Les quatre associations judiciaires exigent que les partis n’utilisent pas le débat sur le CGPJ « à des fins partisanes ».

Ils se souviennent qu’ils veulent tous changer le choix des voyelles, bien qu’ils soient en désaccord si le système actuel doit être utilisé pour ce renouvellement.

Le ministre de la Justice, Pilar Llop, s'entretient avec le chef de la justice du PP, Enrique L
La ministre de la Justice, Pilar Llop, s’entretient avec le responsable de la Justice du PP, Enrique Lpez (à droite) en présence du président de la CGPJ, Carlos Lesmes.JAVI MARTNEZ

Les quatre associations judiciaires ont publié lundi un communiqué commun dans lequel elles regrettent que des « responsables politiques » utilisent le débat sur le renouvellement du Conseil général de la magistrature (CGPJ) « à des fins exclusivement partisanes ».

La lettre exigeant que cette voie ne soit pas suivie s’adresse aux hommes politiques de toutes formations, mais son déclic a été l’affirmation du responsable de la justice du PP, Enrique López, -dans une interview à La raison– que « le PP a le soutien de la majorité de la carrière judiciaire ». « Nous, les juges espagnols, restons à l’écart des différends politiques », indique le communiqué.

Les associations rappellent qu’il y a unanimité parmi elles qu’« il faut réformer le système d’élection des membres judiciaires du CGPJ, afin qu’ils soient choisis par les juges selon un système démocratique qui assure la représentation de toutes les catégories et sensibilités existantes au sein de la carrière judiciaire ».

Ils ajoutent que la coïncidence se poursuit sous un second aspect : que « l’état provisoire » dans lequel se trouve actuellement le CGPJ, sans être renouvelé pour trois ans faute d’accord entre le PSOE et le PP, suppose « une grave anomalie institutionnelle qui il faut le corriger. »

Lorsque

Le décalage entre les associations est de savoir s’il doit être renouvelé « tout de suite ou plus tard ». Si cela est fait immédiatement, cela se fera avec la loi en vigueur, comme le soutiennent fortement les juges progressistes et les juges pour la démocratie.

L’option de le faire plus tard est plus conforme à l’exigence du PP que le renouvellement soit effectué avec une nouvelle loi qui permet l’élection de 12 des 20 membres du CGPJ par les juges. L’Association Professionnelle de la Magistrature, l’Association Judiciaire Francisco de Vitoria et le Forum Judiciaire Indépendant insistent sur la réforme immédiate de la loi actuelle.

En tout cas, les associations soulignent que ce décalage sur le moment du renouveau « est totalement sans rapport avec les différences qui existent entre les formations politiques » sur ce sujet.

Vous pourriez également aimer...