la connexion russe au processus d’indépendance se resserre. Un rapport de la Garde civile remis au tribunal d’instruction numéro 1 de Barcelone, qui enquête au sein de la soi-disant Étui Voloh opérations de financement irrégulières présumées par le mouvement indépendantiste, pointent vers le traitement régulier des Josep Llus Alay, historien et ancien chef de cabinet de Carles Puigdemont, avec Alexandre Dmitrenko. Un obscur homme d’affaires russe installé dans Catalogne pendant 17 ans, qu’il ministère de la Justice il a nié la nationalité espagnole en raison d’une « connaissance avérée » de « son travail pour les services de renseignement russes, dont il reçoit des missions ». De même, une enquête menée par différents services de renseignement européens confirme différents voyages d’Alay à Moscou, où il aura rencontré des responsables et des personnes liées aux services de sécurité russes.

Le rapport de la Garde civile, avancé par Le journal, souligne que les « crevaisons » sur le téléphone d’Alay ont détecté la médiation du bras droit de Puigdemont avec Dmitrenko pour la création de différents réseaux économiques et financiers entre Russie et la Catalogne. Par exemple, la vente de gaz ou de pétrole d’une entreprise russe à une entreprise chinoise. Le mode habituel de kremlin pour financer la déstabilisation dans d’autres pays. De même, Alay aurait manœuvré, selon leurs conversations, pour que Dmitrenko – qui a rencontré Puigdemont en Genève– a été nommé ambassadeur de la Chambre de commerce de Barcelone, alors présidée par l’indépendantiste radical Joan Canadell, aujourd’hui député JxCat au Parlement. Une possibilité qui, selon Alay, « nous ouvre beaucoup de choses à Moscou ». De même, avec l’avocat Gonzalo Boye, ils auraient contacté le chef d’un groupe criminel russe violent pour créer des mécanismes de financement secrets.

Mais la relation d’Alay et Puigdemont avec Dmitrenko, qui en 2016 a fondé la société à Londres Capitale Catrus et dont le but supposé était de stimuler les relations politiques et économiques entre la Catalogne et la Russie, serait allé bien au-delà de la recherche d’aides économiques pour le procs. Selon une enquête de la New York Times, citant différents rapports des services de renseignement européens, Alay s’est rendu à Moscou au printemps 2019 à la recherche d’un soutien politique aux plans de sécession. Lors de cette visite et des visites suivantes en Russie, le leader indépendantiste a rencontré d’anciens agents des services secrets russes, des fonctionnaires et « le petit-fils d’un espion de la KGB, un homme très connecté. « Autant de personnes qui feraient partie de la stratégie de guerre hybride que le Kremlin utilise pour déstabiliser l’Occident, par la désinformation sur les réseaux sociaux et le financement indirect de mouvements contestataires ou insurrectionnels.

« Bonne nouvelle de Moscou »

Parmi les personnes rencontrées par Alay via Dmitrenko, selon le rapport du renseignement européen, la présence de Oleg V. Syromolotov, ancien directeur du contre-espionnage de la Service fédéral de sécurité (SSF) et qui occupe actuellement le poste de vice-ministre dans le ministère des Affaires étrangères Russe. Il a également rencontré Evgueni Primakov, familièrement lié à l’ancien KGB. Selon le New York Times, l’intention d’Alay était de faire interviewer Puigdemont dans une émission d’actualité internationale qu’il présentait. Primakov est un proche de Vladimir Poutine, qui lui a confié l’an dernier le poste de directeur d’un bureau culturel qui sert de façade aux opérations de renseignement.

Plus tard, les autorités espagnoles ont déterminé que des agents d’un groupe militaire de renseignement russe spécialisé appelé Unité 29155, qui a été lié à des tentatives de coup d’État et d’assassinats en Europe, se trouvaient en Catalogne au moment du référendum, mais l’Espagne n’a pas présenté de preuve qu’ils ont joué un rôle actif. Après ce rendez-vous, Alay aura écrit un SMS à l’ancien président en fuite de la Generalitat célébrant la montée de son contact : « Bonne nouvelle de Moscou ». Pour sa part, Dmitrenko écrirait un SMS à Alay notant que l’ascension de Primakov « le met en très bonne position pour activer les choses entre nous ».

Alay a également rencontré Andreï Bezrukov, un ancien fonctionnaire décoré du service de renseignement étranger russe, qui, avec sa femme Elena Vavilova Ils ont passé dix ans aux États-Unis comme espions infiltrés. Une histoire qu’ils ont capturée dans le roman La femme qui sait garder des secrets, et qu’Alay a traduit en espagnol et en catalan. Le propre chef d’état-major de Puigdemont a admis dans une interview à TV3 pour la publication du livre qui a inspiré la série Les Américains qu’il connaît personnellement ces deux colonels de l’armée russe.

Puigdemont parle de « mensonges, incohérences et intoxications »

L’ancien président de la Generalitat Carles Puigdemont a publié ce vendredi un communiqué dans lequel il critique et dément les informations sur des liens présumés entre son environnement et les services de renseignement russes. Dans la déclaration, le bureau de Puigdemont a fait valoir que les informations publiées sont basées sur un rapport de la Garde civile qui, à son avis, est plein de « mensonges, d’incohérences et d’intoxications ».

Il a également soutenu que son seul objectif est de « criminaliser et discréditer le mouvement indépendantiste devant la communauté internationale en le présentant comme un élément déstabilisateur ».

Il a affirmé que les fuites qui sont apparues sont décontextualisées de la réalité et qu’il existe « de nombreux autres messages sur des situations politiques dans d’autres pays qui sont intentionnellement omis, ce qui est une manipulation qui porte clairement atteinte au droit à une information véridique et rigoureuse ».

Ils ont souligné que la prétendue divulgation de conversations privées « qui n’ont rien à voir avec un crime, est un instrument de plus de la sale guerre que l’État espagnol mène contre la Catalogne », dans le but – selon lui – de mettre fin à la mouvement indépendantiste, qu’il a défini comme légitime, légal et démocratique.

Depuis le bureau de Puigdemont, ils ont veillé à ce que toutes leurs activités internationales, ainsi que celles du chef du bureau, Josep Llus Alay, et de son équipe juridique soient « parfaitement légales » et visent à contribuer à la résolution du conflit politique.

Ils ont également assuré que le procureur de Barcelone avait adressé au tribunal d’instruction 1 de Barcelone une lettre du 20 juillet dans laquelle il demandait les archives de cette enquête contre Alay, estimant qu’il s’agissait d’une « enquête prospective, violant les droits et libertés les plus élémentaires d’une démocratie société ».

« Nous étudierons pour engager une action en justice dans l’État espagnol, et dans d’autres États si nécessaire, avant la possibilité qu’un crime de divulgation de secrets officiels ait été commis, car toutes les preuves indiquent que l’information est parvenue à certains médias avant le résumé le secret sera levé », ont-ils ajouté. | PRESSE EUROPE

Vous pourriez également aimer...