On peut proposer de « dépolitiser » la Police au milieu des critiques pour la réforme de la ‘Gag Law’

Les ‘morados’ demandent d’aborder un « projet de réforme » de la loi sur les forces et organes de sécurité après 35 ans de fonctionnement

Émeutes à Madrid en raison de l'arrestation
Émeutes à Madrid en raison de l’arrestation du rappeur Pablo Hasl.JAVIER BARBANCHO

En pleine vague de critiques pour la réforme de la loi sur la sécurité citoyenne, Unidos Podemos a proposé ce jeudi d’« ouvrir sur la chaîne » la loi des forces et organes de sécurité de l’État pour faire face à un remodelage qui « dépolitise » la police.

Spécifiquement, violets Ils considèrent que la loi 2/1986 mérite un « projet de réforme » après avoir été en vigueur pendant 35 ans sans modifications ni mises à jour majeures. Cela a été souligné par le député Juan Antonio Delgado lors de la conférence « Tout pour le citoyen. Repenser le modèle de sécurité au XXIe siècle », organisée par la formation au Congrès des députés.

Ce n’est pas la première fois que United We peut considérer que la Police ne doit être « ni de gauche ni de droite » et que la réglementation doit être renforcée pour y parvenir. Dans leurs objectifs pour cette décennie, établis il y a quelques semaines, les violets s’engagent à « garantir les droits du travail et d’association syndicale » dans les différents organes, « en éliminant le Code pénal militaire pour la garde civile » ou « en atteignant un pourcentage de femmes dans la police, la garde civile et les forces armées d’au moins , 50% « .

« Ce sont des services publics essentiels », croient-ils en Podemos. Cependant, les syndicats de police ont manifesté ces derniers jours leur profond rejet des amendements proposés à la fois par le violets comme par le PSOE -certains ont accepté, d’autres ont présenté de manière indépendante- pour mettre fin à la loi dite Gag à travers un projet de loi conçu par le PNV, qui commence maintenant son traitement au Congrès après 40 prolongations dans la Table, où les membres du gouvernement l’a maintenu paralysé car il n’y avait pas d’accord sur la voie à suivre par la nouvelle norme.

La police, « criminalisée »

Parmi les amendements conçus par United We Can figure la suppression d’un paragraphe du règlement actuel qui permet aux forces de l’ordre d' »exiger » des personnes qui offrent des services sexuels dans les lieux publics où transitent des mineurs de « s’abstenir » de le faire dans lesdits lieux.

Aussi, sur proposition conjointe avec le PSOE, il s’engage à réduire le temps d’identification au commissariat ou à ce que des images des agents puissent être prises, à moins qu’elles ne violent leur droit à l’honneur. Les forces de sécurité sont également tenues d’avertir et d’informer clairement les manifestants avant de procéder à la dissolution d’une concentration.

Le Syndicat unifié de la police (SUP) a adressé cette semaine aux porte-parole de la Commission de l’intérieur – dont Delgado lui-même est membre – dans laquelle il a regretté que les forces de sécurité se soient senties « criminalisées » avec la réforme qui avancera bientôt au Congrès. Un plan qui, dénoncent-ils, laisse les agents dans un état « d’insécurité juridique », pour lequel ils demandent aux porte-parole d’arrêter cette réforme avant qu’elle ne cause des « dommages irréparables ».

Des termes similaires ont été exprimés depuis Jupol. Le syndicat majoritaire de la Police nationale qualifie de « manque de finalité inadmissible » le texte qui vise à modifier l’actuelle Loi sur la sécurité citoyenne et met en garde contre le « risque grave » qu’il fait peser sur les forces de sécurité et leur environnement.

Comme eux, le Syndicat professionnel de la police (SPP), qui dénonce l' »indéfense » à laquelle les agents seront confrontés dans leurs actions après l’approbation de cette réforme. Aux yeux de ce syndicat, majoritaire dans les rangs du commandement, la Police perdra le respect du principe d’autorité. « Cela donne un faux message d’impunité », disent-ils de la Confédération espagnole de la police (CEP), qui a également manifesté ces derniers jours sa désapprobation.

Vous pourriez également aimer...