Nias de Tenerife : Le juge maintient que Toms Gimeno a voulu condamner la mère de ses filles à « souffrir à vie »

  • Voiture Le juge, à propos de Toms Gimeno : « Il a tué les filles de manière préméditée pour causer une douleur inhumaine à la mère »
  • Toms Gimeno La Garde civile enquête sur le crime de Tenerife comme « la vengeance d’un celpata »

Ce qu’a fait le filicide de Tenerife Béatriz c’est l’expression la plus grave connue à ce jour de la violence par procuration. À tel point que le juge chargé de l’affaire s’est arrêté sur la minutie avec laquelle elle envisageait de faire subir à son ex-conjoint des souffrances extrêmes dont elle ne pourrait jamais se remettre.

Dans une voiture qui est une tempête dévastatrice et implacable de références à la stratégie de Toms, le magistrat qualifie le comportement de Toms Gimeno comme atroce. Avec une préméditation déguisée en faiblesse de l’homme rongée par les circonstances qu’il voulait transmettre, il s’est assuré de causer à son ex-partenaire une incertitude à vie sur le sort de l’homme. Anne Oui Olivier.

Il voulait élever, comme l’observe le magistrat, l’adjectif impitoyable à son expression maximale et était sur le point d’y parvenir si ce n’était des efforts de la Garde civile pour incorporer le Snar dans l’enquête. Le juge raconte au millimètre près les heures avant et après l’enlèvement et le crime des filles ainsi que les intentions de leur père.

Il les a tués de manière planifiée pour causer une douleur inhumaine à son ancien partenaire, plus qu’il ne pourrait jamais l’imaginer, conclut l’instructeur. Par ailleurs, il insiste à plusieurs reprises sur l’intention de l’homme de continuer à battre Beatriz pour la condamner, souligne-t-il, à la souffrance à vie. Délibérément – souligne-t-il – il a essayé de la laisser dans l’incertitude puisqu’il lui a dit qu’il irait dans un endroit éloigné pour commencer une nouvelle vie.

Au lieu de cela, Toms a tué les filles dans sa propre maison, les a enveloppées dans des serviettes, les a mises dans un sac poubelle et les a mises dans deux sacs à dos de sport pour les lester en mer avec l’ancre de son bateau.

Que je ne les trouverai jamais

Il était tellement obsédé par le fait que Beatriz ne retrouverait jamais ses filles que, poursuit le juge, elle a trouvé un endroit au fond de la mer où elle pensait qu’elle ne chercherait jamais à augmenter l’angoisse de sa mère. Il a caché leurs corps, après les avoir tués, au fond de la mer, choisissant des endroits éloignés de la côte et profonds où il pensait qu’ils ne seraient jamais retrouvés. Tout cela après avoir annoncé à son ex-conjoint et à son entourage proche qu’elle partait avec les filles et qu’elles ne les reverraient plus, reflète l’ordre judiciaire, avec lequel le magistrat met fin au secret de la procédure et modifie le crime contre Gimeno : deux homicides aggravés.

Un autre élément fondamental du complot de Toms que le juge a transféré à l’affaire après les preuves présentées par la garde civile de Tenerife étaient les messages qu’il avait envoyés auparavant, comme le soupçonnent les enquêteurs, de se suicider en haute mer.

Je ne peux pas permettre à mes filles de grandir sans moi, a-t-il déclaré à Beatriz après dix heures du soir depuis la proue de son bateau. Il venait de couler ses filles. Ils seront bien avec moi, j’ai assez d’argent pour vivre, répéta-t-il à son désespoir de le récupérer. Plus tard, il a dit au revoir à son père dans les mêmes termes. Désolé mais j’ai besoin de ça. Enfin être bien et comme je veux.

Traitement humiliant un an plus tôt

En outre, le magistrat abonde également dans le calvaire que Beatriz a subi dans les mois qui ont précédé l’enlèvement et la mort de ses filles. L’histoire de la tragédie remonte à il y a environ un an, lorsque la relation entre Toms et la mère des filles s’est rompue et que cette dernière a entamé une nouvelle relation amoureuse.

Depuis lors, Toms a constamment entretenu un traitement humiliant et dégradant envers son ancien partenaire, lui adressant quotidiennement des commentaires disqualifiants, offensants et scandaleux, visant notamment à la rabaisser pour avoir refait sa vie avec un nouveau partenaire, déclarant également à plusieurs reprises, que tolérer que [su nueva pareja] partager des moments avec ses filles, raconte-t-il.

