Murcie rejoint l’Andalousie et Valence dans leur alliance pour exiger la réforme du système de financement

Les conseillers des finances de Murcie et d’Andalousie demandent la création d’un fonds de nivellement pour compenser le sous-financement

Les conseillers du Trésor de Murcie, Luis Alberto Mar
Les conseillers du Trésor de Murcie, Luis Alberto Marn, et d’Andalousie, Juan Bravo.CONSEIL ANDALOUSE
  • Réunion Ximo Puig rejoint l’Andalousie pour presser Pedro Snchez dans la réforme du financement autonome

L’Andalousie et Murcie, deux des communautés « les plus touchées » par le système de financement autonome actuel, ont convenu de commencer à travailler en vue d’une prochaine réunion pour exiger du gouvernement central une réforme « immédiate et urgente » pour rechercher un nouveau modèle « de consensus qui garantit la suffisance des ressources et qui soit égalitaire, équitable et juste ».

Le ministre des Finances et des Finances européennes de la Junta de Andaluca, Juan Bravo, et le chef de l’Économie, des Finances et de l’Administration numérique de la Région de Murcie, Luis Alberto Marn, ont maintenu un Réunion de travail à Carthagène pour définir et coordonner une proposition de revendications communes et préparer ainsi un front commun.

L’objectif est d’organiser une rencontre entre les présidents des deux communautés qui seraient ouvertes à des régions de signes politiques différents « parce que la question du financement ne comprend pas les couleurs », selon le gouvernement de Murcie dans un communiqué.

L’une de ces revendications partagées, la plus marquante avec la réforme du modèle de financement, est la nécessité de réserver un pourcentage du fonds Covid 2021 pour créer un fond de nivellement qui permet aux communautés les plus touchées d’avoir plus de ressources et ainsi de réduire l’écart avec le reste des régions.

Bravo a souligné que l’Andalousie exige un financement « équitable » avec le trois communautés moins bien financés, et qu’une solution pour la communauté andalouse ne sera pas comprise si elle n’est pas envisagée pour le reste des régions sous-financées. Jusqu’à ce moment, le conseiller andalou a exigé, comme indiqué dans un communiqué de presse, que le gouvernement compense ce manque de ressources « afin de ne pas réduire les opportunités pour nos citoyens » et de pouvoir s’occuper des services publics essentiels tels que la santé. , l’éducation et les politiques sociales sur un pied d’égalité sans provoquer « une Espagne de premier ordre et une Espagne de second ordre ».

Bravo, qui a chiffré le sous-financement andalou autour de la 900 millions d’euros par an en moyenne depuis 2009, a souligné que la réforme du système ne cherche à nuire à aucune communauté autonome, mais elle doit mettre fin à la répartition actuelle des ressources qui punit notamment la Communauté valencienne, la Région de Murcie et l’Andalousie.

Pour sa part, le chef du Trésor de la Région de Murcie a souligné que la réforme du système de financement « est désormais plus urgent que jamais, car non seulement nous devons continuer à fournir un service public de qualité avec moins de ressources que le reste des collectivités, mais nous devons également faire face à la sortie de crise générée par la pandémie dans une position défavorisée. »

En ce sens, Marn a rappelé que le déséquilibre générés par le modèle de financement actuel atteint jusqu’à 45 % parmi les communautés qui reçoivent le plus et celles qui reçoivent le moins. « Et en pleine pandémie, en plus, nous avons constaté que les répartitions arbitraires et inéquitables des fonds Covid ont multiplié ces écarts territoriaux par 4 », a-t-il souligné.

Au cours de la réunion, les deux hauts responsables du Trésor de la Région et d’Andalousie ont convenu de la nécessité pour le nouveau modèle de financement « d’être le résultat du plus haut degré possible de consensus entre toutes les communautés, car nous avons tous besoin de plus de ressources en raison de l’insuffisance du système actuel. »

FRONT COMMUN AVEC LA COMMUNAUTÉ

La suffisance du système, en effet, est l’une des bases de la proposition dans laquelle les deux communautés travaillent pour garantir qu’elles reçoivent les ressources qui leur permettent de couvrir les services publics. Une réclamation que la Région de Murcie et d’Andalousie a également traité avec la Communauté de Valence pour faire front commun les trois autonomies.

« L’insuffisance des ressources est directement responsable de 85 % de la dette que la Région de Murcie a générée depuis le lancement du système de financement actuel, donc si nous ne proposons pas de solution sur le restructuration de cette dette injuste nous allons peser sur l’avenir des communautés sous-financées », a souligné le conseiller murcien.

Vous pourriez également aimer...