Mme Pas se présentera aux élections andalouses sur une tribune à côté des vestiges de l’andalouisme

La nouvelle alliance électorale aspire à mobiliser les anciens électeurs du PSOE qui ne se sont pas rendus aux urnes aux élections de 2018

Jos
Jos Antonio Jimnez, Esperanza Gmez et Modesto Gonzlez, lors de la présentation qui s’est tenue ce lundi à Séville.JOS GONZLEZPRESSE EUROPE
  • Politique Esperanza Gmez : « Le PSOE a laissé le gouvernement des trois droites en Andalousie sans opposition »

Mme Pas Andaluca, la version méridionale du parti qui dirige igo Errejn, assister aux élections andalouses de 2022 sur une plate-forme électorale à laquelle ont également adhéré deux organisations héritées de l’Andalousie.

Ce nouveau projet électoral, encore il n’a pas de nom ou de candidat officielrivaliser dans un espace aussi encombré que fragmenté à gauche du PSOE, même s’il le fera avec un discours plus transversal pour tenter à pêcher parmi ces électeurs socialistes de toute la vie qui est resté chez lui le 02 2018 « désenchanté » par la gestion du gouvernement de Susana Daz ou par la fatigue provoquée par les 37 ans de monopole socialiste.

La professeure de droit constitutionnel à l’Université de Séville Esperanza Gmez, devenue députée andalouse de Podemos et sénatrice d’Adelante Andaluca, est le visage visible de Mme Pas Andaluca et est appelé à être celui qui dirige cette candidature partagée à laquelle deux organisations andalouses ont adhéré : andalou par s et Initiative populaire andalouse, qui défendent un nationalisme détaché des mouvements séparatistes mais favorable, comme Mme Pas, à une évolution de l’Espagne autonome vers un modèle d’État fédéral. Bien qu’il n’y ait pas pour le moment d’accord fermé, ces trois organisations espèrent ajouter des écologistes Equo à la plateforme.

Le scrutin de cette nouvelle plate-forme électorale sera le quatrième dans la sphère politique de la gauche, qui comprend également le PSOE de Juan Espadas, Unidos Podemos por Andaluca (IU + Podemos) ou le nouveau Adelante Andaluca de Teresa Rodríguez et le maire de Cdiz, Jos Mara Gonzlez ‘Kichi’.

Et si la gauche est fragmentée, autant ou plus le sont ceux qui se prétendent héritiers de l’ancien andalousisme et de l’héritage de Blas Infante. Curieusement, la nouvelle Adelante andalouse, après sa rupture avec Podemos et Izquierda Unida, s’est réaffirmée comme un mouvement essentiellement andalou, dirigé par deux organisations, Printemps andalou et Gauche andalouse, représenté par Pilar Gonzlez et Pilar Tvora, respectivement, provenant tous les deux également de l’ancien andalousisme.

Mme Pas Andaluca s’associe donc à cette résurgence de souveraineté, en défendant un modèle d’organisation politique « d’obéissance andalouse », avec une autonomie de décision, fondamentalement dans celles qui concernent les instances dirigeantes, les alliances électorales, les candidatures et les stratégies post-électorales. et des pactes.

La nouvelle plateforme est née avec le premier objectif de empêcher la droite de régner en Andalousie et, pour cela, cela n’exclut pas le dialogue et l’accord avec le reste des forces progressistes, bien que, assurent-ils, pour le moment il n’y ait aucune négociation ouverte avec aucune d’entre elles. Très éloquente à cet égard a été la réponse de la coordinatrice générale de Mme Pas à propos de Yolanda Daz, la ministre de l’Emploi d’Unidas Podemos qui entend également conduire une plate-forme électorale : « Yolanda Daz est super mais l’Andalousie, la communauté avec le plus de chômage d’Espagne, n’a pas encore marché dessus. « En tout cas, insistent-ils, ils sont ouverts au dialogue avec « tout le monde ».

Ils sont définis comme une alliance fédéraliste, féministe, progressiste, environnementaliste et transversale. Et, bien que Mme Pas soit liée à une organisation nationale avec une présence particulière à Madrid, ils rejettent le modèle du parti qui se limite à établir des « branches » dans les différents territoires.

La présentation de la nouvelle Plateforme électorale a été réalisée ce lundi par Esperanza Gmez elle-même, José Antonio Jimnez (Initiative) et Modesto González (Andaluca por S), maire de Coria del Ro (Séville), qui a particulièrement critiqué un PSOE-A, qu’il a qualifié de « grand traître à l’Andalousie ».

La plateforme, qui ne bénéficie pas de subventions pour se présenter aux élections régionales comme le font les partis représentés dans les institutions, a annoncé qu’elle serait financée par les adhésions et les cotisations. avec des microcrédits.

Ses propositions comprennent une réforme de la structure de l’État vers un modèle fédéral, une réduction des heures de travail et un nouveau système de financement autonome qui met fin aux différences entre les communautés selon le nombre d’habitants et intègre le financement de la loi sur les dépendances pour référence. De plus, ils demandent que les fonds européens soient redirigés pour changer l’Andalousie en « vert, social et numérique ».

Vous pourriez également aimer...