Les votes particuliers contre l’exclusion de Toni Cant des listes du PP: « La loi doit être interprétée dans un sens plus favorable au droit de vote »

Les juges du bloc conservateur ont émis deux votes individuels contre le rejet de l’appel du PP

Toni Cant
Toni Cant et Isabel Daz Ayuso, dans un acte, à Madrid.EFE

La Cour constitutionnelle a notifié ce vendredi la sentence où elle exclut définitivement Toni Cant et Agustn Condé des listes du Parti populaire aux élections de la Communauté de Madrid le 4 mai.

Dans la phrase, présentation du magistrat progressiste Mara Luisa Balaguer, rejette qu’il y a eu violation du droit au suffrage passif et du droit d’accéder aux fonctions publiques dans des conditions égales à l’égard du PP et des requérants individuels et, à l’égard de ces derniers, il nie également qu’il y ait eu violation leur droit de ne pas être sans défense.

La résolution, qui a eu les votes de Balaguer, Cndido Conde-Pumpido et la voix prépondérante du président Juan Jos Gonzlez Rivas, souligne que le manque d’inscription dans le recensement actuel pour les élections autonomes de Cant y Conde « détermine qu’ils ne peuvent pas rejoindre le corps électoral avec l’ensemble des citoyens de la Communauté de Madrid, mais qu’au moment de la présentation de leur candidature, sont inclus dans un autre corps électoral, correspondant à une circonscription différente. Ce manque de virtualité prive leur représentativité, car il est difficile d’identifier et de représenter les objectifs d’un groupe électoral auquel ils n’appartiennent pas, dont le droit de vote doit être protégé. « .

Comme le rapporte EL MUNDO, la Chambre souligne qu ‘ »une interprétation plus souple du droit fondamental en question, au sens demandé dans la demande d’amparo, n’est pas possible si elle est ouvertement contraire à une disposition légale, qui témoigne de la volonté de le législateur, exprimé dans l’exposé des motifs de la LO 2/2011, par lequel l’article «39 LOREG entre autres a été modifié, pour éviter l’enregistrement de complaisance».

Les arguments d’Andrs Ollero

La sentence a compté sur trois voix particulières. Le premier, formulé par le magistrat Andrs Ollero, qui estime que l’appel à la protection électorale aurait dû être accueilli pour violation du droit fondamental des appelants au suffrage passif.

À son avis, la signification constitutionnelle particulière du problème n’est pas compatible avec une tentative de solution formaliste. Au contraire, la validité du recensement sera liée à la question de savoir si les appelants satisfont ou non aux exigences pour pouvoir être des contribuables dans le processus électoral; toujours interprété de la manière la plus favorable lorsqu’il s’agit de l’exercice d’un droit fondamental pertinent.

De même, il considère que la déclaration selon laquelle « l’inscription au recensement ou au registre municipal des habitants des citoyens espagnols n’était pas une condition nécessaire pour être candidat », sur laquelle ce tribunal précise que la norme « renvoie les candidats espagnols aux élections municipales et le Parlement européen, alors que les non-Espagnols sont spécifiquement tenus de s’inscrire au recensement « , étant donné que leur statut d’Espagnol n’a pas été heureusement remis en question.

Les arguments de Martnez-Vares

Le magistrat est également en désaccord avec la décision Santiago Martnez-Vares en soulignant que la sentence s’écarte de la doctrine constitutionnelle qui exige une interprétation de la légalité de la manière la plus favorable à l’effectivité de l’exercice du droit fondamental au suffrage passif.

Ce principe d’interprétation « revêt une importance particulière dans le processus électoral, où les droits de suffrage actif et passif sont effectivement exercés, qui, parce qu’ils sont à la base de la légitimation démocratique de l’ordre politique, doivent être particulièrement respectueux et favorables ».

A son avis, après avoir appliqué la doctrine au cas d’espèce, il considère que l’exigence d’être inscrit au recensement électoral en cours apparaît exclusivement à l’exception des candidats et non des électeurs.

C’est-à-dire que l’article 4.2 de la loi électorale de Madrid fait exception pour ceux qui «aspirent à être proclamés candidats et ne figurent pas sur les listes du recensement électoral en cours».

Pour cette raison, il leur permet d’être candidats « à condition qu’avec l’application, ils certifient, de manière fiable, qu’ils gagnent » [tiempo presente y no pasado: reunan] à ce moment-là, «toutes les conditions requises pour cela».

Les arguments d’Alfredo Montoya

Le troisième vote particulier est formulé par le magistrat Alfredo Montoya, qui estime également que le recours d’amparo aurait dû être examiné en application du principe d’interprétation de la loi dans le sens le plus favorable à l’exercice du droit au suffrage passif de l’article 23.2 de la Constitution.

Il a été possible de comprendre que la loi électorale de Madrid lie la condition d’électeur et celle d’éligibilité par l’exigence d’inscription sur la liste électorale applicable aux élections en question, mais, en même temps, son article 4.2 formule une exception à cette règle qui permettrait aux citoyens non inscrits au recensement en cours à la date de l’élection d’être candidats, à condition que, comme c’était le cas, ils remplissent les conditions requises pour cela au moment de la présentation de la candidature.

La seule existence de cette interprétation plus favorable à l’exercice du droit fondamental de suffrage passif aurait dû conduire au maintien du recours actuel, car une telle interprétation est non seulement plus favorable à l’exercice du droit mais aussi mieux adaptée à le libellé littéral des préceptes applicables et leur interprétation systématique dans le cadre de la loi électorale de la Communauté de Madrid.

Vous pourriez également aimer...