Quant à la mort d’Anna et d’Olivia, le magistrat la place dans la maison de Toms Gimeno, à Igueste de Candelaria. Là, l’homme a passé une heure seul avec les filles après son retour de l’après-midi chez ses parents, dans le centre de Santa Cruz de Tenerife. Ils sont arrivés à la maison à 19h47.

A l’intérieur, poursuit la voiture, il les aurait tués de manière violente, raconte-t-il, puis les aurait enveloppés dans des serviettes et les aurait mis dans des sacs poubelles. Il les a ensuite emballés dans deux sacs de sport qu’il a transportés dans sa malle.

Toms Gimeno a également envoyé un audio à Beatriz dans lequel Olivia a demandé à sa mère, au nom de son père, de venir chez elle à 21h00 pour récupérer quelques tableaux qu’il laisserait à l’entrée. Toms a quitté la maison à 21h05 et elle est arrivée peu de temps après.

Ne les voyant pas, Beatriz l’appela. Toms s’est excusé et lui a dit qu’ils étaient sortis dîner et qu’il était tard, puis de ramener les filles à la maison. Elle l’a cru, a rassemblé les peintures et est partie.

Avec les cadavres de ses filles dans le coffre en direction du port de Santa Cruz, il a fait une halte chez ses parents pour laisser son chien, ses cartes de crédit et la possession d’une voiture de luxe qu’il venait d’acquérir.

Il a rencontré la garde civile

Une fois arrivé aux installations portuaires, il a transporté les sacs de sport avec les corps de ses filles du coffre de sa voiture à son bateau. Là, révèle l’ordonnance du tribunal, il s’est assuré de mettre du poids à l’intérieur des sacs pour les envelopper plus tard d’une housse de couette, les enchaîner et les peser avec l’ancre du navire. Il était 21 h 27 le 27 avril.

Une demi-heure plus tard, en haute mer, il a parlé avec Beatriz et l’a prévenue qu’elle ne reverrait plus les filles et qu’elles étaient déjà hors de l’île. À ce moment-là, il les avait déjà jetés par-dessus bord. Elle est allée au La gendarmerie et de là, après 22h30, il a réitéré l’appel. Sur l’insistance de Toms pour ne pas renvoyer les filles, un agent est intervenu dans la conversation, comme l’a noté la voiture. Puis, dit le magistrat, il a jeté les filles dans l’océan.

Il a manqué de batterie et est rentré au port à 23h15, date à laquelle il a rencontré un bateau du service maritime de la garde civile de Ténérife. C’est ce à quoi le juge fait référence dans sa voiture. Après avoir enfreint le couvre-feu, les agents ont sanctionné Gimeno et lui ont demandé d’amarrer son bateau dans son pantalon.

Il l’a fait et s’est ensuite rendu à sa voiture pour remettre les documents demandés par les agents. Lorsqu’il leur a remis les papiers d’identité, il leur a même demandé s’il pouvait rentrer chez eux, même si finalement, comme le précise le magistrat, il leur a dit de passer la nuit sur le bateau. A 12h27 du matin et après avoir chargé son téléphone portable, il repart en haute mer.

A 1h30 du matin, au milieu de l’océan, il a eu la dernière conversation avec Beatriz. Tous deux ont eu une longue et amicale conversation au cours de laquelle ils ont même rappelé les débuts de leur relation et les causes de leur séparation. Il lui a dit de lui amener les filles le lendemain. Le dernier message a été envoyé à 02h27.

Les enquêteurs soupçonnent que c’est à ce moment-là qu’il a sauté à la mer. Le résultat de l’autopsie d’Olivia a été publié hier. La jeune fille est décédée d’un grave œdème pulmonaire, selon l’Institut d’anatomie médico-légale de Tenerife. Cependant, les agents attendent d’autres conclusions tirées des résultats des analyses toxicologiques et biologiques qui ont été effectuées pour clarifier pleinement comment Toms Gimeno a pu les assassiner. Cette définition technique ne permet pas, pour le moment, de préciser les circonstances exactes entourant le décès puisque l’œdème pulmonaire aurait pu être postérieur à l’apport, par exemple, de quelque substance anxiolytique. Le juge étend ce résultat à la petite Anna, qu’ils recherchent toujours.

Vous pourriez également aimer...