L’Espagne est le pays de l’OCDE avec le plus de redoublants à l’ESO : 60% sont des garçons

  • Éducation Le gouvernement supprime les examens de rattrapage à l’ESO et il sera possible de passer le cours directement
  • Éducation Isabel Cela élimine les échecs comme critère pour redoubler et obtenir le titre dans l’enseignement obligatoire

L’Espagne est le pays de Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) avec la plus forte proportion de redoublants dans le CETTE. Les 8,7% des étudiants inscrits ont redoublé une année, contre 1,9% de la moyenne des trente pays et territoires qui composent cette organisation internationale. Au lycée le taux est également très élevé (un 7,9% contre 2,9%) et juste après République Tchèque.

Les données proviennent du rapport annuel sur l’éducation que l’OCDE a publié ce jeudi simultanément dans la moitié du monde. L’ouvrage, d’un demi-millier de pages, rappelle que le 60% de ceux qui redoublent sont des hommes. Malgré cela, ni le gouvernement ni les communautés autonomes n’envisagent de mesures spécifiques conçues spécifiquement pour les garçons – la perspective de genre se concentre sur les filles – afin de réduire le mélange de manque de connaissances, de faibles attentes et de perte de motivation qui enflamme la mèche de la répétition et qui est aussi à l’origine de l’abandon précoce et conduit, plus tard, aux chiffres élevés du chômage des jeunes. Le rapport avertit également qu’il existe un 22% des jeunes entre 18 et 24 ans qui n’étudient ni ne travaillent, ce qu’on appelle ninis. Seul Italie nous surpasse en tant que pays européen et nous sommes au même niveau que Mexique, Costa Rica, La Colombie ou Afrique du Sud.

Le gouvernement vient de lancer une réforme pédagogique où il est exhorté à réduire les redoublements et à en faire quelque chose d’exceptionnel, ce qui ne peut se faire que s’ils sont décidés entre tous les enseignants d’un élève. Le problème est que cette approche considère la répétition comme un problème et non comme un symptôme que quelque chose d’antérieur ne va pas bien. Ce qui semble fonctionner, et voici l’exemple de Castille et Len, c’est donner un traitement individualisé aux étudiants qui accusent du retard dès le premier jour et ne pas attendre le dernier moment pour passer à l’action, les passer au cours et leur donner le titre sans limite d’échecs (le problème s’accumule pour l’année suivante) ou éliminer sans plus attendre les examens de rattrapage.

Selon Jorge Sainz, professeur d’économie appliquée à l’Université Rey Juan Carlos de Madrid et ancien secrétaire général des universités avec le PP, « la stratégie du gouvernement a été de baisser le prix du cours en supprimant les examens extraordinaires et en permettant de promouvoir avec des échecs ». « C’est un sophisme de composition : au fur et à mesure qu’ils passent au niveau supérieur, il semble qu’ils en savent plus, mais le problème s’enracine à long terme, ce qui à long terme créera plus d’inégalités », prévient-il.

En quoi il semble que le Ministère de l’Éducation est de sortir le programme de l’oubli ARC, qui sont des cours privés l’après-midi en petits groupes, conformément à un plan beaucoup plus ambitieux qui est en Royaume-Uni. Mais ses promoteurs voient que les 320 millions d’euros alloués sont insuffisants et qu’il faudrait au moins 500 millions pour bien faire les choses, en plus de le compléter par d’autres mesures visant à améliorer la qualification et la spécialisation des enseignants.

Daniel Sanchez Serra, analyste de l’OCDE, explique à EL MUNDO qu’il faut « essayer d’améliorer les apprentissages en identifiant et en répondant aux besoins des élèves dès le départ et apporter un soutien correctif dès que des difficultés sont identifiées ». Il parle d' »environnements d’apprentissage favorables » où « les étudiants développent un état d’esprit de croissance et apprennent à voir les erreurs comme une partie essentielle du processus d’apprentissage ».

L’OCDE souligne également dans ses travaux que l’Espagne n’utilise pas suffisamment une voie de sortie que les autres pays font : la PF. « Dans la plupart des pays, les garçons sont plus susceptibles que les filles de suivre une formation professionnelle équivalente au niveau secondaire supérieur. Ce n’est pas le cas en Espagne, où le cinquante% des diplômés de l’EFP de diplôme moyen en 2019 étaient des hommes, par rapport au 55% Moyenne OCDE. Les filles sont plus nombreuses à obtenir un baccalauréat et c’est aussi le cas en Espagne, où elles représentent 55% des diplômés, le même pourcentage que dans d’autres pays », explique l’ouvrage.

Il y a donc un frein à la fin de la scolarité obligatoire qui conduit beaucoup plus de garçons que de filles à interrompre leurs études. La formation professionnelle pourrait être un débouché pour continuer à étudier, mais il se passe quelque chose là-bas qu’ils ne l’étudient pas. Pendant ce temps, les filles s’épanouissent au lycée et vont plus souvent à l’université (le 54% des femmes entre 25 et 34 ans ont un niveau d’études supérieur 41% des hommes du même âge). La qualification plus élevée des femmes ne leur garantit cependant pas la réussite professionnelle : elles ont moins de chances d’obtenir un emploi et sont moins bien payées que leurs pairs, souligne l’OCDE.

