Les drapeaux de la discorde au Parlement andalou

Ce mercredi la date limite pour les députés non-inscrits pour retirer les drapeaux de la Phalange et du collectif LGTBI accroché dans deux bureaux attenants, mais ils sont toujours là

Adjoint Luz Belinda Rodr

Le député Luz Belinda Rodrguez et Norberto Pico, chef national de la Phalange au bureau du Parlement avec leurs drapeaux.
@LuzBelindaFE

La date limite pour le retrait des drapeaux qui ont semé la discorde au Parlement andalou prend fin ce mercredi, mais les symboles sont toujours accrochés aux murs. Dans un bureau, un Drapeau de Falange rouge et noir avec empiècement et dates. Dans la pièce voisine, l’insigne de la Collectifs LGTBI et Trans et le symbolisme du peuple gitan. Et gardant l’entrée est un garde de sécurité envoyé par la Chambre pour que seuls les dix députés non-attachés de Vox et Adelante Andaluca à qui ces espaces ont été attribués accèdent à ces unités.

Le drapeau de Phalange a été placé par le député non-inscrit Luz Belinda Rodriguez, une parlementaire qui a quitté Vox il y a un an, se sentant harcelée et négligée par ses anciens collègues. Maintenant, il est membre de la Falange Espaola de las JONS.

Les neuf députés expulsés d’Adelante Andaluca, désormais dans le groupe non affilié, ont accroché les drapeaux des collectifs LGTBI et Trans et des symboles du peuple gitan sur les murs de leur nouveau lieu de travail. Ces neuf parlementaires appartiennent au courant anticapitaliste, dirigé par Teresa Rodríguez, et ont été expulsés pour transferts en novembre dernier.

Drapeau LGTBI dans le bureau de Teresa Rodrigue
Drapeau LGTBI dans le bureau de Teresa Rodríguez et des députés expulsés d’Adelante Andaluca.

Il y a à peine quinze jours, Le Parlement a offert à ces dix parlementaires quelques bureaux adjacents pour qu’ils puissent travailler. L’expulsion des neuf députés d’Adelante Andaluca signifiait également qu’ils devaient quitter les bureaux de la Chambre où ils travaillaient avec le reste du groupe. Luz Belinda Rodrguez était sans bureau depuis près d’un an, malgré le fait qu’elle l’ait demandé à plusieurs reprises, comme expliqué Norberto Pico, chef national de Falage et conseiller de ce parlementaire.

Personne ne cède

Dès qu’ils ont reçu leurs dépêches, les anciens députés Adelante ont accroché leurs drapeaux et ils n’ont pas l’intention de les emmener de là, malgré l’ultimtum du Parlement. Teresa Rodríguez a déclaré ce mercredi qu’ils ne retireront pas leurs emblèmes et que, s’ils sont supprimés, ils les remettront. Norberto Pico a expliqué qu’ils retireraient le drapeau de Phalange, tant que les autres députés non inscrits élimineraient également le leur.

« Il nous semble bon que la neutralité est respectée d’un espace commun, comme nous le demande le Parlement, et nous retirerons nos symboles tant que nos collègues du bureau le respecteront également », a déclaré la conseillère de la députée Luz Belinda Rodríguez.

Le Bureau de la Chambre avait donné jusqu’à ce mercredi pour que les dix députés non-inscrits procèdent « au remplacement du mobilier et des éléments existants dans les espaces communs à l’Etat dans lequel ils se trouvaient initialement », précise-t-il dans sa lettre.

En cas de non-respect de cette exigence officielle, « pour les services de la Chambre, le actions pertinentes pour le bon ordonnancement des espaces considérés et des meubles et éléments qu’ils contiennent et, le cas échéant, pour leur enlèvement conformément à ce qui est exprimé dans ce document », a précisé la Régie.

Loi de la mémoire démocratique

Lors d’une conférence de presse au Parlement, Rodrguez a indiqué qu’il n’accepterait en aucune manière que, par le biais d’une communication du Bureau du Parlement, les indicateurs sont « mis en correspondance » qui représentent des droits, comme le drapeau LGTBI, de la lutte du mouvement trans et du symbolisme du peuple gitan « , en plus du drapeau andalou, avec le drapeau de Phalange, qui est sanctionné par la loi de mémoire démocratique approuvée par le Parlement.

Pour sa part, le Parlement d’Andalousie a fait valoir que les espaces communs sont régis par des règles internes qui doivent être respectées «sans faire de distinction entre certains symboles et d’autres». Des sources parlementaires ont déclaré à Efe que la Chambre ne pouvait pas «légitimer» les actions de députés qui n’appartiennent actuellement à aucune force politique représentée dans cette institution, et elles ont rappelé que le espaces communs « Ils sont régis par le règlement intérieur du Parlement et ne peuvent être ni modifiés ni retouchés. »

C’est pourquoi le Parlement, selon les mêmes sources, ne peut pas «distinguer» certains symboles de d’autres indépendamment de ce que chacun d’eux représente.

« Bien qu’il soit vrai que il y a des drapeaux et des drapeaux, Le Parlement ne peut pas établir de distinctions, mais plutôt appliquer les règles qui établissent que les meubles ne peuvent pas être changés ou les symboles placés dans les espaces communs », rappellent-ils.

Dans la troisième IU controversée, l’un des partis qui a promu l’expulsion du groupe Adelante Andaluca de Teresa Rodríguez et le reste des députés n’est plus attaché. Le député d’Adelante Andaluca Ana Naranjo (IU) a critiqué le fait que, de la table du Parlement, il « au même niveau » différents symboles comme, comme il l’a fait remarquer, sont des drapeaux comme celui de la Phalange espagnole ou celui du mouvement LGTBI.

« Nous ne pouvons pas comparer des drapeaux tels que LGTBI ou d’autres qui sont insérés avec la revendication de droits et libertés dans un cadre constitutionnel » avec « le drapeau qui représente ceux qui ont tiré sur le père de la patrie andalouse », Blas Infante, en allusion à celle de Phalange qui brille dans l’unité utilisée par la députée non-inscrite Luz Belinda Rodríguez.

Vous pourriez également aimer...