Les mails révèlent que l’Intérieur était « prédisposé à collaborer » à l’hommage aux policiers avant d’y opposer son veto

Les promoteurs ont souligné que le ministère s’était prêté à l’acte contre l’ETA qui a par la suite arrêté

Fernando Grande-Marlaska, ce mardi au Sénat.
Fernando Grande-Marlaska, ce mardi au Sénat.sergio prezEPE
  • À l’intérieur Le gouvernement a empêché un grand hommage à la police et aux gardes civils qui ont vaincu l’ETA
  • Hommage La Maison Royale n’a pas pu présider l’acte à cause des policiers qui ont vaincu l’ETA parce que Marlaska n’a pas donné le plcet

Les organisateurs de l’hommage commun que les syndicats de la Police nationale et de la Garde civile allaient rendre aux agents qui avaient permis la défaite de l’ETA étaient convaincus que le ministre de l’Intérieur secondé l’acte qui allait célébrerraring le 25 avril dernier au Centre WiZink. Donc, au moins, ils l’ont exposé dans les e-mails qu’ils ont envoyés pour façonner un événement qui ne pouvait pas avoir lieu car, comme l’a révélé par Adolfo Médineprésident de Syndicat professionnel de la police (SPP) -organisateur de l’événement-, le rapport obligatoire du ministère de l’Intérieur manquait, selon ce que le Vraie maison. Cette circonstance a forcé l’annulation, que la Communauté de Madrid tente maintenant de reprendre. De la présidence, ils vont contacter les organisateurs pour prendre le relais de l’intérieur et organiser le gala d’hommage aux agents de la police nationale et de la garde civile qui ont vaincu le groupe terroriste ETA. Les contacts, ont-ils insisté, commenceront sous peu. Il se fera dans les mêmes termes et avec les mêmes personnes avec qui il était prévu pour ne pas déformer l’idée initiale, ont souligné les mêmes sources à propos d’un acte qui a attiré l’attention des médias ces derniers jours, en raison des événements qui conduit à son annulation. Les organisateurs ont été les premiers surpris.

Dans l’un de ces courriels, auquel EL MUNDO a eu accès, le PSP communique au reste des participants que les plus hauts responsables du ministère de l’Intérieur ont manifesté leur volonté d’y assister. C’était en février, le mois où ils ont demandé au reste des syndicats et des groupes leur signature pour les envoyer à Casa Real, qui les avait obligés à participer. Nous prévoyons qu’en raison des mesures déjà prises, tant le ministère de l’Intérieur que le Direction générale de la police, lors de conversations avec les plus hauts responsables, nous ont montré leur volonté de collaborer à cet acte, de relever le courrier. En effet, parmi les invités potentiels figure le ministre de l’Intérieur. Lorsque les organisateurs ont commencé à façonner le gala -avant l’été 2021- ils étaient clairs qu’un acte méritait la Présidence de la Maison Royale : le Roi Felipe VI et tout autre membre de sa famille. Le SPP a également compris qu’un tel acte nécessitait le consensus du groupe syndical de la police et de l’association de la garde civile. Pour cette raison, au mois de novembre, il a initié des contacts et en décembre, tout le monde était déjà informé et avait communiqué son intention de participer.

Les mails échangés par les organisateurs révèlent que l'hommage aux agents était bien avancé.
Les mails échangés par les organisateurs révèlent que l’hommage aux agents était bien avancé.

Pour assurer la présence du monarque, les organisateurs ont contacté Opérette début janvier. Ils ont envoyé une lettre d’invitation dans laquelle ils ont expliqué la raison de l’hommage et exprimé leur désir que le roi Felipe VI, ou un autre membre de sa maison, le préside. Le 21 février, comme le confirme le courrier électronique auquel ce journal a eu accès, le SPP s’est adressé au reste des participants pour demander un document avec leurs noms, prénoms et signatures car Zarzuela les avait demandés. Le fait que la Maison Royale ait demandé ce dossier a conduit l’organisation à tenir l’hommage pour acquis, après sept mois de préparation. C’est ainsi qu’ils l’ont reflété dans le courrier adressé à leurs collègues, mettant en lumière les conversations avec les plus hauts responsables du département de Fernando Grande-Marlaska.

Cependant, une nouvelle communication de la Maison royale, début avril, vient bouleverser le planning que le SPP croyait garanti. Dans la lettre, soulignent-ils de l’organisation, ils ont répondu que le roi avait l’ordre du jour complet. La surprise fut si grande que le SPP décida de contacter directement la Maison Royale. Ils nous ont dit que le rapport intérieur obligatoire manquait, Fossé de Médine. Sans cette approbation du gouvernement, ni le roi ni aucun membre de sa famille ne peut assister à un acte. Les organisateurs ont alors conclu que, sans leur présence, l’hommage n’avait aucun sens et ont annulé. Nous continuerons. Nous allons prendre des mesures pour que cela ne se reproduise plus, plaide le chef du PSP.

Les coulisses de l’événement frustré ont été travaillées. La police et les gardes civils étaient parvenus à un accord et, avant Noël, ils ont contacté le WiZink Center pour voir sa disponibilité et fermer les dates possibles. La société qui gère le pavillon s’est rendue disponible pour l’hommage, considérant qu’il s’agissait d’un acte de solidarité. En janvier, le lieu a été pré-réservé et il a été annoncé que l’événement aurait lieu en mars. À ce moment-là, le SPP connaissait la prédisposition de la Maison royale et recueillait les signatures des participants. Finalement, c’était prévu le 25 avril.

Les organisateurs parlent
Les organisateurs avaient reçu une offre de l’Intérieur pour collaborer, ils étaient déjà en contact avec Casa Real pour finaliser les détails et avaient même un présentateur.

Le ministère de l’Intérieur soutient qu’il ignorait l’existence de cet hommage et qu’il n’a jamais eu de communication officielle des intentions des organisateurs de l’événement qui devait se tenir au WiZink Center en avril dernier. Au cours de la semaine où le PSP prévoyait de tenir le gala, le gouvernement avait besoin du soutien de Bildu pour exécuter le décret sur les mesures économiques découlant de la guerre en Ukraine. Le vote a eu lieu le 28 avril. Après quelques heures d’âpres négociations, Pedro Sánchez a réussi à faire voter le décret grâce au vote en faveur des cinq députés de EH Bildu. En revanche, ERC, le principal soutien parlementaire de Sánchez, a voté non.

Du PP, Alberto Nez Feijolider a reproché hier au gouvernement, en désignant le ministre : Il n’aime pas être témoin et reconnaître ce qui s’est passé en Espagne au pire moment de la démocratie. le nouveau chef populaire Il a insisté sur le fait que les victimes méritent beaucoup plus de respect que ce que ce gouvernement a soulevé, et il a statué : Si c’est confirmé, il n’a pas de laissez-passer. Il n’a pas de laissez-passer qu’on ne puisse pas réconforter les victimes. Aucun ministre ne peut être responsable de ce veto, et s’il est maintenu, le ministre rompt avec sa propre histoire en tant que juge de la Public national.

Vous pourriez également aimer...