Les maires de tous les partis exigent que le Trésor reçoive au moins 10% des fonds européens

Le porte-parole national du PSOE rejoint les conseillers «  rebelles  » du PP, ERC, JxCat, BNG, Izquierda Unidas, Cs et Comproms

Le maire de Valladolild et porte-parole national du PSOE,

Le maire de Valladolild et porte-parole national du PSOE, Scar Puente, dans un acte, en 2020.
LE MONDE

Les maires rebelles reviennent à la charge. La nouvelle, avancée par EL MUNDO, que le ministère des Finances exclut l’élaboration d’un autre décret pour transférer des fonds contre Covid-19 aux conseils municipaux a réveillé les premiers conseillers du PP, ERC, Ciudadanos, Junts per Catalunya, BNG, Izquierda Unida o Des compromis, qui se sont réunis pour exiger un traitement équitable dans la lutte contre la pandémie. Et ils ont déjà réussi à vaincre le gouvernement de coalition au Congrès en septembre. Maintenant, le p

Les principales communes gouvernées par ces partis vont plus loin et demandent à être autorisées à participer beaucoup plus aux fonds européens pour la reprise post-Covid: elles réclament justement 20 000 millions d’euros. Douze fois plus que ce que le gouvernement a prévu pour l’instant: 1 483 millions (1,2% du total). «C’est un montant ridicule», juge-t-il

Antonio Gonzlez Terol

, Secrétaire territorial adjoint du PP, qui est celui qui mène les négociations avec le reste des formations des maires rebelles. « Au moins, ils devraient être autorisés à gérer 14,7% des 140 000 millions. » C’est-à-dire un pourcentage équivalent au poids que les consistoires ont dans les dépenses publiques. La lutte de ces maires contre le ministère des Finances a ajouté un allié puissant, puisqu’ils ont été rejoints par le maire de Valladolid et porte-parole national de la

PSOE

,

pont de cicatrice

, qui réclame «au moins» 10% des fonds pour les communes. C’est-à-dire un minimum de 14 000 millions.

La proposition PP

De l’avis du leader socialiste, il est «indéniable» que le gouvernement augmente notablement le transfert des fonds européens vers les collectivités locales, de sorte que ce sont elles qui «choisissent leurs projets et gèrent les fonds». La pression pour le PSOE augmente encore plus de l’étranger, puisque ce seuil minimum de 10% a été fixé mardi lors d’une réunion des conseillers progressistes des villes européennes avec le président de l’UE, le Premier ministre portugais.

Antnio Costa

, et avec la présence des premiers conseillers de Paris, Bruxelles, Florence, Milan, Hambourg, Vienne ou Varsovie, entre autres grandes villes. Le PP, qui est le parti qui négocie avec le reste des formations du groupe rebelle, va présenter une initiative au Congrès des députés pour exiger « un fonds d’au moins 3 milliards d’euros pour couvrir les dépenses assumées par le Covid ce l’année prochaine, et 1 000 pour l’année prochaine », explique Terol. « Surtout lors de compétitions inappropriées, comme l’achat d’équipement de protection contre le coronavirus, ou pour avoir à livrer du matériel de santé aux centres ou à nettoyer les écoles. » Des compétences, toutes, qui ne correspondent pas aux communes, mais qui ont été assumées dans cette situation d’urgence sanitaire.

Le porte-parole national du PSOE

Scar Puente est d’accord. Selon lui, il est « évident » que le pourcentage de fonds pour les maires doit être plus élevé, comme dans le cas des politiques sociales et de la prise en charge des personnes âgées, où le premier maire de Valladolid revendique au moins 30%. Dans la Fédération espagnole des communes et provinces (FEMP), il y avait déjà un accord entre le PSOE, le PP, JxCat, Podemos-IU et Cs. Puente espère que le consensus sera transféré au Parlement. Il faut rappeler qu’en septembre le Trésor a proposé aux maires un fonds de 3 000 millions d’euros, comme celui actuellement proposé par le PP, mais en échange de la remise des 15 milliards de restes des communes.

« Pouvoir dépenser plus »

Lorsque les maires se sont rebellés, non seulement ce montant n’a pas été transféré à l’administration centrale, mais le ministre

Mara Jess Montero

il a dû céder et à la fin les restes ont été libérés pour que les municipalités dépensent, après la défaite au Congrès. « Et après que Montero a dit qu’il était impossible de le faire », se souvient Terol. Désormais, le PP demandera également l’abolition des règles budgétaires « pour pouvoir dépenser plus ». Et revendiquez, en accord avec ERC, un fonds de transport. Les deux formations ont déjà introduit un amendement budgétaire pour établir un paiement de 275 millions extensible à 400 aux villes dotées de sociétés de transport public de passagers. Mais ces fonds n’ont pas non plus été versés et sont loin des 1 725 millions d’euros réclamés par la FEMP.

Pour continuer la lecture gratuitement



Vous pourriez également aimer...