Les actes de « violence politique » diminuent en Catalogne, bien que 31% soient hispanophobes

  • politique La Catalogne a enregistré 380 actes de violence politique en 2020, 90% des auteurs pro-indépendance

En 2021, 351 cas de violence politique ont été enregistrés en Catalogne, un chiffre inférieur à celui de 2020 où il y en avait 380. Cependant, il est soutenu que la plupart d’entre eux ont été commis par des individus ou des groupes indépendantistes, puisqu’en 2020 il y en avait 92. % du total et l’année dernière 89 % de tous les incidents enregistrés.

Ceci est précisé dans un rapport de l’Observatoire civique de la violence politique en Catalogne (OCVPC), un groupe d’étude formé par Impulso Ciudadano et Movimiento contra la Intolerancia, qui au cours des quatre dernières années ont réalisé une radiographie de la situation de violence par des raisons politiques qui existent en Catalogne. Dans son dernier rapport, il est souligné que 74% des cas de victimes de violence et de haine idéologique en Catalogne ont été identifiés comme opposés à la sécession.

Pour cette raison, ils affirment que la violence continue d’être « structurelle » dans la communauté et « de plus en plus admise par les acteurs politiques concernés et les pouvoirs publics eux-mêmes » qui « ont continué dans leur tâche de délégitimation des institutions, notamment judiciaires, pour tout en incitant à la limitation des droits et à l’utilisation de mécanismes coercitifs contre ceux qui s’opposent à leurs propositions ». En ce sens, l’Observatoire estime que la violence est « enracinée en Catalogne » et constitue « un élément de plus de la vie politique ».

« Ces actions violentes sont tolérées par la puissance publique, sans que la police les empêche d’avoir lieu, et sont directement défendues. En même temps, on voit comment le plan de confrontation avec toute l’Espagne élaboré par le nationalistes depuis des décennies a donné lieu à des phénomènes d’hispanophobie qui semblent être devenus chroniques dans notre société », souligne le rapport. L’Observatoire souligne que « l’absence de mesures ces dernières années a conduit, comme nous le craignions, à ce que la violence s’enracine et soit assumée comme un élément de plus de la vie politique. Il n’y a plus lieu de retarder l’adoption de ces mesures ». , car sinon, la violence va s’intensifier et se généraliser ».

Dans l’étude réalisée, les représentants de l’Observatoire indiquent que malgré l’augmentation de l’activité après la pandémie de covid, il y a eu une diminution de 7,6% « des incidents violents ou des discours de haine idéologique ». Cependant, comme d’autres rapports, ils soulignent que « le calendrier de la violence politique en Catalogne s’est articulé autour d’explosions de violence de rue concentrées dans des moments spécifiques de tension liés à l’actualité politique » et ils estiment qu' »un modèle de violence et de discours de haine sur réseaux, à travers des campagnes de harcèlement et de singularisation et des déclarations hispanophobes de la sphère nationaliste-indépendantiste par des individus et des personnes d’intérêt public tout au long de l’année ».

Incidents par Hsel

C’est pourquoi ils soulignent que « l’hispanophobie est consolidée comme l’un des éléments centraux du discours de haine politique en Catalogne avec 109 incidents » qui représentent 31% du total alors qu’en 2020 il y en avait 122 qui représentaient 32%. Ils soulignent également que ces incidents se sont produits tout au long de l’année, avec près d’un par jour en moyenne, et qu’en février de l’année dernière, avec 72 incidents dus à l’arrestation du rappeur Pablo Hsel, a été le moment où le plus de violence a été enregistrée, bien plus qu’en octobre des années précédentes où 1-O était célébré.

Ils soulignent également les 43 incidents enregistrés en décembre dernier avec « la campagne de harcèlement, d’accusation et d’intimidation de la famille Canet qui exige l’application de la résolution judiciaire sur 25% des cours en espagnol ». Sur les 351 incidents, 89 se sont produits sur les réseaux sociaux et 262 dans toute la Catalogne, principalement à Barcelone et sa province (80%) : 113 cas dans la ville, 16 dans la zone métropolitaine et 80 dans le reste de la province.

