Les violences économiques de genre, un abus « subtil » au cadre juridique difficile

Elle se déroule dans trois domaines : le contrôle économique, l’exploitation économique et le sabotage du travail, et a été subie par 80 % des femmes qui ont subi des violences physiques après la séparation.

G violence
Bannière lors d’un rassemblement féministe contre la violence sexiste.NACHO GALICIENEFE

La « violence économique » de genre Il s’agit d’une maltraitance « très subtile » subie par un pourcentage élevé de femmes, aussi bien pendant la vie en couple qu’après la séparation, et ce malgré leur inclusion Convention d’Istanbul, qui la considère comme une violence à l’égard des femmes, n’est inscrite en tant que telle dans aucun système juridique.

Rendre visible ce type de violence est l’objectif du projet ECOVIO, qui développe depuis deux ans un consortium coordonné par le Université d’Estrémadure (UNEX) et dont le Société espagnole d’assistance sociale et sanitaire (MER), les Institut Polibienestar de l’Université de Valence (UV) et italien Groupe R.

« C’est un abus très subtil. C’est une violence qui ne s’arrête pas, mais apparaît parfois lorsque la femme se sépare puisque le lien économique avec son ex-conjoint, surtout s’ils ont des enfants, est à l’infini et au-delà », dit-il dans déclarations à Efe Immaculée Domnguez Fabin, chercheur principal du projet.

Prévalence de la violence économique de genre

Selon le Macro-enquête sur la violence à l’égard des femmes 2019, du nombre total de femmes âgées de 16 ans ou plus résidant en Espagne, 11,5 % (2 350 684) ont subi des violences économiques de la part d’un partenaire actuel ou ancien à un moment de leur vie.

Si le pourcentage du nombre total de femmes qui ont eu un partenaire est calculé, la prévalence de la violence économique tout au long de la vie sera de 12%

Le projet, qui a enquêté sur des femmes séparées de plus de 25 ans avec enfants, conclut que 80 % de celles qui ont subi des violences physiques alors qu’elles vivaient ensemble subissent des violences économiques après la séparation.

De même, entre 30 et 40 % de ceux qui n’ont pas subi de violences physiques dans la relation subissent des violences économiques après la séparation.

Trois tactiques d’abus

Domnguez Fabin garantit que pendant la coexistence ou après la séparation ou le divorce, il peut y avoir trois types de tactiques d’abus économique – le contrôle économique, l’exploitation économique et le sabotage du travail – et considère que tous ces abus doivent être traités dans les tribunaux de la violence contre les femmes et dans une perspective de genre .

Au cours de la coexistence, le contrôle économique Cela se produit, par exemple, lorsque l’homme donne à la femme une allocation de dépenses et exige qu’elle lui remette des reçus pour tout ce qu’elle achète.

Dans le cas de exploitation économique, l’homme fait de grosses dépenses à l’insu de sa conjointe, comme acheter une voiture ou une moto, s’endetter, ou ne pas payer une partie de sa contribution pour l’entretien de la maison ou l’hypothèque.

Finalement, le sabotage du travail Cela se produit lorsque l’homme ne laisse pas la femme aller travailler parce qu’elle doit rester à la maison pour s’occuper des enfants ou ne lui permet pas d’assister à des cours ou de voyager pour se promouvoir au travail.

« Les comportements qui se produisent lors de la coexistence ne sont pas criminels en tant que tels, mais ils doivent être rendus visibles et prévenus », explique Domnguez, qui prévient qu’après une séparation ou un divorce, ces trois types d’abus peuvent continuer d’exister.

Dans ce cas, ils peuvent se traduire par « payer en retard ou ne pas payer la pension, faire défaut de leur part de l’hypothèque ou ne pas s’occuper des enfants quand ils le doivent, rendant difficile pour la femme d’aller travailler ».

La violence économique comme violence de genre

D’après le souvenir du Procureur général de l’État En 2019, un total de 22 679 procédures préliminaires engagées ont porté sur le délit de non-paiement des pensions, soit 23 % de plus qu’en 2018 (16 638).

Bien que le violence économique n’est pas caractérisé dans le système juridique espagnol comme violence de genre, en mai dernier, pour la première fois, une sentence du Cour suprême, avec le magistrat Vicente Magro En tant qu’orateur, il considérait le non-paiement de la pension alimentaire aux enfants comme violence de genre.

Domnguez souligne l’importance de rendre visible et de sensibiliser à ce type d’abus dans le domaine éducatif, et à cet effet des infographies et des bandes dessinées sont conçues pour les écoles.

Tout le matériel du projet, et de l’observatoire des violences économiques, est disponible sur son site internet.

Vous pourriez également aimer...