L’indignation policière contre la Generalitat augmente pour avoir « minimisé » la violence contre les agents

Les syndicats dénoncent un nouvel épisode de « violences extrêmes contre tous les policiers » au festival des Vacarisses

Performance
Intervention policière pendant La Merc
  • À l’intérieur Mossos et la police locale envisagent de faire des « grèves » en raison du manque de soutien du gouvernement

Une semaine après la manifestation convoquée à Barcelone, les Mossos d’Esquadra et les policiers catalans locaux s’accusent des motifs de la manifestation. Il y a quelques jours, les syndicats de police ont regretté l’attitude du président du gouvernement, Pere Aragons, de ne pas les rencontrer car ils considèrent qu’il « tourne le dos » à la « crise sécuritaire » en Catalogne dans laquelle se trouvent les agents. cible des groupes de personnes qui consomment de l’alcool dans les lieux publics

Le dernier exemple était le petit matin de ce samedi à la Vacarisses Fiesta Mayor lorsqu’un combat massif s’est terminé par des attaques contre Mossos et la police locale lorsqu’ils sont allés se produire. « Ils me la définissent comme une violence extrême contre tous les policiers. Mosso a donné un coup de pied au sol », a déclaré le porte-parole du syndicat Fepol Toni Castejn sur les réseaux sociaux et a ajouté. « Les camarades avec plus de 20 ans de service n’ont pas vécu la même chose. Plusieurs camarades à la fois de Mossos et de la police locale ont été blessés et heureusement rien de pire ne s’est produit. Récupérez bientôt. Encore une attaque contre des policiers, et nous ne parlons même pas de perte de autorité. Faire tourner ça va être… « .

Dans le même sens, l’Union des Mossos d’Esquadra a regretté ce « nouveau cas d’attentats » contre les forces de l’ordre et a appelé à une « récupération rapide » des blessés. L’Association des gardes, agents et vigiles municipaux de Catalogne a indiqué que la situation est aggravée par « le manque de troupes, l’incivisme et la perte brutale du principe d’autorité ».

Les Mossos ont rapporté qu’ils avaient arrêté hier un homme de 20 ans pour avoir écrasé plusieurs personnes et que cela avait conduit à une bagarre massive à Vacarisses, pour laquelle quatre autres personnes, âgées de 22 à 27 ans, ont été arrêtées pour agressions contre les autorités et blessures. Entre 40 et 50 personnes ont participé à la bagarre et ont fini par attaquer la police de manière très violente. Il y a plusieurs officiers légèrement blessés par ces attaques. Face à cette situation, ils ont dû demander des renforts à l’unité de police autonome de Terrassa pour disperser les violents.

Cette bagarre, qui s’est terminée par une attaque contre les agents, a commencé après l’outrage dont l’auteur présumé a été arrêté quelques heures plus tard pour un délit contre la sécurité routière. Pour cette raison, la Mairie de Vacarisses a déploré ces situations « avec bagarres et agressions contre les forces de l’ordre qui y ont assisté » et avant « la manifestation de violence » elle a décidé de suspendre certains concerts. Jugado de Terrassa a ouvert deux affaires différentes, l’une pour l’accusé de conduite imprudente et l’autre pour les quatre personnes enquêtées pour une attaque contre l’autorité, et tous les suspects ont été libérés avec inculpation.

Moins d’incidents

Pourtant, la Generalitat a voulu qualifier ces violences. Le ministre de l’Intérieur, Joan Ignasi Elena, a condamné les altercations mais a exhorté à ne pas lier « le crime ou la violence à la jeunesse », alors il a demandé de faire la différence entre « bouteilles » et vandalisme. Ainsi, il considère que ces derniers sont provoqués par « une minorité qui n’a rien à voir avec la majorité des jeunes » et qu’ils profitent de la foule pour commettre des agressions, des destructions, des pillages et des vols.

Dans un article publié dans ‘Naci Digital’ Elena rappelle que les ’bouteilles’ ne sont pas un phénomène nouveau et qu’elles ont des causes structurelles, telles que « la précarité économique des jeunes, la frustration due au manque d’opportunités, la difficulté à s’émanciper et à avoir accès au logement, insatisfaction face à un avenir incertain ou rejet de l’autorité ». Ainsi, il a fait remarquer qu’un nouveau modèle de vie nocturne doit être créé et a rappelé que l’été dernier en Catalogne n’a pas été plus conflictuel que d’autres puisqu’entre juillet et août 2021, 24 000 incidents nocturnes ont été enregistrés, soit 43% de moins qu’en 2019.

Indignation syndicale

Pour les syndicats des Mossos et la police locale, les propos du ministre sont une tentative de « minimiser » les violences subies par les agents chaque week-end, puisqu’ils estiment que cet été ce problème de rupture de l’autorité policière s’est aggravé. « Dans presque toutes les actions pour consommation d’alcool dans la rue en dehors des heures autorisées par les restrictions COVID, ils nous ont reçus avec violence, en nous jetant des bouteilles ou des pierres ou avec des insultes », expliquent des sources des syndicats Mossos qui assurent qu’il s’agissait d’une généralisation. situation dans toute la Catalogne.

De plus, ils indiquent que parfois une ou deux patrouilles allaient tenter de détruire une bouteille et que les gens qui se trouvaient dans la rue étaient plus nombreux qu’eux, ils ont donc dû fuir pour éviter de « se faire lyncher ». C’est pourquoi ils dénoncent un manque de personnel et de moyens matériels qu’ils considèrent comme relevant de la responsabilité de l’administration dont dépend chaque corps de police. Les syndicats préviennent également que les personnes qui les ont attaqués dans ces bouteilles ou qui ont par la suite provoqué de nombreux actes de vandalisme, comme ceux vus à Barcelone lors du Merc, sont « très jeunes », c’est pourquoi ils considèrent que la perte d’autorité se produit également. .dans d’autres domaines tels que l’école avec les enseignants ou la famille.

Face à cette situation, les représentants des Mossos d’Esquadra, des gardes urbains et de la police locale maintiennent la semaine prochaine la protestation contre « l’instrumentalisation » et le « mépris » des agents par les administrations et ont averti que si Aragons ne les rencontrait pas  » un message clair sera envoyé aux groupes respectifs : la crise sécuritaire n’est pas une question de premier ordre. »

« Les groupes professionnels que nous représentons ne voudraient pas avoir le sentiment que le commandement suprême du corps des Mossos d’Esquadra et la première autorité de Catalogne tourne le dos à la situation dont souffre le service public de sécurité », a-t-il ajouté. Les syndicats ont souligné qu’ils estimaient devoir expliquer au président catalan la « gravité » par laquelle « passe le service public de sécurité », ainsi que lui faire part de « la fatigue subie par l’instrumentalisation politique constante » et le « besoin urgent de laisser les forces de police hors de contrôle. l’affrontement politique ».

Vous pourriez également aimer...