« Il est vrai qu’en Espagne le taux de redoublement est très élevé, le plus élevé de l’OCDE en ESO. Et que le taux de redoublement affecte davantage les élèves issus de milieux défavorisés. Je suis tout à fait d’accord avec le ministère de l’Éducation dans l’objectif de réduire le taux de redoublement. Ce sur quoi je ne suis pas d’accord, c’est comment le faire », dit Ismaël Sanz, vice-recteur pour la qualité de l’Université Rey Juan Carlos et ancien directeur de l’Institut national d’évaluation de l’éducation.

De l’avis de ce professeur d’économie, « réduire le taux de redoublement en abaissant le niveau d’exigence et en facilitant la promotion est le raccourci facile : c’est un moyen artificiel de réduire l’échec scolaire, car le problème, le manque d’apprentissage de certains élèves perdure. euh « .

Il précise que « la manière de gérer le redoublement passe par des plans d’accompagnement des centres prioritaires, des évaluations pour vérifier les meilleurs et un tutorat en petits groupes, comme le montre une étude récente de chercheuses Michela Carlana, de laUniversité de Harvard, et Eliana La Ferrare, de l’Université Bocconi « .

« De plus, poursuit-il, bien que le taux de redoublement en Espagne soit très élevé, le pourcentage d’élèves ayant redoublé au moins une fois à l’âge de 15 ans était de 42,6 % en 2006/07. Et depuis, tout a baissé. .les années -14 d’affilée- jusqu’à atteindre 28,9% en 2019/20. Le taux d’étudiants répétitifs à l’ESO est passé de 13,3% en 2009/10 à 8,5% en 2019/20. est en train de baisser en Espagne sans rien faire d’artificiel , pourquoi intervenir en réduisant le niveau de la demande et en facilitant la promotion ? ».

Le rapport Aperçu de l’éducation OCDEIl mentionne également l’Espagne pour d’autres raisons :

Disparités entre régions autonomes

L’organisme international pointe les « disparités » éducatives entre les régions, notamment à l’université. « La proportion d’adultes âgés de 25 à 64 ans diplômés de l’enseignement supérieur varie de 26 % en Ceuta 53 % dans le pays Basque, l’une des plus fortes variations régionales de tous les pays de l’OCDE sur la base des données disponibles », souligne-t-il.

Il observe également des différences importantes entre les autonomies – de plus de 24 points de pourcentage– dans l’employabilité des adultes n’ayant même pas de Baccalauréat. Cette variabilité est plus faible -15 points- parmi ceux qui sont allés à l’université. Quant aux jeunes qui n’étudient ni ne travaillent, il y a jusqu’à 19 points de pourcentage de distance entre la région la plus ninis et le moins, bien que le rapport ne révèle pas ce qu’ils sont.

Pandémie

Ici, l’Espagne a fait ses devoirs, car nous sommes l’un des pays qui a fermé les écoles le moins de temps en raison de Covid-19, avec Nouvelle Zélande, Luxembourg, Norvège et Hollande. La combinaison de mesures de prévention et d’hygiène a porté ses fruits l’an dernier. L’OCDE nous félicite d’avoir distribué des appareils électroniques et augmenté le budget de l’éducation grâce aux fonds européens. Cependant, il avertit que le taux de chômage des jeunes a augmenté de deux points de pourcentage par rapport à 2019 (nous sommes le pire pays de l’UE et le troisième pire de l’OCDE). C’est un retour au cercle vicieux : redoublements, abandon, ninis, chômage…

Salaire des enseignants

L’OCDE affirme que le salaire, qui est la dépense la plus importante pour l’éducation, « a un impact sur l’attractivité de la profession ». Dans la plupart des pays, le salaire des enseignants et des directeurs augmente en fonction du niveau atteint et de l’expérience accumulée. Les vétérans ont des salaires de 86 à 91 % plus élevés que ceux qui débutent. Mais ce n’est pas le cas en Espagne : les salaires les plus élevés ne sont qu’entre 42 % et 40 % plus élevés que les plus bas.

La masse salariale de départ pour un professeur de lycée en Espagne n’est pas mal du tout (ils nous dépassent seulement Luxembourg, Allemagne, la Suisse et Danemark), mais cela reste bloqué et cela n’encourage peut-être pas les enseignants à faire de leur mieux. L’OCDE ajoute que, si dans la plupart des pays les salaires ont augmenté, en Espagne ils ont baissé de 3 % pour les enseignants du secondaire. D’un autre côté, nous sommes frappés par le fait que la main-d’œuvre vieillit : 38 % des enseignants du secondaire espagnol ont plus de 50 ans et devront prendre leur retraite dans la prochaine décennie. Y a-t-il des opportunités d’emploi dans ce domaine? Il n’en a pas l’air, car de moins en moins d’enfants naissent et la population scolaire est clairement en déclin.

Vous pourriez également aimer...