L’Espagne préfère le « face à face »: les appels vidéo se poursuivent après la pandémie, mais la réunion en personne est plus valorisée

Malgré la fin des restrictions, 80% des Espagnols ont organisé au moins une visioconférence au cours des six derniers mois

Une terrasse à Madrid, en mars dernier.
Une terrasse à Madrid, en mars dernier.NGEL NAVARRÈTE

Rien de tel qu’une rencontre dans un bar. Ou à la maison. Ou une promenade dans le parc. Les Espagnols ont augmenté au cours de la dernière année et demie l’utilisation des nouvelles technologies pour interagir, mais ils continuent de préférer la présence en face à face pour rencontrer leur famille, leurs amis ou leurs collègues de travail.

Le rejet des relations Internet, en effet, est retentissant. Cela ressort clairement de la Enquête sur les relations sociales et affectives en temps de pandémie de COVID-19, préparé par le Center for Sociological Research et publié ce vendredi.

Les Espagnols suspendent l’usage d’Internet pour interagir face aux face-à-face : cela ne génère ni plus de confiance (3,23 sur 10), ni plus d’engagement entre les personnes (3,05), ni plus de sincérité (2,93), ni plus intimité (3,42), ni plus de sécurité (2,91), ni plus d’affection (2,72), ni plus de fidélité (2,81). Même pour des raisons de communication (4.91) les Espagnols n’approuvent pas la connexion numérique sur la connexion physique.

L’arrivée du coronavirus et les restrictions de mobilité en mars 2020, qui ont plongé le pays dans un arrêt quasi-total pendant plusieurs semaines, ont déclenché le recours aux appels vidéo et aux plateformes de messagerie. Encore aujourd’hui, du fait des limitations encore en vigueur, ils sont utilisés dans une large mesure pour des raisons professionnelles, mais aussi personnelles.

Selon les données fournies par le CIS, 73,3% des Espagnols ont passé au moins un appel vidéo au cours des six derniers mois et, parmi eux, huit sur dix l’ont fait dans le but de « discuter avec leur famille et leurs amis avec qui ils vivent. dans une autre ville.  » Mais les coutumes nées pendant la période de confinement sont toujours maintenues : 40,7% l’ont fait pour « donner ou recevoir de l’aide ou des conseils d’un membre de la famille ou d’un ami » et 24,2%, pour « prendre un verre ou partager un repas avec des amis ».

Malgré le maintien de ces habitudes, le manque de raffinement a permis de retrouver des rythmes similaires à ceux d’il y a deux ans. 26,3% des personnes interrogées avouent rencontrer des amis plusieurs fois par semaine pour « discuter, boire un verre ou faire une activité ». 19,9% déclarent se rencontrer « presque tous les jours » pour faire de même avec leur partenaire.

Ainsi, l’étude révèle la relation complexe que les Espagnols entretiennent avec les nouvelles technologies de la communication : bien que la grande majorité (71,9%) reconnaissent que l’utilisation d’Internet « provoque une diminution de la communication dans la famille avec laquelle ils cohabitent » et, même plus (80,9%), ce qui nous fait nous isoler de plus en plus, un autre pourcentage énorme (81,1%) pense que « les nouvelles technologies ont amené des proches avec lesquels elles ne cohabitent pas », quelque chose de palpable, encore plus, pendant les périodes de faible mobilité survenues au cours de la dernière année et demie.

Est-ce un problème générationnel ? Le sondage CIS ne le voit pas de cette façon. Segmentés par âge, les jeunes de 18 à 24 ans, considérés comme des digital natives, reconnaissent que les nouvelles technologies favorisent l’isolement (76 %) et réduisent la communication au sein du noyau familial (67,6 %).

Vous pourriez également aimer...