L'épidémie de Covid-19 à Navalmoral de la Mata provient du transfert d'un immigré d'Almera pendant l'état d'alarme

Jeudi,
25
juin
2020

07:32

La personne a été transférée dans un centre d'accueil lorsque les mouvements interprovinciaux étaient interdits et sans subir le test

Un contagieux de Covid-19 lors du déclenchement d'Arag

Une personne infectée par Covid-19 lors de l'épidémie d'Aragn est assistée par du personnel de santé.
CARLOS GARCA POZO

La hausse des cas positifs de Covid-19 dans Navalmoral de la Mata (Cceres) au cours des derniers jours – le dernier chiffre officiel se trouve à 19 infectés– Elle provient de la présence d'un hôte qui a été transféré de Almera avec l'autorisation expresse et extraordinaire de la délégation du gouvernement d'Estrémadure au cours de la dernière étape de l'état d'alarme, lorsque les mouvements interprovinciaux étaient toujours interdits.

L'autorisation et le voyage ont été effectués sans suivre aucun type de protocole sanitaire ni effectuer le test PCR. Ce mercredi, la Commission a ajouté trois autres cas positifs liés à ce cas, qui rejoignent les 16 des dernières dates, bien qu'ils n'aient pas dû être hospitalisés, selon le lundi le ministre de la Santé, Jos Mara Vergeles. Il y a aussi 21 personnes isolées dans deux maisons comme mesure de prévention.

La destination de l'immigrant était le centre d'accueil qui a à Navalmoral le Fondation Cepaim, un groupe avec des bureaux dans toute l'Espagne qui s'occupe des personnes déplacées et les aide. C'était dans la zone de santé de cette ville d'Estrémadure où le test a été effectué et il était positif. À partir de ce moment, les autorités sanitaires du service de santé Extremeo ont suivi ses mouvements depuis son arrivée dans la ville, localisant quatre lieux de contact avec d'autres personnes. Plus précisément, il y avait trois adresses et une mosquée, confirmant le contact avec au moins 16 personnes, qui se sont révélées positives.

La Junta de Extremadura n’a pas officiellement classé le cas comme foyer et s comme clauster pour être sûr qu'ils partagent la résidence mais n'ont pas de liens familiaux.

Le conseil municipal n'a pas été informé

Cependant, la mairie de Navalmoral de la Mata – localité de plus de 17 000 habitants et avec une forte présence de population d'origine maghrébine – n'a reçu aucune communication de la délégation gouvernementale d'Estrémadure concernant l'autorisation du transfert de cette personne d'Almera vers la localité cacerea. Cela a été expliqué par le maire adjoint du conseil municipal, Alfredo Vizcano, lors d'une réunion d'urgence ce lundi avec le reste des porte-parole des groupes d'opposition après avoir appris l'éclosion de cas dans la ville et l'alarme générée parmi la population locale.

Lors de cette réunion, le représentant municipal a annoncé que le conseil municipal allait demander le dossier de transfert à la délégation gouvernementale et demander des explications sur les raisons pour lesquelles il n'en avait pas été informé. Dans le même temps, la Junta de Extremadura a transféré les citoyens de la ville qui prendraient des mesures extrêmes de prévention, de distanciation sociale, d'utilisation de masques et d'un contrôle policier accru.

Le maire de la ville, Rachel Medina, Il n'a pas donné de détails sur l'affaire à l'opinion publique dans une apparition dans laquelle il a demandé qu'il n'y ait pas "une éclosion xénophobe, parce que personne ne l'obtient parce qu'ils le veulent. Cela aurait pu arriver à n'importe qui, parce que nous nous sommes tous un peu détendus "at-il indiqué.

Ce journal a contacté le ministre de la Santé pour connaître son avis et a reçu cette réponse: "Nous nous référons aux explications que la délégation gouvernementale doit donner." Cette administration n'a pas encore répondu à la demande également formulée.

Le porte-parole du Parti populaire de Navalmoral de la Mata, Jaime Vega, a publié ce mercredi un communiqué dans lequel il soutenait l'attitude du conseil municipal lors de la demande d'explications à la délégation gouvernementale et a critiqué le fait que le manque d'informations a généré dans la population "pas quelques spéculations sur les raisons de ce voyage, car en Dans un premier temps, un groupe de personnes venues d'Andalousie a été évoqué lorsque les mouvements interprovinciaux étaient interdits par l'état d'alarme. "

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Vous pourriez également aimer...