L’opposition pousse le gouvernement à créer un fonds Covid de 9 362 millions pour les communautés autonomes

Après plus d’un millier d’amendements aux budgets généraux de l’État auxquels le gouvernement a opposé son veto pour éviter les frayeurs, l’opposition en a proposé un d’une valeur de 9 362 millions d’euros. Et c’est qu’il a réussi à approuver une proposition qui oblige l’Exécutif à créer un fonds Covid extraordinaire pour aider les communautés autonomes à faire face aux effets de la pandémie de coronavirus.

L’amendement a été proposé par Junts et a été adopté grâce au fait que des partenaires réguliers du gouvernement, comme ERC ou EH Bildu, se sont rangés du côté de l’opposition. Leurs voix, ainsi que celles du PP, Vox, Ciudadanos ou Coalicin Canaria, ont battu le PSOE, United We Can et le PNV.

Le tour des républicains catalans s’explique aussi en ce que l’amendement précisait que sur les 9.362 millions de ce fonds Covid, 1.600 millions correspondent à la Generalitat de Catalua.

Au ministère des Finances, c’est la stupeur. Le département dirigé par Mara Jess Montero exclut la création de ce fonds car « il ne peut pas être exécuté ». Des sources ministérielles soulignent qu’il s’agit d’un amendement qui n’aurait pas dû être accepté par les avocats du Congrès des députés en raison d’un crédit insuffisant dans le projet de loi de finances.

Les arguments du Trésor

Ils expliquent que dans le processus d’amendement pour enregistrer un nouveau parti, un autre doit être supprimé et que les partis d’opposition n’ont pas bien fait techniquement. De plus, ils n’allouent pas des ressources suffisantes pour que le Trésor puisse transférer 9.362 millions aux communautés autonomes, assurent-ils.

Le poste prévu ne contient que 7 005 millions d’euros et le ministère rappelle l’argent prévu pour effectuer le virement aux collectivités en raison du règlement négatif du système et de la TVA non restituée. Ils ironisent sur le fait que si le PP veut remplacer cet article, il votera contre le gouvernement indemnisant les collectivités pour le nouveau système de TVA, malgré la bataille judiciaire gagnée contre le Trésor. Et, en plus, il voterait aussi contre le gouvernement central finançant le règlement négatif de 2020 aux collectivités.

La ministre des Finances a été disloquée par ce vote, car, en plus, elle a attaqué les budgets de la Junta de Andaluca de 2022 précisément pour avoir inclus un milliard d' »un fonds qui n’existe pas », mais qui a maintenant été approuvé dans le Congrès des députés. Au-delà de savoir si le PSOE parvient à renverser l’initiative au Sénat, le Trésor assure que ce fonds Covid ne sera pas créé.

La justification autonome

L’approbation d’un nouveau fonds Covid pour les communautés autonomes est la principale demande des gouvernements régionaux, car ils continuent d’allouer d’énormes sommes d’argent aux mesures contre Covid-19 et au maintien du personnel sanitaire et éducatif pour le renforcement. Et pourtant, ils n’auront pas en 2022 les mêmes aides d’État qu’ils ont eu jusqu’à présent.

Le coup de ne pas avoir de fonds Covid sera dur pour les gouvernements régionaux, puisque l’Autorité indépendante pour la responsabilité fiscale (Airef) a prévenu que les communautés autonomes devront consolider en 2022 pas moins de 40% des dépenses contre la pandémie.

Le président qui a été le plus impliqué dans l’exigence de ce fonds a été l’Andalou Juanma Moreno, qui, comme déjà mentionné, a budgétisé un fonds de 1 000 millions d’euros à l’avance, en supposant qu’il n’existerait que. « Malheureusement, la pandémie est toujours parmi nous », a justifié Moreno dans une récente interview avec EL MUNDO.

Le ministre Montero a durement critiqué ce mouvement en Andalousie, mais pas celui de la Generalitat Valenciana, présidée par le PSOE, qui a également pris la même mesure et peint 1 000 millions de la caisse dans ses comptes. Castilla y Len a également représenté 445 millions de revenus pour 2022 via un poste appelé « supplément de financement extraordinaire », dans l’attente que le fonds Covid soit approuvé.

« C’est une décision cohérente »

C’est quelque chose que réclame également la Generalitat de Catalua, dirigée par les deux partis (ERC et Junts) qui ont réussi à faire plier le bras du gouvernement au sein de la Commission du budget. Rappelons que le Gouvernement a mobilisé en 2020 un jeu de 16.000 millions, le soi-disant Fonds Covid-19, alors qu’en 2021 le budget alloué aux communautés autonomes pour contribuer à atténuer les effets du Covid s’élevait à 13 000 millions d’euros.

Mais l’Andalousie, la Communauté valencienne et la Catalogne ne sont pas les seules régions à réclamer le fonds Covid. La Galice le réclame aussi, comme le reste des barons du PP. Ce même mardi, le président de la région de Murcie, Fernando Lpez Miras, a de nouveau demandé au gouvernement d’inclure dans la prochaine Conférence des présidents autonomes l’approbation du fonds Covid « pour faire face à la sixième vague », après que l’Airef a déclaré que les communautés devra supporter 40 % des dépenses liées à la pandémie cette année.

« Vous ne pouvez pas augmenter le plafond des dépenses du gouvernement espagnol, augmenter les salaires des ministres, des conseillers, du président ; vous ne pouvez pas faire de la politique partisane avec les budgets et tout en étouffant les communautés autonomes, en baissant les envois budgétaires précisément pour financer quelque chose d’aussi important que les dépenses de la pandémie », a critiqué Lpez Miras.

Les Grange Le socialiste Emiliano Garca-Page, président de Castilla-La Mancha, a revendiqué la semaine dernière un accord qui transcende les initiales : « Nous saluons et applaudissons l’initiative, dans la mesure où elle prétend que s’il y a encore Covid, il y aura toujours un fonds Covid. Il est une décision cohérente, d’où qu’elle vienne. » « Quel que soit le signe politique, nous sommes tous favorables aux autonomies », soulignent des sources du conseil d’administration castillan de La Mancha.

Revendication municipale

« On ne peut pas nous dire de garder le personnel extraordinaire que nous avons embauché de manière exceptionnelle par Covid et ensuite de ne pas avoir de fonds pour nous aider à le payer », ajoutent-ils. Cette autonomie dépense désormais 320 millions supplémentaires uniquement en masse salariale, pour lutter contre le Covid.

Par ailleurs, il faut rappeler que les communes prétendent participer aux revenus extraordinaires des communautés autonomes, car « la Constitution dit qu’une partie du financement communal doit venir d’elles », comme l’a rappelé le président de la FEMP à plusieurs reprises, le socialiste Abel chevalier. Le pourcentage que les dirigeants municipaux demandent est de 15 % de ce que les gouvernements locaux reçoivent. Dans ce cas, il s’agira de 1 404 millions d’euros sur les 9 362 millions d’euros.

Vous pourriez également aimer...