Monica Oltra, entre les mains d’un juge méticuleux qui cherche « la vraie vérité »

Vicente Ríos poursuivra l’enquête qui a commencé en février et sera celui qui prendra une déclaration de l’ancien vice-président. Sans affiliation politique, il a déniché pendant trois ans le pillage de 25 millions d’euros de la station d’épuration d’Emarsa

Oltra, vote la commission
Autrui, en votant la commission d’enquête sur l’affaire Emarsa que Vicente Ríos avait chargée.B.POYS
  • tribunaux La police judiciaire a enregistré le conseiller de Mónica Oltra un jour avant sa démission
  • démission Oltra quitte le gouvernement et les tribunaux après son inculpation

La décision de Mónica Oltra de démissionner de son siège aux tribunaux valenciens, en plus de ses fonctions institutionnelles, signifie que l’affaire qui l’instruit pour la gestion de l’affaire d’abus de son ex-mari sur un mineur sous tutelle revient au juge. table Vincent Ros. Pas plus qu’Otra ne pouvait l’imaginer en février 2012 venue avec un de ses t-shirts vindicatifs voter l’ouverture d’une commission d’enquête des Cortès sur l’affaire Emarsa, le pillage de 25 millions d’euros de l’entreprise publique qui gérait un plante médecinale L’enquête judiciaire de cette affaire, qui a débuté en 2011 et a duré trois ans, s’est terminée avec 24 accusés condamnés à 90 ans de prison et a été dirigée par Ríos du même tribunal, Instruction 15, dans laquelle l’ancien vice-président devra témoigner en tant que l’accusé.

L’éviscération de l’affaire complexe Emarsa a valu à Ros la reconnaissance du Conseil général du pouvoir judiciaire et il a accru sa notoriété en tant que juge « méticuleux », concentré sur son travail et extrêmement rigoureux, surtout dans les affaires où il y a un aspect économique. Il a même tenté de localiser les traducteurs roumains que l’entreprise engageait et qui, en réalité, étaient des prostituées. Son sentiment dans le cas de la station d’épuration est qu’il a atteint la limite. « Il est naïf de penser que tout a été éclairci. Vous arrivez là où vous arrivez avec la loi en main. Vous essayez de vous rapprocher de la vraie vérité, mais nous devons être conscients des limites que nous avons », a-t-il expliqué dans une interview à EFE dix ans après le début de l’affaire pénale, qui a laissé une marque physique sur le magistrat pour l’énorme effort couvrir sa complexité.

Avec 38 ans d’expérience et sans affiliation idéologique à aucune des associations judiciaires, d’autres affaires médiatiques sont passées par son tribunal, comme l’affaire Ivex, qui a enquêté sur un détournement présumé de fonds publics dans des paiements pour la promotion de la Communauté valencienne ou la Palau de les Arts, qui s’est terminée par l’arrestation de Helga Schmidt. Il s’est abstenu de cette affaire peu de temps après en raison de son « amitié » avec l’un des accusés. Il a également enquêté sur les attaques brutales des ultras lors de la marche du 9 octobre 2017 ou sur le meurtre d’un chauffeur de camion dans le quartier de Nazareth après avoir accidentellement renversé un enfant. Dans chacun d’eux, les fonctionnaires qui l’accompagnent dans son travail soulignent sa rigueur.

Dans le cas d’Oltra, cela s’est vu dans les déclarations des 13 fonctionnaires, avec des questions et des contre-interrogatoires sans laisser de détails et un rôle plus actif même que celui du bureau du procureur. Afin de ne pas retarder les investigations plus longtemps que nécessaire, je les convoquai tous dans l’après-midi. Il a enquêté, interrogé et même reproché son comportement lorsque la jeune fille a dénoncé les abus en février 2017. « Si j’avais fait une telle enquête il y a 38 ans, ils m’auraient viré en tant que juge d’instruction », a-t-il avoué à l’une des personnes enquêtées.

L’apparition continue de documents au cours du processus l’a amené à ordonner des procédures telles que l’enregistrement auprès du ministère de l’égalité ou des certificats d’enregistrement pour Oltra et son ex-mari. Dans son mémoire motivé au TSJ, Ros insiste sur le fait que « à aucun moment il n’y a eu une certaine volonté d’éclaircir les faits des affaires pénales pertinentes exposées à plusieurs reprises par la jeune fille » et interroge le dossier informatif commandé, « une enquête parallèle à l’enquête judiciaire apparemment dénuée de sens et qui impliquait l’utilisation de ressources publiques, humaines et matérielles

L’affaire l’a touché par distribution en 2021, et il s’est mis d’accord sur un premier dossier que le tribunal de Valence a révoqué, mais celui-ci l’a effleuré en 2017. C’est son tribunal qui a rendu l’ordonnance d’éloignement pour Ramrez Icardi envers le mineur. Les conséquences d’Emarsa l’ont conduit à être licencié et c’est son remplaçant qui a signé cette ordonnance sur laquelle il enquête à nouveau aujourd’hui.

Vous pourriez également aimer...