L’Ertzaintza recherche maintenant plus de restes humains dans une décharge qui stocke les déchets des plages de Getxo

L’unité canine fouille un complexe industriel sur la rive gauche après avoir localisé des parties d’un corps à Arrigunaga dimanche et lundi

Un agent de l'unité canine ESCO

Un agent de l’unité canine accompagné de son chien inspecte les restes de conteneurs sur les plages de Getxo dans un site industriel de Biscaye.
ERTZAINTZA

Espèces du unité canine de l’Ertzaintza ils suivent aujourd’hui mardi un site industriel où sont gérés les déchets de trois plages de Biscaye pour tenter de localiser davantage de restes liés à ceux trouvés sur la plage d’Arrigunaga dimanche et lundi. La police basque a maintenu la recherche de parties du corps ouverte après deux jours de recherche sur la plage de Getxo. Le contenu de plusieurs articles a été envoyé sur le site industriel de la Rive Gauche qui est actuellement en cours d’examen. conteneurs des plages d’Arrigunaga, Ereaga et Azkorri. Cette fouille et les premiers éléments de preuve confortent l’hypothèse selon laquelle le décès a été causé par un acte de violence et l’auteur présumé a découpé le corps de la victime.

unités de sauvetage canins et canins L’Ertzaintza a localisé des humains hier dans la même zone de la plage d’Arrigunaga (Getxo) dans lequel hier était le morceau de jambe. La traque de la police basque se poursuit le long de cette plage pour tenter de clarifier les causes de cette apparition. Le premier vestige humain a été localisé hier à 9h30 par un passant.

L’Ertzaintza a maintenu l’opération de repérage sur la plage d’Arrigunaga où des restes humains ont été retrouvés depuis le matin. La police basque tentait de déterminer si ces restes correspondent au morceau de jambe retrouvé hier par un passant à 9h30. A partir de ce premier constat, un enquête policière qui reste ouverte avec la présence de ces deux unités et de la police scientifique, chargée de collecter toutes les preuves pour poursuivre l’enquête.

Euskadi a commencé 2021 avec deux présumés crimes toujours non résolus car, en plus des restes humains localisés aujourd’hui, de dernier jour 4 une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de décès de Aintzane Pujana, une femme de 32 ans dont le corps a été retrouvé près de la rivière Urumea dans la ville guipuzcoenne d’Aizarnazabal. L’Ertzaintza a déterminé que la femme avait souffert au moins six coups et essayez de clarifier ce qui s’est passé la veille du Nouvel An.

La défunte s’était rendue avec son partenaire dans une maison rurale de cette ville guipuzcoenne où un fête illégale cela a été dénoncé par les voisins. Une patrouille d’Ertzaintza s’est rendue à la maison rurale à 3h30 du matin et a identifié les participants, parmi lesquels Aintzane Pujana n’était pas. Déjà le 1er janvier, la compagne du défunt a signalé sa disparition à la police basque. Le juge qui dirige l’instruction judiciaire a décrété le secret de la procédure et, pour le moment, il n’y a pas eu d’arrestations.

Vous pourriez également aimer...