Les travaux de la frontière de Tarajal se sont poursuivis quelques heures avant l’ouverture à Ceuta

Certains pivots escamotables ont été installés qui empêcheraient une éventuelle entrée de voitures avec l’intention de perpétrer « un attentat terroriste ou une tentative d’entrée par la force »

Plusieurs travailleurs sont occupés à mettre en place un poste frontière dans la ville aut
Plusieurs ouvriers sont occupés à installer un poste frontière dans la ville autonome de Ceuta quelques heures avant sa réouvertureAS
  • À l’intérieur L’Espagne et le Maroc conviennent de rouvrir les frontières de Ceuta et Melilla le 17 mai, jour anniversaire de la vague d’immigrés
  • bibliothèque de journaux L’Espagne déploie l’armée à la frontière avec le Maroc face à la vague interminable d’immigrés

La Frontière de Tarajal dans Ceuta finaliser les préparatifs de sa réouverture à 00h00 le mardi 17 mai, comme l’a annoncé le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, jeudi dernier. Les travaux de réforme et d’adaptation se sont poursuivis ce lundi à quelques heures de l’ouverture. Certains pivots escamotables ont été installés pour empêcher l’entrée éventuelle de voitures dans l’intention de perpétrer « un attentat terroriste ou une tentative d’entrée forcée par le passage frontalier », selon des sources du délégation gouvernementale à Ceuta.

De plus, ils finissent de placer de nouveaux auvents sur les accès piétons et les toits pour la protection solaire des agents frontaliers. A l’extérieur, des ouvriers de la ville autonome travaillaient à peaufiner tout le mobilier urbain situé à côté de l’entrée, préparant les terre-pleins qui séparent les voies dans les deux sens. Ce lundi l’arrivée des engins pour le bitumage de la route qui donnera accès aux postes de contrôle frontaliers, qui se retrouveront disposés en deux voies en direction de Maroc et trois pour entrer en Espagne.

Les systèmes de contrôle automatique des personnes, la frontière dite intelligente, ne seront pas encore opérationnels et il est prévu pour la mi-juin, comme le souhaite le délégué du gouvernement à Ceuta.

Lorsque l’ouverture est déjà effective, l’entrée des résidents dans la province de Tetun sans visa n’est pas autorisée, comme jusqu’à présent inclus dans la règle d’exemption au traité Schengen, qui permet l’entrée aux voisins des villes limitrophes de la province de Tétoum Oui nador aux villes autonomes de Ceuta et Mélilla, mais cela les empêchait de se rendre dans la péninsule.

Les frontaliers munis de documents en règle, chiffrés à plus d’une centaine, ne pourront traverser qu’à partir du mardi 31 mai, comme le précise le décret d’ouverture des frontières terrestres espagnoles.

La presse marocaine traite la réouverture des frontières comme symbolique dans cette première phase dont la durée n’est pas encore déterminée. Cette symbolique à laquelle se réfèrent certains médias du pays voisin ne voit pas comme une coïncidence que la date de la réouverture convenue par les deux pays coïncide avec l’anniversaire de la crise migratoire que le Maroc a provoquée en facilitant l’entrée de plus de 12 000 personnes à travers le brise-lames d’accès à la plage de Tarajal à Ceuta.

Mais avant la réouverture des frontières, l’Espagne et Maroc Ils doivent encore s’entendre sur deux points importants : la douane commerciale à Melilla et la création d’une nouvelle à Ceuta qui, selon les mots du ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, sera une réalité au plus tôt. Une déclaration qui coïncide avec la feuille de route que les gouvernements des deux pays suivront après la rencontre de Rabat de Pedro Sánchez et Mohammed VI après la reprise des relations bilatérales écourtées en mars de l’année dernière, qui a conduit à une crise diplomatique due à l’hospitalisation du chef de la Front du Polisario, Brahim Ghali, dans un hôpital de Logroo.

