Margarita Robles dit qu’ils envisagent une opération en dehors du périmètre de l’aéroport de Kaboul pour « collecter » des collaborateurs

Le ministre de la Défense prévient que les talibans contrôlent « absolument tout » mais cela peut être jugé « de manière coordonnée ».

Réfugiés afghans, à Torrej
Réfugiés afghans, à Torrejn (Madrid).BASSIN

La ministre de la Défense, Margarita Robles, a déclaré mardi que les troupes internationales, dont espagnoles, étudient la réalisation d’une opération hors du périmètre de l’aéroport de Kaboul, en Afghanistan, pour « récupérer » les personnes qui n’ont pas pu atteindre ce point et les gérer. pour les évacuer.

Dans une interview au Chaîne Ser, collecté par Europe PresseRobles a précisé que bien qu’il s’agisse d’une possibilité envisagée, il la considère comme « très difficile » et qu’il est actuellement « impossible » d’agir en dehors de l’aéroport car les Talibn contrôlent « absolument tout » à Kaboul et dans le vaste majorité du pays.

« Vous pouvez essayer de manière coordonnée, pour voir si quelque chose pourrait être fait dans les prochains jours » pour « aller chercher quelqu’un à l’extérieur, mais aujourd’hui c’est impossible », a expliqué le ministre lorsqu’on lui a demandé s’ils travaillaient avec d’autres pays sur une telle mission.

Ainsi, Robles a confirmé que « c’est sur cela que nous travaillons », mais que pour mener à bien une telle mission il est nécessaire d’avoir « l’approbation » des talibans et à mesure que la date de départ approche, fixée en principe pour le Le 31 août, la « nervosité » augmente, il préfère donc être « réaliste ».

Le gouvernement a ordonné l’envoi d’une équipe d’opérations spéciales pour « renforcer » les 110 soldats déjà déployés dans le cadre de l’opération pour évacuer les collaborateurs afghans de l’aéroport de Kaboul, ont rapporté lundi des sources gouvernementales.

« Il y aura des gens qui resteront »

D’autre part, Robles a reconnu que bien qu’ils fassent tout leur possible pour évacuer autant de personnes que possible, il suppose qu’il y aura des « personnes qui resteront » et que ceux qui, à ce moment-là, n’ont pas réussi à atteindre Kaboul, sont « très difficile » pour eux de le faire, en raison des nombreux contrôles des talibans.

Dans le même ordre d’idées, il a ajouté qu’il y a beaucoup d’interprètes qui figurent sur les listes d’évacués qui « continuent » dans le pays, où la situation est « dramatique » et où chaque jour qui passe est « pire » car les gens sont conscients qu’ils sont « dépassement des délais », ce qui augmente l’affluence autour de l’aéroport.

De plus, les talibans sont « de plus en plus agressifs », il y a des violences « de plus en plus évidentes » et les contrôles se resserrent. Jusqu’à présent, 20 personnes sont mortes à l’aéroport et ses environs depuis le début de l’évacuation, selon les dernières données confirmées par des sources de l’Otan à la chaîne. Nouvelles du ciel.

Robles a également confirmé que plusieurs familles qui ne figuraient pas sur les premières listes de personnes évacuées potentielles ont été incluses en raison de leurs liens particuliers avec l’Espagne ou en raison de la persécution particulière qu’elles subissent, et qu’elles ont accordé une priorité particulière aux femmes « journalistes, militantes ou ceux qui ont joué un rôle important dans la vie publique ».

Dépend des États-Unis

La ministra ha detallado que la dificultad se incrementa porque entre los evacuados hay « bebs » recin nacidos y personas mayores, entre ellos una mujer con su nio de solo 15 das, que se encontraba en un estado delicado por el tiempo que haba pasado para acceder à l’aéroport. « La situation est très dramatique du point de vue humain », a-t-il déploré.

Robles a re-lié la durée de la mission à la permanence des États-Unis, qui contrôle le dispositif à l’aéroport. « Nous évacuerons jusqu’à ce que nous le puissions », a-t-il répété après avoir insisté sur le fait que la décision ne dépendait pas des autorités espagnoles.

Le ministre de la Défense a indiqué qu’ils allaient « se dépêcher jusqu’au bout » mais sans mettre en danger la sécurité du personnel espagnol, et a préféré ne pas parler de date définitive pour des raisons de sécurité. Il a également insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une situation « à risque » et même le président américain Joe Biden l’a qualifiée de « l’évacuation la plus difficile de l’histoire ».

Enfin, il n’a pas donné de date précise pour que les collaborateurs afghans de la mission américaine commencent à arriver sur les bases de Morn de la Frontera (Séville) et de Rota (Cdiz), après l’accord intervenu en la matière entre les deux pays, bien qu’il ait a souligné que la disponibilité de l’Espagne est « absolue », tout comme celle d’autres pays comme l’Allemagne et l’Italie, qui fourniront également des bases pour que les évacués arrivent sous la responsabilité de Washington.

Vous pourriez également aimer...