Les mouvements LGTBI et les personnes handicapées participent à la Commission des crimes de haine présidée par Snchez

L’objectif de la réunion est d’évaluer la mise en œuvre du premier Plan d’action de lutte contre les crimes de haine 2019-2021 et ses contributions sur la situation actuelle, les défis futurs et les améliorations pour le deuxième plan.

Pedro S
Pedro Snchez lors d’une autre réunion avec des groupes LGTBI à Moncloa.Javier Barbancho
  • À l’intérieur Marlaska se cache derrière les policiers de « l’affaire Malasaa » pour justifier son coup
  • « L’affaire Malasaa » Un ex-compagne du jeune homme de Malasaa a avoué à la police qu’il était friand de sadomasochisme

Les mouvements LGTBI et les personnes handicapées participent ce vendredi 10 septembre à la Commission de suivi du Plan d’action de lutte contre les crimes de haine, présidée par le Président du Gouvernement, Pedro Snchez.

Le chef de l’exécutif a annoncé mardi dernier la convocation de cette commission après qu’une plainte a été portée à la connaissance d’une agression de groupe contre un jeune homme qui a par la suite reconnu que les faits dénoncés ils sont faux.

Malgré le changement de version des faits, le Gouvernement maintient la réunion, qui sera ouvert et fermé par Snchez, selon l’ordre du jour de la réunion. Après les premiers mots du président, le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, interviendra.

L’objectif de la réunion est d’évaluer la mise en œuvre du premier Plan d’action de lutte contre les crimes de haine 2019-2021 et ses contributions sur la situation actuelle, les défis futurs et les améliorations pour le deuxième plan d’action.

La Commission, qui sera clôturée par le Président du Gouvernement, vise également à établir les axes autour desquels s’articulera le deuxième plan d’action pour le triennat 2022-2024. Outre les différents postes du ministère de l’Intérieur, de la Garde civile et de la Police nationale, la réunion sera également suivie par Boti García, directeur général de la Diversité sexuelle et LGTBI du ministère de l’Égalité ; aussi bien que Fernando Rodriguez, coordinateur contre les crimes de haine et la discrimination du Bureau du Procureur.

A leurs côtés, Karoline Fernndez, directrice de l’Observatoire espagnol contre le racisme et la xénophobie ; Carlos Daniel Casares, secrétaire général de la FEMP ; Esteban Ibarra, du Conseil des victimes de crimes haineux ; Ana Blanco, de l’Observatoire de la liberté religieuse ; Uge San Gil, président de la Fédération espagnole des lesbiennes, gays, transsexuels et bisexuels ; Luis Cayo, président du Comité espagnol des représentants des personnes handicapées (CERMI) ; et Rufino Tirado, de LGTBIpol, agents de l’Autorité pour la diversité.

Vous pourriez également aimer...