Message de Felipe Gonzlez à Pedro Sanchez à propos de la pandémie: « Quand tout va mal, un type apparaît qui dit que tout va bien. »

L’ancien président ouvre son Podcast avec une réflexion dans laquelle il dénonce une « crise du leadership politique » en Espagne.

Pedro S
Pedro Snchez, dans les assemblées du CEPES.Chema MoyaEFE

Felipe Gnzalez rejoint le Podcast. L’ancien Premier ministre en a lancé un sous le titre Symptômes peu fréquents, dans le premier chapitre duquel il analyse ce qu’il considère comme une « crise du leadership politique » en Espagne et le rôle du gouvernement dans cette pandémie de Covid-19: « [Un lder poltico tiene que] prendre en charge l’humeur des autres. Quand tout va mal, un gars apparaît et vous dit que tout va bien et que l’avenir est magnifique. Mais bon, vivez-vous la réalité de la souffrance et de la crise que je vis? ».

En ce sens, quel que soit le patron Exécutif Depuis 14 ans, il oppose la figure d’Angela Merkel pour vanter sa direction, en abordant le fait que les messages de certains dirigeants politiques peuvent être plus crédibles que ceux d’autres. « Merkel se présente devant l’opinion publique à trois heures du matin après avoir passé 12 heures à rencontrer les présidents de la atterrisseurs. Et il dit, avec une simplicité terrifiante, ça ne va pas bien, il faut prendre des décisions et des précautions. Mais d’abord, il a travaillé 12 heures avec les présidents de la atterrisseurs« .

Gonzlez, dans ses réflexions, ne mentionne pas Pedro Sánchez, mais on peut en déduire que le message est une allusion voilée au directeur général actuel. L’ancien président montre un ton dur et énergique contre le gouvernement dans cet aperçu du premier épisode intitulé « Leadership vs. Caudillismo ». Il ne fait pas de mentions expresses, il déverse ses opinions pour que l’auditeur les interprète, mais le message est toujours clair pour cette raison.

« Le leader politique est celui qui propose un projet avec une dimension à moyen et long terme et avec le moins de caractère mercenaire possible. Je ne demande pas un projet pour moi-même ou pour rester au pouvoir, je demande un projet qui sert le citoyens. » Et il ajoute: « Au moment où il vit Espagne une absence de leadership se traduit par le respect institutionnel et la centralité du gouvernement pour tous. L’absence de volonté de transversalité, quand c’est le plus nécessaire, c’est évident ».

Gonzlez, dans sa conversation avec le consultant et analyste politique Ignacio Varela, aborde également le populisme. Il le définit ainsi: «Dans les situations de crise ou d’angoisse, il offre aux citoyens une réponse simple à un problème complexe».

Comme expliqué dans le Fondation Felipe Gonzlez, l’ancien président a voulu avec cette initiative jouer dans un podcast pour rejoindre cette nouvelle tendance amorcée dans le monde anglo-saxon, expliquent-ils, où d’autres anciens présidents comme Barack Obama ou Bill Clinton partagent déjà leur héritage et leur expérience à travers le format.

Symptômes peu fréquents «Essayez de trouver des points de rencontre pour les défis posés et je le ferai à travers des dialogues avec différentes personnalités qui apportent des points de vue pluriels et transversaux», ajoutent-ils.

Vous pourriez également aimer...