Les « toreros pompiers » portent plainte contre la Junta de Andaluca pour avoir opposé leur veto à leur spectacle à Baza

  • Société Le Conseil ignore les menaces de Vox et maintient son veto aux spectacles du torero pompier
  • grenade Vox menace de dénoncer le Conseil pour la suspension d’un spectacle de tauromachie naine à Baza

La direction du groupe ‘Espectculo Cmico Taurino Diversiones en el Ruedo y sus Nains Toreros‘a annoncé ce jeudi avoir engagé une action en justice contre le directeur général des personnes handicapées et de l’inclusion de la Junta de Andaluca, Martial Gmez, « à la suite de son action totalement arbitraire et injustifiée contre notre travail ».

Ce groupe de bande dessinée l’accuse d’agir »presser et contraindre à la Mairie de Baza (Grenade) pour empêcher que la performance contractée pour le 15 août dernier ne soit réalisée sur la Plaza de Toros de cette ville et qui finalement n’ait pu être développée, « au-delà de ses pouvoirs ».

C’était le deuxième spectacle qu’ils allaient développer cet été, après leur première représentation en Zahnos (Badajoz). Malgré la suspension à Baza, pour dimanche prochain ils maintiennent la représentation prévue à Constantin (Séville).

Ce groupe confirme avoir soumis un plainte infraction pénale contre le leader politique andalou devant les tribunaux de Séville pour la commission présumée des crimes de tergiversations administratives, coercition et contre les droits fondamentaux (droit au travail). La suspension signifiait que les 15 travailleurs qui faisaient partie de ce groupe « ne pouvaient pas exercer leur droit légitime au travail reconnu par la Constitution espagnole ».

Les membres de l'entreprise
Membres de la compagnie des sapeurs-pompiers torero.LE MONDE

De plus, ils se souviennent que la tauromachie comique fait partie de la tauromachie « depuis des temps immémoriaux » outre le fait que les professionnels qui composent ce spectacle sont « dûment inscrits au registre des professionnels de la tauromachie du ministère de la Culture et des Sports, et tous ont décidé d’exercer leur droit fondamental au libre choix de profession ou de métier ».

En outre, ‘Diversiones en el Ruedo y sus Enanitos Toreros’ tient à remercier « les nombreuses expressions de soutien reçues à la suite de cette situation malheureuse ».

Rappelons que la Junta de Andaluca, par l’intermédiaire du ministre de l’Égalité, des Politiques sociales et de la Conciliation, Roco Ruiz (Cs), a confirmé son intention d’opposer son veto à ce type de spectacle, il a donc l’intention d’envoyer des lettres similaires à celles qu’il a envoyées à la mairie de Baza à toutes les mairies andalouses où ces événements doivent avoir lieu.

Dans cette lettre, le Conseil a menacé ce conseil d’ouvrir un dossier de sanction pour avoir autorisé un spectacle qui pourrait constituer une « violation très grave » de la loi andalouse de 2017 sur les droits des personnes handicapées, « en violant délibérément leur dignité », imposant sur eux « conditions ou fardeaux humiliants« .

Suite à la lettre du Conseil, l’émission qui devait se tenir le 15 août à Baza a été suspendue et Vox a demandé au Conseil de rectifier ou de s’assurer qu’il allait dénoncer le conseiller Roco Ruiz pour tergiversation.

Constantin

Daniel Caldern, fondateur du groupe, a assuré à EL MUNDO que le spectacle qu’ils envisagent de développer dimanche prochain à Constantina (Séville) se poursuit à ce jour, « car nous avons les autorisations de la mairie et de la Junta de Andaluca ».

Avant, en Estrémadure, le premier salon de cette entreprise avait eu lieu après la pandémie. Elle s’est déroulée à Zahnos (Badajoz) avec un énorme succès public, qui a rempli les gradins de la place portative (plus de 1000 personnes), malgré le fait que le ministère des Droits sociaux et de l’Agenda 2030 -qui dirige Ione Belarra– Il avait demandé publiquement l’annulation desdits événements, provoquant ainsi une grande polémique sur les actions publiques dans ce type d’événements par ces personnes.

Ainsi, le directeur général des droits des personnes handicapées, Jess Martin Blanc, qui avait affirmé que « la liberté doit s’accompagner de justice sociale, et l’autonomie de l’individu tombe si elle ne fait pas partie de l’égalité des chances, car personne n’aime avoir un travail qui soit un motif de moquerie », le gang indique qu’ils ne ressentent « aucune discrimination de la part du public ou de leurs pairs ».

Cependant, l’entreprise a répondu que ses membres décident « librement comment travailler » et qu’ils ont « choisi d’être comédiens, quelle que soit « leur » taille « ou » condition ». « .

« On se demande si maintenant, ceux qui disent nous défendre, nous pointent du doigt parce qu’ils voient une cible facile dans notre condition physique », critiquent-ils. « C’est là que nous ressentons la discrimination, ou peut-être que la véritable attaque vient de notre côté tauromachie. »

En faveur du veto

Pour sa part, le Comité andalou des entités représentatives des personnes handicapées (Cermi Andalousie) a soutenu la décision du Conseil de « promouvoir la suspension » des spectacles comiques de tauromachie auxquels participent des personnes atteintes d’achondroplasie, afin de « défendre la dignité des personnes handicapées ».

Le groupe a salué la prise de position du ministre de l’Égalité, des Politiques sociales et de la Conciliation pour avoir exhorté les communes à suspendre ce type de manifestations comiques, « dans le but de sauvegarder la dignité et l’image des personnes handicapées ».

Cermi Andaluca a rappelé que son président, Marta Castillo, a demandé au gouvernement andalou de suspendre le spectacle qui allait se tenir à Baza, une demande qu’il a faite au directeur général du handicap du Conseil, Marcial Gmez, et qu’il a également transféré au président du conseil provincial de Grenade, Train de Jos, et à la Délégation du Gouvernement de la Régie dans la province, afin qu’ils fassent tout leur possible devant la mairie de Baza pour son annulation.

Cermi Andaluca a remercié l’implication de toutes les institutions pour « empêcher la célébration de cette événement dénigrant et burlesque et ainsi garantir la préservation de la dignité des personnes handicapées ».

Vous pourriez également aimer...