L’Espagne, troisième pays de l’OCDE avec plus d’«  écoles ghettos  » derrière la Turquie et la Lituanie

Une étude met en garde contre la forte concentration d’élèves vulnérables dans les mêmes centres éducatifs. La ségrégation scolaire a augmenté entre 2015 et 2019

Les étudiants d'un centre de Pa
Etudiants d’un centre du Pays Basque.PRESSE ARABA
  • Éducation Guide des critères d’admission aux écoles: plus de points pour vivre dans le quartier, naissances multiples et monoparentalité
  • Éducation Liberté et égalité: les guerres culturelles qui traversent les salles de classe

L’Espagne est le troisième pays du OCDE avec une concentration plus élevée d’élèves défavorisés sur le plan socio-économique dans les mêmes écoles. C’est ce que l’on appelle la ségrégation ou la faible diversité scolaire, un phénomène qui crée écoles du ghetto et cela entraîne des difficultés de gestion, une inefficacité des dépenses publiques et, surtout, des échecs et des abandons chez les étudiants. Entre un enfant qui a des camarades de classe issus de familles aux revenus hétérogènes et un autre qui va dans une classe très complexe, jusqu’à 30 points d’écart peuvent être enregistrés dans PISE, l’équivalent de près d’un an de scolarité.

le think tankEsadeEcPol publie ce mercredi une étude dans laquelle pour la première fois la ségrégation par origine socio-économique en Espagne pour le primaire (de six à 12 ans) est analysée à partir des microdonnées du rapport TIMSS, qui expliquent les performances en Mathématiques Oui les sciences d’étudiants d’une vingtaine de pays de l’OCDE.

Les auteurs ont établi un indice allant de 0 à 1 où la moyenne OCDE est de 0,266. Dans la file d’attente de l’inégalité sont Finlande (0,194), Danemark (0,203) et Japon (0,204), tandis qu’au sommet sont dinde (0,402), Lituanie (0,344) et l’Espagne (0,324). De 2015 à 2019 nous avons empiré.

Les données espagnoles sont très mauvaises par rapport aux étudiants sans ressources primaires, mais elles s’améliorent beaucoup à l’ESO, où l’Espagne se situe presque dans la moyenne. Pourquoi Il y a moins d’instituts que de collèges, ce qui oblige les étudiants à se mélanger. Aussi, les élèves choisissent d’aller au lycée avec leurs amis, qui ne sont pas forcément leur classe sociale, répond-il Lucas Gortzar, directeur de recherche chez EsadeEcPol. Un lycée espagnol sur 10 est un ghettos.

Les travaux reconnaissent que la structure résidentielle des villes est un facteur déterminant très pertinent dans la répartition des élèves dans les écoles. Il y a des quartiers avec leurs propres caractéristiques socio-économiques et il est très difficile de les changer, disent des sources du Ministre de l’éducation de Madrid, la région avec le pire arrêt est celle de la ségrégation scolaire.

Mais les auteurs ajoutent que le manque de diversité est aussi une question de politique éducative. Par exemple, attribuer moins de points pour entrer dans un collège au revenu familial et évaluer que le père était un ancien élève aggrave le problème. D’autre part, le système le plus largement utilisé pour attribuer des places, le soi-disant mécanisme de Boston, amène les familles à ne pas donner la priorité à l’école qui les intéresse vraiment, mais à celle dans laquelle elles ont le plus d’options réelles pour entrer. Ce système accroît les inégalités de choix, en favorisant le comportement stratégique des familles avec un niveau d’éducation et des revenus plus élevés, indique un travail.

La gestion des inscriptions dites en direct des étudiants qui s’inscrivent en période extraordinaire, avec le cours déjà commencé, et qui sont généralement envoyés dans des écoles qui souffrent de problèmes de concentration, souvent sans possibilité de choix, n’aide pas non plus.

Ces garçons vont dans des écoles qui ont déjà des élèves défavorisés, qui sont ceux qui sont laissés vacants. Les inscriptions en direct dans les centres très complexes de Catalogne sont le double de celles des autres écoles, souligne-t-il. lvaro ferrer, responsable de l’éducation de Sauver les enfants et co-auteur de la recherche avec Gortzar.

D’autres facteurs influent également, comme la prévalence d’heures de travail continues dans les écoles publiques et l’absence de services dans ce réseau, ce qui conduit de nombreuses familles à choisir le concerté car il favorise la conciliation familiale et professionnelle. En fait, seulement 11% des écoles publiques ont une cafétéria contre 85% des écoles privées. De plus, quatre écoles sur dix à forte concentration d’élèves défavorisés n’en proposent pas après l’école.

L’ouvrage propose également de doter les accords d’un financement et d’un contrôle suffisants pour éviter la perception de frais, car ils limitent les réelles possibilités de choix et génèrent une ségrégation par niveau de revenu.

Selon la loi, il n’y a pas de sélection d’étudiants dans les centres subventionnés et les règlements sur l’admission des étudiants sont les mêmes pour les centres publics et subventionnés, rappelez-vous Luis Centeno, secrétaire général adjoint de l’association patronale Écoles catholiques, soutenant que ce réseau, où 25% des étudiants étudient, remplit sa fonction de service public. Ajouter ça Lomloe il va dans la direction opposée à une plus grande diversité et viole la liberté de choix.

L’étude propose de trouver un juste milieu entre la liberté de choix des parents et l’égalité des chances des familles d’exercer cette liberté et propose de réserver des places aux élèves en situation de désavantage socio-économique, d’améliorer l’information pour que ces familles puissent choisir une meilleure école, intervenir dans écoles ghettos avec un financement proportionnel destiné aux étudiants et avec des mesures d’accompagnement pour l’amélioration et le pari sur la journée fractionnée au lieu de la journée continue.

Vous pourriez également aimer...