Nous pouvons marquer le PSOE comme une ligne rouge « pour ne pas répéter la photo des Açores » s’il y a un conflit en Ukraine

Les pourpres et le bloc d’investiture critiquent l’envoi de troupes mais s’y conforment

La frégate Blas de Lezo, amarrée à l'arsenal militaire de Ferrol.
La frégate Blas de Lezo, amarrée à l’arsenal militaire de Ferrol.EFE
  • International Le ministre russe des Affaires étrangères déclare que Moscou « n’a pas l’intention d’attaquer l’Ukraine »
  • rapport graphique Ukraine : le chemin de la guerre

La dissuasion ne sera pas la ligne rouge. Malgré la réponse puissante de United We Can à l’idée de mobiliser des troupes à l’est de L’Europe  par la crise en Ukraine, le membre minoritaire du Conseil des ministres respecte les décisions adoptées par le gouvernement mais cherche à prendre ses distances avec le PSOE, qu’il prévient que la stabilité de la coalition court un sérieux risque de fracture si finalement Espagne participe activement à tout type de conflit armé.

Depuis jeudi après-midi il y a de la nervosité dans les milieux violets. Un gouvernement progressiste, pensent-ils, ne peut pas se permettre les mêmes erreurs que celles commises par José María Aznar il y a deux décennies. La photo des Açores ne se répète pas, elle se répète depuis les entrailles de la fête au même titre que le Non à la guerre résonne déjà au Conseil des ministres comme un avertissement au PSOE, auquel le violets Ils demandent réflexion et que vous réfléchissiez bien à vos décisions dans les dates à venir, qui semblent décisives pour l’avenir de l’éventuel conflit en Ukraine.

Peu de réponses ont été aussi énergiques en deux ans de législature que celle menée par Podemos et ses satellites au cours des dernières 48 heures. Une campagne contre la rage pro-USA lancée par l’ancien vice-président Pablo Iglesias et soutenue par un grand nombre de dirigeants violets. Plus tard, Podemos et IU ont publié deux déclarations dans lesquelles ils montraient leur rejet de l’envoi de troupes et appelaient à la dissolution de l’OTAN. Hier déjà, les ministres Ione Belarra et Irene Montero ont déclaré le refus de United We Can en Conseil des ministres : Nous nous engageons à éviter les manœuvres militaires dans la région. Yolanda Díaz, confinée par le coronavirus, est restée silencieuse tandis qu’une bonne partie de ses partenaires parlementaires -EH Bildu, BNG, Comproms, Mme Pas et le CUP- ont fait face et se sont joints aux critiques initiées par le violets.

Dialoguer pour résoudre la crise

Les nouvelles qui sont arrivées tout au long d’hier de Genève, Kiev ou Moscou Les tensions en Europe de l’Est se sont relâchées, ainsi qu’au Conseil des ministres, où la théorie a pris du poids selon laquelle l’Espagne parierait sur le dialogue comme solution et, tout au plus, participerait avec ses partenaires européens à la dissuasion. Un scénario possible qui ne plaît pas aux violets, mais auquel ils ne s’opposeront ni ne menaceront la santé de l’Exécutif. Conscients de l’arithmétique au sein de l’équipe gouvernementale, ils respecteront le travail de étranger Oui Défendre, mais sans cesser d’exprimer son opposition à toute solution militarisée au problème en Ukraine.

Une résistance qui, comme cela s’est produit auparavant, a été catégoriquement désavouée par la branche socialiste : la politique étrangère de notre pays, réglée par le ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares, la marque Pedro Sánchez et est déterminée chaque mardi en Conseil des ministres, où United We Can a cinq portefeuilles.

L’opposition a également déploré le manque de cohérence de l’ensemble du gouvernement. Le chef du Parti populaire, Pablo Casado, a exigé hier que les ministres de United We Can précisent s’ils soutiennent les décisions militaires du gouvernement qu’ils soutiennent eux-mêmes. De plus, le président de la populaire a demandé à la vice-présidente Yolanda Díaz de faire connaître son opinion pour savoir si elle s’associe à ses ministres, qui sont contre l’OTAN et en faveur de la Russie.

L’affrontement entre le PSOE et United We Can à ce sujet est absolu, mais pas nouveau. Sur peu de questions, les partenaires sont aussi éloignés que sur la politique étrangère. Les violets définissent clairement leur position dans leur document politique : Nous travaillerons à la construction d’un ordre international pacifique dans lequel l’Espagne et la UE se distinguent par leur rôle actif dans la recherche de solutions de dialogue aux conflits et apportent un soutien politique et financier aux processus de paix en cours. (…) Il est nécessaire de construire un nouveau schéma de sécurité collective pour l’Europe qui aille au-delà du parapluie actuel de l’OTAN et soit basé sur les intérêts de notre région. C’est-à-dire les revendications qu’ils revendiquent et défendent désormais concernant la crise en Ukraine et qui ont suscité des irritations avec le PSOE.

Des tensions qui interviennent dans un début d’année compliqué en Conseil des ministres. A quelques jours du début de la campagne électorale en Castille et Leon et tentant d’endormir la polémique sur l’élevage intensif déclenchée par Alberto Garzn, l’exécutif a plus de mal que prévu à s’assurer le soutien nécessaire pour valider la réforme du travail. En ce sens, la violets ils refusent d’utiliser la wild card Citizens -que les socialistes n’excluent pas- et exhortent à écouter et négocier avec les partenaires d’investiture pour articuler un bloc progressiste qui donne le feu vert au remodelage de l’échafaudage ouvrier.

neuf formations. Tard hier, neuf partis ont publié une déclaration commune pour éviter une nouvelle guerre : Podemos, IU, Alliance verte, In Com Podem, EH Bildu, BNG, Comproms, Mme Pas et la CUP.

plus de tension. Le déploiement de l’OTAN est perçu par la Russie, disent-ils, comme une menace militaire qui ajoute plus de tension dans une région qui a déjà trop souffert ces derniers temps.

Frein à l’inclusion de l’Ukraine. Ils demandent également d’arrêter les projets d’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, comprenant que cela implique une violation des engagements pris par cette organisation.

Vous pourriez également aimer...