Les stars (de l’espace et d’Hollywood), le deuxième objectif du voyage de Pedro Sánchez aux États-Unis

Pedro S
Pedro Snchez, ce mercredi à New York.Juan Jo MartinEFE
  • Voyage Des fonds importants en provenance des États-Unis transmettent à Pedro Snchez leur inquiétude face à la réforme du travail
  • gouvernement Pedro Snchez : « Je suis un homme politique qui obéit ; l’opposition ne fait que crier »

Le président du gouvernement, Pedro Snchez, a parcouru hier les 4 000 kilomètres qui séparent Wall Street de Hollywood (plus ou moins, la distance entre Madrid Oui Bagdad) pour poursuivre aujourd’hui la deuxième étape de sa tournée d’affaires américaine. Une visite qui se concentre aujourd’hui sur deux des institutions les plus emblématiques de la première puissance mondiale : la NASA et Hollywood, sans oublier une référence claire à la présence de la langue espagnole dans une partie des États-Unis –Californie et, en général, le sud-ouest du pays, qui est en réalité autant ou plus espagnol qu’anglo-saxon.

L’objectif fondamental est d’attirer les productions audiovisuelles vers Espagne, un objectif stratégique du Gouvernement, qui considère que ces types de projets sont de grands générateurs d’emplois et, en plus, provoquent la naissance d’une industrie auxiliaire dans des secteurs en croissance rapide, avec une composante technologique importante et qui font partie de la so -appelé économie créative qui se développe partout dans le monde, comme les jeux vidéo. Le secteur a été l’un des grands bénéficiaires du Covid-19, qui a accéléré le passage des salles de cinéma à la télévision, aux tablettes, aux ordinateurs et aux téléphones. Toutes les grandes sociétés de production aux États-Unis facturent déjà leur contenu en streaming.

Pour ce faire, le président va rencontrer les responsables de la zone de production des plus grandes sociétés audiovisuelles du monde : Disney – le plus grand studio d’Hollywood -, HBO et Warner – appartenant tous deux à la même société, AT&T, et également lié à un autre géant, Discovery -, Amazon, Paramount et Apple, qui produit des séries et des jeux vidéo qu’il distribue via ses appareils. La réunion a été organisée par l’association des employeurs du secteur, la Motion Pictures Association, l’un des «lobbies» les plus influents des États-Unis. Le seul « grand » manquant est Comcast, qui possède Universal et le réseau de télévision NBC, à l’une des marques, MSNBC, dont Sanchez a accordé une interview mercredi.

C’est aussi un secteur qui est en pleine fièvre de fusions-acquisitions. Amazon a annoncé en mai le rachat de Metro Goldwin Mayer pour 8 milliards de dollars (6,8 milliards d’euros), bien qu’il soit possible que le gouvernement Biden tente de bloquer l’opération au motif que la société Jeff Bezos a déjà une position dominante dans d’autres. marchés, de sorte que l’achat pourrait se retrouver devant les tribunaux. Une semaine plus tôt, AT&T avait annoncé en mai la cession de 29 % de TimeWarner, qu’il avait racheté pour 85 milliards d’euros, à Discovery Communications. La prochaine société de production à acquérir pourrait être Paramount.

Les autres étoiles – celles de la NASA – gravitent autour du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de Pasadena. Le président espagnol visite les installations, où elles ont été construites et à partir desquelles les jeeps spatiales sont conduites Curiosité – qui roule sur Mars depuis plus d’une décennie – et Persévérance – qui a atterri sur cette planète en février -. Une importante flotte de satellites en orbite autour de la Terre est également dirigée depuis ce centre et qui sont principalement dédiés à la surveillance du niveau des mers, de l’humidité des sols de la planète ou de la concentration de carbone dans l’atmosphère.

Bien que peu connu, le JPL joue un rôle central dans la recherche scientifique de la NASA. C’est une institution gérée par le California Institute of Technology – connu familièrement sous le nom de Caltech ‘- l’une des universités polytechniques les plus importantes des États-Unis. Et, comme ses porte-parole l’ont rappelé à ELMUNDO.es, il entretient également des relations avec l’Espagne. D’une part, le Curiosité et le Vagabond Ils transportent des instruments espagnols – MEDA et REMS, respectivement – pour étudier l’atmosphère martienne. Le JPL coordonne également le Deep Space Network, un réseau de trois antennes situées à Madrid, en Australie et en Californie pour communiquer avec les engins spatiaux au-delà de la Lune. Au JPL, comme on l’appelle aux États-Unis, le président espagnol rencontrera des scientifiques espagnols qui y travaillent.

Vous pourriez également aimer...