La délégation gouvernementale à Ceuta a rendu compte lors d’une conférence de presse des conditions d’ouverture de la frontière lundi soir. Ainsi, le délégué du gouvernement à Ceuta, Salvatore Mateos, a communiqué qu’au cours des 15 prochains jours, le passage de Tarajal sera ouvert aux personnes et aux véhicules (uniquement les ressortissants espagnols et les résidents de l’UE ou avec un visa Schengen), sans permettre le passage de marchandises en provenance du Maroc – « pas même un sac de tomates » – ni dans le régime des passagers, le responsable de la santé étrangère de Ceuta a condamné dans la même comparution.

commission bilatérale

Cette mesure est la même que celle adoptée par le Maroc tant que les conditions ne seront pas réunies pour l’éventuelle ouverture d’un bureau de douane commerciale qui sortira de la commission bilatérale entre les deux pays, conformément à la feuille de route à suivre entre l’Espagne et le Maroc après la normalisation des relations entre les deux pays après la visite de Pedro Sánchez à Rabat.

Mateos a comparu avec les responsables de la police nationale et de la garde civile, le Commissaire Noguerales et le Colonel Dominguez, et a décomposé les phases de « l’ouverture progressive et ordonnée » de la frontière de Tarajal telles que publiées par le BOE samedi dernier.

De son côté, le ministère de l’Intérieur a renforcé les unités de la Corps de la police nationale (CNP) pour assurer la sécurité des installations frontalières, avec des troupes du unité d’intervention policière (UIP) et avec l’arrivée d’agents étrangers pour contrôler l’entrée et la sortie des personnes.

Dans la phase 1, les personnes qui peuvent accéder à l’espace Schengen, c’est-à-dire les Espagnols, les Européens et les Marocains avec un visa pour se déplacer dans l’UE, entreront sur le territoire espagnol. Pour ceux qui quittent Ceuta, il n’y a aucune restriction, qu’ils soient espagnols ou marocains.

Dans la phase 2, à partir du 31 mai, les travailleurs frontaliers pourront entrer à Ceuta avec une carte d’identité d’étranger en cours de validité ou le récépissé de la demande de carte TIE. Ces travailleurs frontaliers peuvent obtenir un visa spécial pour Ceuta et Melilla qui sera délivré dans les consulats espagnols.

Augmentation du personnel

La association judiciaire, dont les représentants nationaux se rendent à Ceuta, a exigé que le gouvernement espagnol augmente le nombre de gardes civils pour « contrôler le passage des frontières » à l’aide de mesures électroniques telles que la reconnaissance des plaques d’immatriculation et l’identification faciale, ce que le gouvernement prévoit avec l’implantation de la « frontière intelligente ». Jucil appelle également à la création d’une unité spéciale pour garder la clôture avec suffisamment de matériel pour repousser les tentatives « d’agressions d’immigrants », selon le secrétaire général de l’Association professionnelle, Ernest Villario, qui a clairement fait savoir qu’ils sont là « pour soutenir et soutenir le travail effectué par les troupes »

Coïncidant avec l’anniversaire de la crise migratoire et humanitaire, les représentants de Jucil ont dénoncé observer « avec inquiétude que la situation n’a pratiquement pas changé du tout : il n’y a toujours pas de renforts de la garde civile au poste frontière de Tarajal, la clôture est toujours sans protection et aucune des promesses faites par le ministre de l’Intérieur après l’agression n’a été tenue. »

Le délégué du gouvernement a indiqué à cet égard que le manque de troupes réclamé par l’association des gardes civils ne correspond pas à la réalité, « comme vous pourrez le vérifier ce soir », en référence au dispositif mobilisé pour l’ouverture de la frontière.

En revanche, la visite à Ceuta du président du PP, Alberto Nuez Feijo, a été annoncée ce mardi, coïncidant avec l’ouverture du poste frontière et l’anniversaire de la crise de mai. Feijo pour être reçu par le président de Ceuta, Jean Jésus vivaset devrait rencontrer des représentants du tissu économique de la ville et des forces et organes de sécurité de l’État.

Selon le PP dans un communiqué, la visite du président du Parti populaire s’inscrit dans l’objectif de ratifier « l’engagement absolu » du PP avec Ceuta et Melilla comme « espace de coexistence entre les cultures, dont l’espagnolité ne pourra jamais être interrogé ».

Vous pourriez également aimer...