Les audits révèlent des « dépenses et primes inutiles » dans « l’administration parallèle » conçue par le PSOE

Les audits commandés par le gouvernement andalou des PP et C ont mis au jour « beaucoup de bonus » et « une superstructure démesurée, peu opérationnelle, pleine de duplicités et Dépenses inutiles« dans la soi-disant ‘administration parallèle’ du Conseil: le réseau d’entreprises publiques, d’agences et d’entités de toutes sortes conçu par le PSOE tout au long de ses 37 années au pouvoir en Andalousie.

C’est ce qu’a expliqué ce mardi le vice-président du Directoire, Juan Marn (Cs), à l’issue du Conseil des gouverneurs, où le rapport sur la 54 vérifications du secteur public instrumental, qui cherchent à « rationaliser, réprimer et revoir les entités inutiles  » dans la structure de l’administration andalouse.

La réforme de «l’administration parallèle» est un engagement du gouvernement présidé par Juanma Moreno (PP) dès la première minute de cette législature, qui a commencé après les élections andalouses de décembre 2018, lorsque le PP, Cs et Vox se sont alliés et le PSOE a perdu pouvoir après près de quatre décennies.

Premièrement, des rapports ont été faits sur le secteur instrumental par l’Intervention du Conseil et enfin les audits que le gouvernement andalou a présentés ce mardi ont été commandés. Sont quelques-uns 6 000 pages qui seront affichés « dans les prochains jours » sur le site du Conseil, mais que ce mardi ils n’ont pas été diffusés. Seul le résumé que Marn a esquissé est connu.

Le réseau d’entités du Conseil monopolise un budget de 5 000 millions d’euros et ils travaillent plus de 28 000 personnes. Depuis que le PP et les Cs gouvernent, le nombre d’employés a chuté de près de 500, selon les données publiées par le vice-président du gouvernement andalou et chef des Cs en Andalousie.

Une superstructure parallèle

La première conclusion des audits est que les précédents gouvernements andalous du PSOE ont créé une « superstructure administrative parallèle » autour de la Junte elle-même. ça a provoquéduplication de fonctions et compétences entre certaines entités, entre certaines de ces entités et le conseiller dont elles dépendent, et entre certaines entités et d’autres conseillers extérieurs à elles ».

Une autre conclusion est la « mauvaise gestion ». À titre d’exemple, Marn a expliqué que le Agence IDEA, dite caisse payante des ERE irréguliers, a dû « décertifier » 7,8 millions de fonds européens.

Cette « déficience dans la gestion » fait qu’il y a des « difficultés » pour que les fonds mal utilisés puissent être remboursés au trésor public, selon les audits.

Parmi les déficiences détectées dans les entités instrumentales, les problèmes de personnel ressortent. Le vice-président du Conseil a déclaré qu’il y avait des frais administratifs 48 000 euros annuel et d’autres qui ne reçoivent que 18 000 euros, malgré le fait qu’ils remplissent les mêmes fonctions.

« Ils ont facturé de nombreux bonus« et des suppléments ont été payés aux travailleurs de la Régie parce qu' »ils connaissent leurs noms de famille », a dénoncé Marn, laissant entendre que ces privilèges salariaux ne sont perçus que par des personnes liés aux gouvernements socialistes.

Il ne l’a pas mentionné, mais le travailleur le mieux payé du conseil était Bernat Soria, ancien ministre de Zapatero, qui a été signé sous la présidence de Manuel Chaves. est venu charger 170 000 euros Annuel brut. Dans les gouvernements du PSOE, il y a également eu plusieurs cas de travailleurs « fantômes », avec des salaires du Conseil, mais qui n’accèdent pas au poste pour lequel ils reçoivent leur paie.

Le « chaos » en perso que les audits ont maintenant détecté, il n’en reste plus. Dans l’« administration parallèle », il existe 66 conventions collectives différentes, 43 propres et 23 sectorielles. Par exemple, dans le Service andalou pour l’emploi (SAE) – où les anciens travailleurs de la Fondation andalouse disparue Fonds pour la formation et l’emploi (Faffe), ceux des anciennes unités territoriales pour l’emploi (Utedlt), le personnel des écoles du consortium, les promoteurs d’emplois , le plan Memta et le reste du personnel des anciennes unités d’orientation – le personnel est régi par 14 conventions collectives différentes.

