Manifestation de soutien à Plasencia pour un condamné pour abus sexuels

Les organisateurs clament son innocence malgré sa condamnation à quatre ans de prison.

concentration
Concentration à Plasencia en soutien de Castor C.D.VIGARIO

La ville de Plasence a accueilli ce dimanche une manifestation inédite : celle d’un groupe de personnes qui se réunissent, sans qu’aucune institution ne l’en empêche (en l’occurrence, le pouvoir revient au Subdélégation gouvernementale du Cceres), une manifestation de soutien à un condamné à quatre ans de prison -Castor C., un peu plus de 40 ans- qui est déjà en prison pour cela, pour un crime d’abus sexuel produit en novembre 2017 après une condamnation définitive sans plus capacité des ressources.

La manifestation a commencé en Parc du Couronnement de la ville de Placentina et est passé jusqu’à la place de cette même ville, et environ 200 personnes y ont assisté, parmi lesquels des amis, des connaissances et d’autres parents du condamné, selon des sources consultées par ce journal. L’appel avait été passé de manière anonyme via les réseaux sociaux ces derniers jours et y incluait l’image du condamné et son nom. Concrètement, l’affiche comportait le texte suivant : « Toujours avec toi Castor ! Nous nous battrons pour la Justice. Ceux d’entre nous qui le connaissent savent qu’il ne mérite pas ce qui se passe, nous demandons seulement que justice soit faite et nous irons aussi loin comme nous devons aller pour Lui, pour prouver la vérité. »

La Plate-forme féministe de Plasencia a montré son « indignation et son rejet » face à cette concentration. leurs porte-parole, Nuria Lopez et Carolina Monroy, ont confirmé à EL MUNDO qu’ils avaient alerté par écrit de l’appel auun Bureau Plasencia d’Assistance aux Victimes de Violence de Genre, ainsi que Institut pour les femmes d’Estrémadure et à la sous-délégation gouvernementale elle-même au Cceres « sans obtenir de réponse ».

Le condamné, une personne connue à Plasencia pour ses relations avec plusieurs clubs sportifs de la ville, et à son tour professeur d’éducation physique dans un centre local, a été condamné à quatre ans de prison pour avoir Cour provinciale de Cceres. Par la suite, la Cour supérieure de justice d’Estrémadure (TSJEx) a rejeté l’appel interjeté par sa défense et, plus tard, le Cour suprême n’a pas admis un appel déposé, alors l’agresseur est allé en prison. Cependant, il est parti en raison d’un défaut de forme et a finalement réintégré il y a quelques semaines.

Les convocateurs de la concentration assurent être « absolument convaincus » que l’agresseur « est innocent » et précisent que la manifestation n’a pas été appelée contre la femme qui l’a dénoncé, « ni contre aucune femme » car, affirment-ils, ils défendent  » les femmes et l’égalité. » En ce sens, elles disent que même un groupe de femmes ont signé un manifeste de soutien au condamné car elles considèrent qu' »une injustice » a été commise.

« culture du viol »

Cependant, les porte-parole de la Plate-forme féministe de Plasencia considèrent qu’une manifestation de soutien à une personne condamnée pour abus sexuel signifie « revictimiser toutes les femmes qui ont subi ce type de violation de leurs droits » et soulignent « l’impunité et le bar ouvert » pour avoir consenti à une manifestation de ce type, qui exalte « la culture du viol ».

Dans la lettre adressée aux organisations officielles pour tenter d’arrêter l’appel, López et Monroy soulignent que « autoriser ce type de manifestation peut à nouveau placer la victime dans une situation vulnérable dans laquelle même son intégrité physique et morale est toujours affectée.  » de plus, puisqu’il faut noter qu’il est comme ça depuis plus de quatre ans, revivant encore et encore cette situation désagréable ».

« Nous ne voulons pas continuer à entretenir une société dans laquelle nos filles et nos fils restent ignorants du culte du viol et de la maltraitance et que tout est gratuit », ajoutent-ils.

Les faits

L’agresseur a été condamné à quatre ans de prison pour avoir abusé sexuellement d’une femme à Plasencia alors qu’elle était « somnolente » après avoir bu de l’alcool toute la nuit. La victime, après avoir bu quelques verres et en compagnie d’un ami, était passée 06h00 du matin à l’auberge de Plasencia, avec trois autres hommes. Parmi eux se trouvait le condamné, avec qui la victime n’a « pratiquement » pas parlé et qu’il a rencontré le matin même.

Vers 8 heures du matin, plusieurs d’entre eux se sont rendus au domicile d’une des personnes du groupe et la femme, « fatiguée et endormie », s’est allongée sur un lit tandis que le reste des personnes restait dans le salon. L’un des hommes est entré dans la chambre et a eu des rapports sexuels consensuels avec elle; puis, il a quitté la pièce et la victime s’est endormie face au mur.

Peu de temps après qu’un autre homme (le plus tard condamné) soit entré dans la chambre, « il s’est déshabillé et s’est mis au lit » et a commencé à caresser la femme dans le but « d’essayer d’entretenir un acte sexuel avec elle », ce qui a fini par arriver parce que la victime pensait que c’était l’homme précédent. Ce n’est que lorsque ce deuxième mâle se leva pour partir que la jeune fille, se retournant, réalisa, à sa grande surprise, son identité. Quelques heures plus tard, la femme rapporte les faits et demande une assistance médicale.

La défense de l’accusé a fait valoir que les relations étaient consensuelles à tout moment, mais la salle d’audience TSJEx a estimé que le récit de la victime au procès était « solide et sans faille », hormis le fait qu’une erreur non substantielle aurait pu se glisser dans sa déposition. De plus, elle considère que l’homme « était pleinement conscient que la relation sexuelle était furtive » car, bien qu’il n’ait pas manifesté son rejet, il a pris cette décision en pensant que c’était un autre homme qui était avec elle.

L’homme – dont l’identité n’avait pas été divulguée jusqu’à ce que l’affiche avec son nom et sa photo ait été publiée dans l’appel au soutien lancé par les proches – en plus d’une peine de prison, a été condamné à l’interdiction de communiquer et d’approcher la victime pendant une période de 10 années.

Vous pourriez également aimer...