L’opposition accuse Calvio d’avoir « agressé » l’INE pour placer un autre « Tezanos »

Le vice-président répond : « Il n’a fait pression sur aucun dirigeant d’aucune institution indépendante ni n’a limogé »

Le premier vice-président et ministre de l'économie
La première vice-présidente et ministre de l’Économie et de la Transformation numérique, Nadia Calvio, ce lundi à Moncloa.Edouard ParraPRESSE EUROPÉENNE

PP, Vox et Ciudadanos ont reproché au gouvernement d’avoir forcé le départ de l’ancien président de l’Institut national de la statistique (INE), Juan Rodríguez Poocar « il n’aime pas les données » qu’il a présentées sur la croissance du PIB ou l’inflation et ils ont accusé Nadia Calvio de vouloir placer un autre « Tezanos » pour adapter ces chiffres à ses intérêts.

Assiégée par ces reproches, et alors qu’elle voulait d’abord éviter cette affaire, la première vice-présidente et ministre de l’Économie a fini par répondre que « pour qu’il n’y ait aucun doute », elle « n’a fait pression ni limogé aucun dirigeant d’aucune établissement ».

Dans une séance de contrôle décaféinée par l’absence du Premier ministre, Pedro Sánchezet plusieurs de ses ministres par le Sommet de l’OTAN à Madrid et d’autres engagements, le poids politique de la séance est tombé sur Calvio, qui a vu comment en parallèle l’escalade du chiffre de l’inflation à 10,2% en glissement annuel était annoncée.

Bien que les critiques de l’opposition y soient allées en premier, PP, Vox et Ciudadanos ont évoqué la démission controversée du président de l’INE en raison de prétendues pressions du gouvernement. Adjoint populaireJaime de Olano Il a accusé Calvio d’avoir « forcé » son départ dans le but de contrôler les institutions et l’a accusé de vouloir « une INE à la carte comme avec Tezanos » dans la CEI.

Avec cette même comparaison, le porte-parole de Vox, Ivn Espinosa de los Monteros, a également tiré. « Ils finiront par placer n’importe quel autre Tezanos de leur parti », a-t-il déclaré, après « avoir cessé celui qui présente les données » car, a-t-il souligné, « il ne les aime pas ».

De son côté, le porte-parole de Ciudadanos, Edmundo Bal, a fait une critique véhémente du gouvernement et en particulier de Calvio pour ce dernier épisode. « Vous faites partie du bataillon d’assaut des institutions de l’Etat », lui a-t-il reproché, soulignant que cela provoque une « érosion » qui est à son tour celle de la « crédibilité propre » de l’Exécutif.

Bal, comme PP et Vox l’ont fait auparavant, citant certains de leurs récits, a examiné la « liste complète des griefs » adressés aux institutions par le gouvernement Sánchez : INE, Indra, CNMV, CSIC, CNI, Médiateur, Cour des comptes , RTVE, Cour constitutionnelle, Agence de protection des données, « les attaques contre le gouverneur de la Banque d’Espagne », « la dépréciation du prestige du Parquet », la CEI…

« Selon Sánchez, cela est dû aux terminaux médiatiques et à la pression politique. Vous faites de l’Espagne un terminal politique pour le PSOE », a souligné le député Orange.

Vous pourriez également aimer...