Oltra, contraint de comparaître devant le tribunal pour les plaintes d’abus de mineurs sous tutelle

Casado accuse le gouvernement valencien de « cacher et d’entraver » des enquêtes comme celle qui éclabousse Oltra pour le cas de son ex-mari et demande à Snchez de « purger ses responsabilités »

M
Mnica Oltra, lors d’un événement à Barcelone.PRESSE ARABA
  • Entrevue « Monica Oltra n’est pas coupable de ce que son ex-mari a fait, mais elle a caché ma plainte »

Ce n’est pas la première fois que le président du PP, Pablo Casado, se concentre sur le cas d’abus sexuels subis par un mineur sous la tutelle de la Generalitat Valenciana et qui éclabousse directement le vice-président Monique OltraCar la personne condamnée était son ex-mari pour certains événements survenus dans un centre sous la responsabilité du Département dirigé par le chef de Comproms. Maintenant, ce lundi, Casado est allé plus loin pour demander directement au Premier ministre, Pedro Sanchez, qui « purge les responsabilités », tandis qu’Oltra elle-même a été contrainte de demander sa comparution devant les tribunaux après avoir découvert 175 autres plaintes concernant d’éventuels cas de maltraitance de mineurs.

Le chef de la populaire a ainsi réagi sur Twitter à l’interview publiée par EL MUNDO avec le témoignage de Teresa, la victime qui a subi le abus par l’ex-mari d’Oltra, sur lequel il pointe un doigt accusateur pour avoir « caché » la plainte. Marié, par ailleurs, il se fait l’écho des autres cas d’abus de mineurs protégés dénoncés tant en Communauté valencienne qu’aux Baléares, deux régions à « gouvernements socialistes ».

Le PP de la Communauté valencienne, avec Carlos Mazn en tête, a longtemps porté sur Oltra une bonne partie des critiques à l’encontre de la direction de l’Exécutif de Ximo Puig, qu’il tente d’attaquer et d’affaiblir sur ce flanc. Ciudadanos et Vox ont également rejoint cette stratégie, qui n’a toutefois pas amené le président valencien à repenser le soutien à son principal partenaire au gouvernement. Même pas maintenant que le tribunal de Valence a ordonné la réouverture de l’enquête contre quatre travailleurs du département d’Oltra pour ne pas avoir cru ou prétendument protégé Teresa lorsqu’elle a pris la décision de dénoncer son éducateur.

Cela n’a pas empêché Oltra elle-même d’insinuer publiquement que le Syndicat des Greuges – l’équivalent du médiateur valencien, dont le front est dirigé par le socialiste Angel Luna – alimente une prétendue campagne contre lui orchestrée par la droite. Pas en vain, le PP s’est appuyé sur un rapport de cet organisme officiel pour dénoncer qu’un total de 175 mineurs sous tutelle ont pu subir des abus sexuels dans la Communauté valencienne (la majorité, en dehors des centres, selon Comproms). Des sources du département d’Oltra ont précisé que toutes les plaintes pour ces cas présumés ont déjà été portées à la connaissance du procureur.

Le vice-président du Consell a demandé précisément ce lundi à comparaître au Parlement rendre compte de ce rapport qui a été effectivement préparé par son ministère et qui a ensuite été envoyé à la Sindicatura de Greuges. Il l’a fait juste après que le PP a demandé la convocation du Conseil permanent pour comparaître sur cette question Ximo Puig, qui a été sollicité à plusieurs reprises pour la tête du vice-président.

Si une institution comme la Sindicatura de Greuges est venue accuser Oltra d’entraver une enquête dans les centres pour mineurs – en dehors de ces cas d’abus sexuels – le PP a également porté l’affaire devant l’Europe. Dans la mesure où la Commission européenne enquêtera sur la gestion de la vice-présidente dans les cas d’abus de mineurs sous tutelle, y compris celle affectant son ex-mari, après avoir accepté une plainte le Commission des pétitions du Parlement européen.

En effet, Casado a déclaré ce lundi : « Face à ses manœuvres pour le cacher et faire obstruction aux enquêtes, nous continuerons d’exiger la vérité dans la Justice et l’Union européenne.

Vous pourriez également aimer...