Marocains qui sont entrés illégalement à Ceuta, parmi ceux qui ont rompu l’appel de Santiago Abascal

La police a dû inculper plusieurs centaines de radicaux qui voulaient attaquer l’hôtel où se trouvait le chef de Vox avec la presse

Agents de police
Des agents de police inculpent les radicaux qui ont éclaté l’acte de Vox.otestas aujourd’hui lundi sur la Plaza de los Reyes de Ceuta, après l’interdiction de l’acte prévue par le président de la formation, Santiago lt; HIT> Abascal lt; / HIT gt ;, dans la ville autonome. EFE / Reduan

C’est le neuvième épisode dans lequel un acte de Vox est entouré de harcèlement, de menaces et de violence. Cette fois, à Ceuta. Le leader Vox voulait organiser un événement politique. La délégation gouvernementale l’a interdit pour des raisons de sécurité. La décision a été entérinée par la Cour supérieure de justice.

Santiago Abascal, qui s’était déjà rendu à Ceuta avant la décision du tribunal, a ensuite convoqué la presse dans un lieu public de la ville autonome, « comme nous l’avons fait à d’autres occasions », précise-t-il dans les microphones d’Esradio. Il voulait donner ce qu’on appelle communément un «canutazo». L’acte politique avait déjà été annulé.

Mais sur la Plaza de Africa, où il a convoqué les médias pour dénoncer l’interdiction par le gouvernement du « droit de réunion et de manifestation et la reddition de la frontière sud », plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées et ont réprimandé le chef de Vox, alors qu’ils criaient en faveur de Pedro Sanchez. Les insultes se sont succédées et la tension s’est accrue. Parmi eux, de nombreux Marocains qui sont entrés illégalement à Ceuta, ont expliqué des sources policières. «Le président Sanchez», «Allahu Akbar» (chant militaire qui signifie qu’Al est grand), en plus des insultes à Abascal et des menaces à toute sa délégation, ont forcé Abascal à convoquer les médias (qui étaient également le résultat de la pression de ces radicaux) .) à l’intérieur de l’hôtel où logeait le chef Vox. Abascal, là, a dénoncé la position du gouvernement contre le droit de Vox à se réunir, contre ce qu’il considère être une reddition de la frontière avec le Maroc, et ce qu’il considère comme une tentative du PSOE et du PP pour tenter de mettre un bâillon. à Vox, un parti qui, comme son chef se souvient, est celui qui a obtenu le plus de voix lors des dernières élections à Ceuta.

Mais pendant qu’Abascal s’adressait aux médias, les radicaux ont continué avec la pression et la violence pour essayer d’accéder à l’hôtel où Abascal s’occupait des médias. Son objectif ne laissait aucun doute: faire éclater l’acte et attaquer la délégation Vox dirigée par Abascal.

Et la police, qui une fois de plus, comme à Vallecas, a été débordée dans un premier temps, a dû agir pour freiner cette impulsion. Les agents, matraques à la main et balles en caoutchouc, ont accusé les concentrés qui ont repoussé les charges avec des pierres contre la police.

Pendant plus de trois heures, la délégation gouvernementale qui avait interdit l’acte politique de Vox, a permis aux radicaux de se rassembler et de protester contre Vox sans ordonner la dissolution d’une concentration également interdite.

Selon des sources policières, au cours des accusations, il y a eu plusieurs arrestations, y compris des hommes marocains qui avaient pénétré illégalement à Ceuta la semaine dernière dans la ville autonome, qui faisaient partie des plus de 8 000 Marocains qui sont entrés en masse à Ceuta.

Les agents ont été la cible du jet de pierres. Les incidents se sont déplacés vers le centre de la ville et ont duré jusque dans la nuit.

Abascal a dénoncé la tentative de criminalisation de l’acte appelé par le PSOE, le PP « avec deux partis d’obéissance marocaine », a-t-il expliqué. Ces partis ont signé un texte dans lequel ils dénonçaient que les appels à Ceuta de Vox étaient des «attitudes provocantes». et qu ‘ »ils peuvent contribuer à une excitation inutile et inquiétante de l’humeur de la population ».

Abascal s’est déjà rendu à Ceuta la semaine dernière, lors de l’assaut de milliers de Marocains, et a organisé un événement politique sans qu’aucun incident ne se produise.

Ces quatre partis ont signé une lettre à l’assemblée de Ceuta approuvant la décision de la délégation gouvernementale afin que Vox ne manifeste pas. « Ils ont permis à plusieurs centaines, de nombreux Marocains, de se rassembler contre nous pendant trois heures, y compris ceux qui sont passés illégalement à Ceuta la semaine dernière », a dénoncé Abascal.

De Vox, il est rappelé que la violence qu’ils ont subie n’est pas un événement isolé. Ils soulignent qu’à chaque campagne électorale ils ont été victimes d’épisodes violents et de harcèlement, de menaces, d’attaques … De la campagne électorale en Catalogne, où des épisodes de haute tension ont été vécus à Vic, en passant par la Galice, où, bien que plus sourde, les épisodes d’intimidation se sont répétés. Ils rappellent également les agressions et les harcèlements qu’ils ont subis pendant la période électorale au Pays basque, voire, quoique dans une moindre mesure, en Andalousie. Et pour couronner le tout, les événements survenus pendant la campagne électorale de Madrid: Vallecas, Navalcarnerro, Fuenlabrada …

La formation d’Abascal rappelle l’appel lancé par Pablo Iglesias en tant que leader de Podemos pour créer un «front antifasciste», et le soutien de cette formation à travers les réseaux sociaux pour appeler au boycott des actes politiques de Vox.

Vous pourriez également aimer...