Naufrage sur la route baléare des pateras : 12 jours à la dérive, eau de mer potable et assisté d’un yacht

La recherche de trois personnes dans les eaux méridionales de Majorque se poursuit / Les 14 Algériens secourus expliquent comment certains compagnons ont sauté à l’eau en pensant qu’ils allaient rejoindre la côte à la nage

Le bateau de sauvetage qu'il a fait
Le bateau de sauvetage qui a effectué le sauvetage en arrivant au port.Alberto Vera

Les 14 immigrés algériens secourus dans les eaux méridionales de Majorque portaient plus de 10 jours à la dériveIls étaient déshydratés, paniqués et épuisés.

Ils avaient dû boire l’eau de la mer et trois d’entre eux ont sauté à l’eau de désespoir au milieu de la tempête qui a frappé hier la périphérie de Cabrera, la îlot inhabité où aujourd’hui les hommes disparus sont toujours recherchés.

L’histoire que l’équipage du bateau naufragé a offert aux volontaires de la Croix-Rouge qui les ont soignés sur le quai dépeint une épopée maritime qui, en l’absence du dispositif de recherche en cours et de toutes les circonstances étudiées, pourrait être devenue la plus grande tragédie jamais enregistrée. sur la route de l’immigration irrégulière algérienne.

Comme expliqué par le quatorze jeunes entre 19 et 26 ans secourus Pour les équipes de secours, ils auraient quitté les côtes algériennes, leur pays d’origine, il y a une douzaine de jours. D’autres sources impliquées dans l’appareil indiquent avoir initialement déclaré avoir été expédiées depuis sept jours.

Son histoire, au milieu de la confusion, raconte deux bateaux, l’un avec onze membres d’équipage et l’autre avec six. Ses explications suggèrent que l’un des bateaux a perdu son moteur et ses passagers sont montés à bord de l’autre bateau, Il était bondé de 17 personnes, bien que les équipes de secours n’aient trouvé qu’un seul bateau. Ils ont perdu leur chemin et la direction du bateau, un petit bateau avec un moteur hors-bord de faible puissance.

Dans leur dérive, et avec un front frisant la mer, ils ont eu un relatif coup de chance.

UNE ‘supersailer’ de 40 mètres de long qui avait quitté le port de Palma le même après-midi et naviguait à 8 milles de Cabrera, il les a repérés en pleine mer et a envoyé un avertissement radio à Salvamento Marimo.

Le yacht, appartenant à l’une des classes de voile les plus luxueuses existantes, la classe J, s’appelle ‘arc-en-ciel‘et il était parti de l’une des luxueuses marinas de première ligne du Paseo Marimo de Palma.

L’équipage du voilier, britannique, entame alors un zigzag de frontières à l’ouest de Cabrera. Ceci est prouvé par les archives publiques de la localisation satellite des navires. Dans sa manœuvre de sauvetage, il a sauvé deux personnes de l’eau, bien que les informations à ce stade restent floues.

Déshydraté

Après cinq heures de l’après-midi, avec un marge d’un peu plus de deux heures de lumière, deux canots de sauvetage et deux hélicoptères de la Garde civile ont fait le reste. Ils ont secouru des personnes qui étaient déjà dans l’eau. Le reste est resté dans le bateau à la dérive.

À leur arrivée au port, les migrants étaient désorientés, affamés, déshydratés et dévastés émotionnellement, selon la responsable de l’aide humanitaire aux immigrés aux Baléares, Marga Morcillo.

L’un d’eux il avait perdu son cousin, l’une des trois personnes qui, selon ce qu’elles ont dit, ont sauté à l’eau dans la chaleur de la tempête, avec des vagues de 2 et 3 mètres.

Bien que ce soit une hypothèse non confirmée, ils auraient pu sauter à la mer attirés par l’apparente proximité de la côte et au milieu d’une situation désespérée. Ils pensaient qu’ils seraient capables de nager jusqu’au rivage : peu probable à une distance comprise entre 5 et 10 milles. Dans tous les cas, et tant que l’opération de perquisition reste ouverte, les autorités demandent la prudence jusqu’à la fermeture du dispositif.

L’un des jeunes sauvés est toujours admis à l’hôpital aujourd’hui.

Vous pourriez également aimer...