L’homme qui a tiré sur sa logeuse blesse deux policiers qui allaient l’arrêter

Il s’agit d’un garçon de 27 ans avec un casier judiciaire qui a mordu et poussé deux policiers dans les escaliers.

Une voiture de patrouille de police
Une voiture de patrouille de la police nationale.DIEGO SINOVA
  • Bibliothèque de journaux Un locataire a tiré sur la logeuse qui réclamait le non-paiement de plusieurs mois de loyer
  • Aragon Un inspecteur de police, agressé par un passager d’un bus de Saragosse qui a été heurté en ne portant pas de masque

Le locataire qui a tiré sur sa logeuse jeudi dernier alors qu’il réclamait le non-paiement du loyer et qui a réussi à s’enfuir par une fenêtre a blessé deux policiers lors de son interpellation.

Il s’agit de Abdelkarim AM, 27 ans, d’origine marocaine et avec un casier judiciaire, qui a mordu et poussé les agents dans les escaliers.

Depuis le 14 de ce mois, il était recherché et arrêté pour avoir utilisé un blanc lors d’une dispute avec sa logeuse.

Ce mardi, il a été identifié par une patrouille de la Unité motorisée de la Quartier général de la police supérieure d’Aragn, qui a effectué des travaux de sécurité citoyenne dans le quartier de Le crochet.

Lorsqu’il a été identifié, la police l’a arrêté, mais le jeune homme l’a ignoré et a tenté de s’enfuir. La poursuite s’est terminée au numéro 62 de la Rue Mariano Cerezo du quartier susmentionné, où le fugitif est entré et s’est caché sur le palier du dernier étage.

Lorsqu’il a vu que les agents allaient l’arrêter, il leur a sauté dessus « d’un coup, de manière inattendue et inattendue », selon des sources policières, et les a poussés dans les escaliers en leur criant : « Vous n’allez pas m’arrêter ».

Après avoir dévalé deux étages, les agents ont réussi à réduire leur agresseur sur l’un des paliers, mais ce n’est qu’à l’arrivée d’une autre patrouille qu’ils ont réussi à l’immobiliser tous les quatre et à lui mettre les fers.

Avant de pouvoir le faire, le contrevenant a cassé un jeu de menottes et l’interphone d’un des fonctionnaires.

Les deux policiers ont été soignés au Hôpital Notre-Dame de Grâce de morsures à la main gauche, de blessures cervicales, de traumatismes et de contusions, ce qui les a obligés à s’absenter du travail.

Dans leur rapport, ils ont souligné la grande agressivité et la violence avec laquelle le détenu a été utilisé à tout moment, qui les a menacés de mort à plusieurs reprises avec des expressions telles que : « Je vais vous tuer, maintenant vous allez le voir » tandis que faire un compte à rebours. 3, 2, 1 … « .

Par ailleurs, Abdelkarim MM a tenté de s’emparer du pistolet d’un des agents, en vain.

Une fois réduit et immobilisé, l’homme arrêté a été fouillé et en sa possession ils ont trouvé 420 euros, trois comprimés de Diazepan et une cartouche détonante de 9 millimètres.

La cartouche sera l’une de celles qui ont tiré jeudi dernier lors de l’altercation avec sa logeuse. Lors de la perquisition à son domicile, la police a trouvé, en plus des douilles, un kilo de marijuana.

Le syndicat des policiers Jupol, à laquelle appartiennent les deux blessés, a condamné cette nouvelle agression et a annoncé son intention de comparaître devant la justice en tant qu’accusation privée, par l’intermédiaire de l’avocat Marco Antonio Navarro.

Le magistrat titulaire du Tribunal d’instruction numéro 8 de Saragosse a prononcé ce mercredi une prison provisoire, communiquée et sans caution pour Abdelkarim AM

Ainsi, en raison du risque de fuite, il a répondu à la demande du procureur et de l’avocat du syndicat de police Jupol, qui s’est présenté dans l’affaire à titre d’accusation, puisque les deux policiers blessés sont membres dudit groupe.

En revanche, un juge a délivré un mandat de perquisition et d’arrêt contre le jeune homme qui a tabassé dimanche dernier un inspecteur de la police nationale qui lui a demandé de mettre le masque dans un bus urbain à Saragosse.

À la suite des coups, coups de poing et coups de pied, principalement à la tête, l’inspecteur a subi une fuite oculaire dont il se remet toujours.

La police a demandé aux citoyens de l’aider à localiser l’agresseur présumé, d’origine maghrébine.

Vous pourriez également aimer...