Au contraire, Tarragone a été la province avec le plus petit nombre d’incidents (14), avec des chiffres presque identiques à ceux de 2020, quand il y en avait 15, à Lrida il y a eu un revers puisqu’il est passé de 26 en 2020 à 15 en 2021 et à Gérone, il y a eu 24 incidents l’année dernière alors que l’année précédente il y en avait 37. La majorité des incidents sont dus à des dommages matériels « de la zone contraire à la sécession » suivis du « harcèlement et du boycott » de ces groupes, « l’éloge du terrorisme et menaces de violences physiques dirigées contre les constitutionnalistes », outre les outrages à leur égard et enfin « la dérision des figures et représentations du champ indépendantiste » qui dépasse la « dérision des figures et représentations du champ constitutionnel ». Dans une moindre mesure, il y a eu des agressions physiques et des insultes.

« La réduction du pourcentage d’incidents d’origine indépendance par rapport aux années précédentes (2019, 95,45 % ; 2020, 91,84 % ; 2021, 88,89 %) ne doit pas être interprétée comme une diminution en termes absolus de la violence indépendance, ni ne correspond à une augmentation des violences anti-sécessionnistes, qui sont passées de 2,90% en 2020 à 0,28% en 2021. L’explication réside dans le fait qu’une partie de ces violences sécessionnistes a été canalisée par des incidents violents d’origine indéterminée qui ont atteint cette année un pourcentage élevé (10,83%), indique le rapport qui considère que les incidents dans l’arrestation de Hsel ont impliqué d’autres groupes.

lutte interne pour l’indépendance

L’Observatoire souligne que « le groupe de victimes selon leur appartenance idéologique qui a subi à plusieurs reprises et principalement des actes de violence politique en 2021 a été celui des individus et entités opposés à l’indépendance de la Catalogne », soit 74%. « Dans seulement 35 cas, soit 9,97% du total, les victimes ont été identifiées comme sécessionnistes. Enfin, dans un total de 55 cas (15,66%), les victimes ont été considérées comme d’appartenance idéologique indéterminée », précise le rapport.

Un autre type de violence qui ne cesse de croître est celle interne au mouvement indépendantiste « avec des affrontements directs et des campagnes de harcèlement et d’accusation » entre les souverainistes. Sur 35 incidents dans lesquels la victime appartient à ce groupe, un seul a été identifié comme contraire à l’indépendance et sur 30 ils appartenaient à sa propre sphère. Ils soulignent également que les attaques contre les sièges et les représentants politiques se poursuivent depuis qu’elles sont passées de 62 en 2020 à 66 l’an dernier. « Encore une fois, les formations politiques de la sphère constitutionnaliste ou opposées à la sécession de la Catalogne cumulent la quasi-totalité des attentats contre les sièges et les représentations : 64 sur un total de 66 attentats, 96,97 % du total, un pourcentage bien supérieur même à ceux des deux rapports précédents avec 83,87% d’attaques en 2020 et 83,68% en 2019″, souligne l’Observatoire, qui rappelle que Vox est le plus attaqué suivi des PSC, Cs et PP.

« Dans le domaine de l’indépendance, les formations sécessionnistes ont subi deux attaques, 3,02 % du total : une contre ERC et, pour la première fois, une attaque contre la formation sécessionniste d’extrême droite Aliana Catalana », souligne le document qui impute les incidents. aux personnes « de la sphère idéologique sécessionniste ». Les attaques contre les entités civiques se poursuivent, principalement S’ha Acabat!, avec 63% du total, suivies de l’Assemblée pour une école bilingue avec deux incidents et de la Societat Civil Catalana avec un. Arran en a également subi un.

Le document souligne également la « baisse remarquable des violences contre les autorités, les professionnels et les institutions avec 92 incidents en 2021 contre 146 en 2020 ». Le chef de l’Etat est passé de 57 en 2020 à 10 l’an dernier, tandis que les principaux attaqués étaient les Mossos d’Esquadra et la police locale. En ce sens, les forces de l’ordre et de sécurité seraient le groupe professionnel qui a subi le plus grand nombre d’incidents violents. Il y a aussi 11 incidents aux députés régionaux, cinq aux nationaux et quatre aux conseillers. Tous se sont engagés « presque exclusivement dans la sphère sécessionniste », selon le document.

Vous pourriez également aimer...