L’intrus « zéro » d’ERE, jugé une décennie plus tard

Le juge de l’ERE renvoie 11 enquêtés dans l’affaire Mercasevilla en jugement, dont l’intrus Garrido Santoyo, ancien chef de l’exécutif local du PSOE de Baeza et membre de l’UGT

Garrido Santoyo, intrus
Garrido Santoyo, intrus « zéro » d’ERE, devant le tribunal de Séville en avril 2014.ESTHER LOBATO
  • cas ERE Le juge tient l’UGT responsable de la gestion du « réalisateur » Juan Lanzas dans un ERE de 6 millions
  • Egmasa Le Conseil a recruté des personnes de plus de 52 ans pour une retraite anticipée avec de l’argent public

Antonio Garrido Santoyo c’est lui zéro intrus de l’ERE. Il était le chef de l’exécutif local du PSOE de la municipalité de Jaén de Baeza et membre du syndicat UGT. je n’ai jamais travaillé dans Mercasevilla, le marché de gros d’approvisionnement de Séville, mais son nom figurait sur la liste des salariés de la criée aux poissons qui ont pris une retraite anticipée par le biais d’un dossier de réglementation du travail (ERE) en 2007 payé par la Junta de Andaluca, alors présidée par le socialiste Manuel Chaves.

Lorsque la juge Mercedes Alaya a commencé à tirer le fil des irrégularités à Mercasevilla, elle est tombée sur l’affaire ERE, la plus grande cause de corruption jamais enquêtée en Espagne, qui a révélé le complot orchestré par les gouvernements andalous successifs du PSOE pour soutenir leur propre pouvoir. par une distribution arbitraire de fonds millionnaires en échange de loyautés et de faveurs. En une décennie, 679 412 179,09 euros dans l’ERE frauduleuse, comme indiqué dans le jugement du tribunal de Séville qui a condamné une vingtaine d’anciens hauts fonctionnaires, dont les anciens présidents Chaves et Jos Antonio Grin.

Une partie de cette somme de millionnaire versée par le Conseil est allée au les intrus: des personnes sans aucun lien avec les entreprises dans lesquelles les ERE étaient payées avec de l’argent public, mais qui figuraient sur les listes des travailleurs ayant pris une retraite anticipée avec générosité tu payes.

Le premier intrus découvert dans l’affaire ERE était Garrido Santoyo. Pendant une période – du 1er novembre 2007 au 30 avril 2009 – il a accusé par mois 5 876,22 euros. Au total, son plan de retraite anticipée a atteint 112 000 euros. j’avais engagé des paiements jusqu’en mars 2035.

Cependant, après l’éclatement du scandale et des mois après le début de l’enquête judiciaire, Garrido Santoyo j’ai retourné l’argent et inscrit au compte du tribunal 92 852,53 euros en notion des sommes perçues à tort pendant les mois qu’il percevait comme faux préretraité ou intrus dans l’ERE 2007 de Mercasevilla.

La condition d’intrus dans l’ERE de Mercasevilla de Garrido Santoyo a été découverte en novembre 2010. Deux mois plus tard, le 19 janvier 2011, Alaya a ouvert une procédure préliminaire 174/2011, qui a donné lieu à la macro-cause de l’ERE.

Le Conseil n’accuse pas

Aujourd’hui, un peu plus de dix ans après le début de l’enquête, le nouveau juge d’instruction, Jos Ignacio Vilaplana, vient d’ouvrir un procès contre Garrido Santoyo et dix autres personnes pour l’ERE de Mercasevilla. Le procureur a requis deux ans de prison pour zéro intrus en tant que coopérateur nécessaire d’un crime de détournement de fonds. Le Conseil, en revanche, n’a pas porté plainte contre lui.

À côté de zéro intrus les anciens directeurs de Mercasevilla siégeront sur le banc Fernando Mellet et Daniel Ponce, déjà condamné pour corruption dans ladite entité ; anciens membres du cabinet de conseil Vitalia Antonio Albarracn, Jess Mara Bordallo et Francisco Jos Gonzlez; ancien syndicaliste UGT Juan Lanzas; son frère Ismaël Sierra; Jos Rodriguez Lopez en tant que conseiller fiscal de Lanzas ; Francisco Algarn comme son leader et Francisco Limn, administrateur de Hermes Consulting.

L’instructeur, de même, exige des onze prévenus que, dans un délai d’une journée, ils fournissent différents caution -qui dans certains cas atteignent le 4,8 millions euros – pour assurer les responsabilités pécuniaires qui pourraient être imposées, avec l’avertissement que, s’ils ne sont pas fournis, ils seront saisis de marchandises en quantité suffisante pour assurer le montant réclamé. Le juge impose à Mercasevilla une caution de 4,3 millions d’euros.

Dans l’un de ses dossiers, le juge prévient que la Junta de Andaluca a accordé une aide à Mercasevilla « hors les murs de toute légalité ». Concrètement, pour le premier ERE, celui de 2003, le Gouvernement andalou a approuvé et versé une aide de 5,6 millions d’euros, tandis que pour celui de 2007, il a donné son feu vert à une aide de près de 7 millions d’euros qui, sans toutefois, au dernière minute, il n’a pas payé intégralement.

Gros Ro

L’instructeur de l’ERE a notifié ce mercredi une deuxième ordonnance par laquelle il ouvre une procédure orale contre neuf personnes accusé d’aide à Ro Grande Séville SL une fois les écrits d’accusation reçus du Ministère public, de la Junta de Andaluca et du PP-A.

Parmi les neuf inculpés dans cette pièce distincte de l’affaire ERE se trouvent le seul administrateur de la société ; plusieurs dirigeants et travailleurs du médiateur Vitalia, de l’entité Atrado Messagera SL et d’un cabinet d’avocats, et un «intrus» – une personne qui a été incluse en tant que bénéficiaire d’une police d’assurance malgré le fait qu’elle n’avait jamais été un travailleur de Ro Grande – .

Ainsi, le juge ouvre un procès contre les neuf enquêtés dans cette pièce distincte de l’affaire pour des délits présumés de falsification administrative et de détournement de fonds ; contre six d’entre eux pour un crime continu de falsification de documents, et contre un des accusés pour un crime présumé de trafic d’influence. En ce sens, elle ouvre également une procédure orale contre Ro Grande Sevilla, le cabinet d’avocats susmentionné et Atrado Mensara en tant que parties civilement responsables subsidiaires.

Le juge, dans cette affaire, exige également des neuf prévenus qu’ils fournissent, dans un délai d’un jour, différentes cautions – comprises entre 1,9 million d’euros et 165 000 euros – pour assurer les responsabilités pécuniaires qui pourraient leur être imposées, sachant que, si elles ne sont pas prêté, les marchandises seront saisies en quantité suffisante pour assurer le montant réclamé.

Vous pourriez également aimer...