La SAE est un paradigme de « gestion inefficace », puisque 70,4 % des demandeurs d’emploi n’ont pas reçu d’offres d’emploi via cette agence, qui ne gérait que 3 % des contrats en Andalousie et ne réalisait que 12 offres pour 100 000 habitants.

Agence de placement

Ces chiffres révèlent que la SAE est devenue « une agence de placement pour d’autres entités » du Conseil, « mais pas pour les Andalous », a prévenu Marn.

Malgré l’éloquence des résultats des audits dans le secteur instrumental, le gouvernement andalou ne sait toujours pas s’il y aura ou non licenciements. Marn a été franc : « S’il y a trop de travailleurs, ils iront dans la rue. Mais ensuite, il a précisé qu’ils peuvent peut-être être superflus dans une agence, mais être nécessaires dans une autre.

Le Ministre des Finances, Juan Bravo, a évité de parler de licenciements car il faudra bientôt plus de personnel pour gérer les fonds européens que le Conseil doit assumer. De plus, 50 % des employés publics andalous je vais prendre ma retraite avant 2030, ce qui permettra à une partie de ce personnel de quitter naturellement l’effectif autonome.

Il ne faut pas non plus perdre de vue que les mises à pied d’employés publics ont déjà coûté à la Commission 80 millions euros, selon Marn. Ce sont des travailleurs qui ont été licenciés, se sont tournés vers les tribunaux et les juges ont donné leur accord. Cela s’est produit avec une bonne partie du personnel d’Utedlt.

Chiffres

Le secteur public instrumental andalou se compose de 10 agences administratives, 18 agences commerciales publiques, trois régimes spéciaux, 16 consortiums, 23 fondations et 22 sociétés commerciales.

Les effectifs de ces 92 entités s’élèvent à la clôture de 2018 à un total de 28 443 travailleurs: 8 023 professionnels de la santé, 2 873 employés des services sociaux et 17 547 embauchés en tant que main-d’œuvre générale. D’ici fin 2020, après les deux premières années d’administration du gouvernement actuel, et dans le contexte de la pandémie de COVID-19, l’effectif général de ces entités instrumentales a été réduit à 16 987 travailleurs (-3,19%), tandis que le personnel de santé a été renforcé jusqu’à atteindre le 9 050 employés (+12,8%) et les effectifs dédiés aux services sociaux ont augmenté de 2 944 (+ 2,47%).

Fusions

Depuis janvier 2019, le gouvernement andalou tente de simplifier le secteur public instrumental, sur la base des recommandations qu’il a formulées à plusieurs reprises. Chambre des Comptes d’Andalousie.

Ainsi, il a mis en branle la création de la Agence COMMERCIALE, qui regroupe l’Agence IDEA, Extenda, l’Agence andalouse du savoir et la Fondation andalouse Emprende ou l’intégration dans le SAS des quatre agences commerciales de santé publique (Costa del Sol, Poniente de Almera, Alto Guadalquivir et Bajo Guadalquivir), ainsi que as et la Société des Urgences de Santé Publique (EPES), qui coïncident avec certaines des recommandations des auditeurs.

Elle a également donné son accord à la fusion de fondations publiques telles que la Barenboim-Saïd, avec Trois Cultures de la Méditerranée et l’Héritage Andalou, une mesure qui n’est pas expressément recommandée dans les audits, mais que le Gouvernement considère comme bénéfique pour améliorer le fonctionnement de l’administration.

De plus, depuis le début de la législature, le nombre de femmes conseillères, hauts fonctionnaires et agents temporaires a été réduit. Dans le cas du personnel du secteur public instrumental, la Assurance privée la vie et la santé, en les dotant d’une assurance accident pour les fonctionnaires, ce qui signifie des économies de un demi million d’euros par an.

Vous pourriez également aimer...