Les héros du véhicule tout-terrain: du manager Telepizza aux administrateurs et chauffeurs de taxi

Dimanche à 13h00 Sergio Gonzalez MrquezAssocié de 49 ans et directeur d’une société d’analyse avancée, il s’est présenté avec son 4×4 à l’entrée du Hôpital Isabel Zendal de Madrid – créée pour traiter les cas de Covid – et n’a arrêté le moteur du véhicule que plus de 13 heures plus tard, à 23h30.

«En gros, je faisais une navette entre le métro Ifema et l’hôpital, qui est à environ cinq kilomètres à pied, pour que les agents de santé puissent se rendre au travail et rentrer chez eux. J’ai également emmené des gens de l’hôpital qui sont restés dormir dans des hôtels et certains service ponctuel d’accueillir ceux qui travaillaient depuis plusieurs jours chez eux à Tres Cantos ou Aravaca ». C’est ainsi qu’il le raconte depuis son domicile à Alameda de Osuna (Madrid), où il faisait du télétravail lundi matin. «Dès qu’une réunion que j’ai terminée, je m’enfuis à nouveau, pour emmener des gens en dialyse ou qui ont besoin d’aller à l’hôpital», dit-il.

Sergio est l’un des 150 citoyens avec des véhicules tout-terrain prêts à circuler dans la neige qu’il est calculé qu’ils ont été proposés à Madrid pour aider en particulier le transfert des toilettes vers les hôpitaux et les patients ayant des besoins urgents, tels que ceux de dialyse, créant un réseau solidarité devenue vitale aux heures les plus dures de la neige.

Une amie médecin a commenté dans un groupe WhatsApp qu’elle avait réussi à rejoindre son hôpital grâce à l’aide de l’association SOS 4×4, et Sergio, bien qu’il ne fasse pas partie de ce groupe, l’a rejoint. « J’ai un SUV parce que je skie habituellement et j’ai une maison à Formigal et j’ai pensé que je pouvais aider », dit-il.

Il est incapable de calculer le nombre de voyages qu’il a effectués ou les personnes qu’il a transportées tout au long de dimanche, mais il a utilisé un réservoir et demi de carburant, soit environ 750 kilomètres. « C’était impossible d’arrêter car la demande était continue. Je n’ai même pas pu manger, mais pour ne pas manger un jour, rien ne se passe », dit-il.

Nacho Gonzlez Barrajn, 46 ans, directeur de Telepizza en Espagne et au Portugal, est un autre des volontaires avec un SUV. Gonzlez Barrajn a déjà commencé vendredi, sauvant des véhicules avec son Jeep wrangler. «Je suis rentré chez moi vers minuit, retirant les voitures de la route, amenant les gens chez eux, dégageant les routes secondaires là où les chasse-neige ne sont pas arrivés», dit-il. « Et à partir de samedi, nous commençons à nous concentrer sur SOS 4 x 4. De la part d’un voisin qui vous appelle, » trois enfants sont restés chez moi parce que nous avons eu des anniversaires et les parents n’ont pas pu arriver « , à toute la question de les agents de santé, les personnes qui travaillent depuis trois jours et ne peuvent rentrer chez elles, les étudiants qui sont restés là où ils ont étudié. « 

Dimanche, il a passé huit heures à répondre aux demandes de la région de Boadilla-Monteprncipe, où il vit. «Par exemple, j’ai emmené deux personnes qui travaillent dans un centre pour handicapés à Pozuelo, l’une au centre et l’autre du centre à son domicile», explique-t-il. «Et aujourd’hui, à 11 heures du matin, j’ai eu une réunion avec un couple qui avait une livraison prévue pour aujourd’hui à Monteprncipe. J’étais avec eux à Alcobendas et à 7 heures, ils m’ont envoyé un message, que j’étais avec des contractions et que la police municipale les a pris au canapé Infanta « . Décrivez le paysage laissé par les chutes de neige comme «Walking Deadth mais dans une version de voiture». « Il y a des bus croisés qui occupent toute la route, des véhicules abandonnés … c’est incroyable », dit-il.

L’initiative à laquelle Sergio et Nacho ont adhéré est venue de l’association SOS 4X4. «Il y avait comme 200 dans le groupe SOS 4×4 Telegram, de volontaires qui s’entraident au cas où un jour vous seriez pris au piège, par exemple, dans la boue, et samedi nous voyons que nous avons 5 000 personnes. pour nous demander de l’aide », il commence à raconter comment le mouvement Jaime Brotons, 24 ans, organisateur d’événements sportifs, qui est à Valence et à partir de là a été en charge de l’organisation des bénévoles.

« Quand on voit les demandes, je décide de coordonner et de faire des groupes pour les hôpitaux pour le transfert des toilettes, surtout et les urgences. Je coordonne Isabel Zendal, Gregorio Maran, la dialyse de Gregorio Maran, Parla et au sud-est d’Arganda del Rey », dit-il. «Surtout, ce que nous avons essayé hier comme le plus urgent était de relier les stations de métro les plus proches aux hôpitaux. Et dans la région de Maran d’accueillir des patients dialysés qui n’avaient pas pu recevoir de séances depuis trois ou quatre jours, ce qui est assez grave. Maintenant, nous continuons à coordonner avec Summa 112 et les transferts sociaux Samur vers la dialyse et les hôpitaux », dit-il.

Parmi les volontaires, explique-t-il, il y a des chauffeurs de taxi, des administrateurs … et des personnes qui ont même voyagé avec leur SUV depuis Mrida ou Murcie. « Je dis juste une chose, c’est l’Espagne et je pense qu’il est montré une fois de plus que même si la politique et tout ne vont pas bien, les citoyens quand il est nécessaire de se mettre au travail main dans la main, nous l’appelons tous. Jusqu’au 112 hier soir, nous Ils ont dit: En ce moment, vous nous aidez à amener les patients les plus sérieux chez les médecins.

Ce sont ceux de SOS 4X4 qui ont également suggéré à l’EMT dimanche, après des heures de navettes entre la station de métro Ifema et l’hôpital Isabel Zendal, que la route était suffisamment dégagée pour qu’une ligne de transport spéciale soit mise en place. Le premier a commencé le voyage à 21h00. «Celui qui était dans le bus m’a demandé quel horaire était fixé, jusqu’à quelle heure la navette devait être», raconte Sergio, le bénévole qui a commencé cet article, en signe d’improvisation dans les circonstances. De l’expérience, qui est toujours en cours, Sergio se retrouve avec la gratitude des toilettes Isabel Zendal qu’il a sauvées. « Au final, ils vous remercient beaucoup, beaucoup … surtout ceux qui sont sortis étaient ravis. Très sympathique, très respectueux du masque, la plupart étaient assis derrière avec les masques et les fenêtres baissées. C’est aussi un détail de respect envers suis, surtout à cause de l’hôpital où ils travaillent, qui traite les cas de Covid, car il semblait que Covid avait disparu avec les chutes de neige. « 

Vous pourriez également aimer...