Pablo Casado appelle Pedro Snchez pour exprimer son soutien à l’Ukraine et lui demande de comparaître au Congrès

Après huit mois sans parler de rien, et voyant qu’il n’allait pas lui téléphoner, le chef du PP prend l’initiative de régler la crise avec la Russie

Pierre S
Pedro Sánchez et Pablo Casado, en octobre dernier à Cuacos de Yuste.arbalétriersEPE
  • Crise ukrainienne Pedro Sánchez n’envisage pas d’appeler Pablo Casado et ne lui a parlé de rien depuis huit mois
  • Podcast L’Ukraine depuis l’Espagne : Quel est notre rôle réel ?

Puisque le téléphone ne sonnait pas et n’allait pas sonner, Pablo Casado a franchi le pas et a appelé le Premier ministre, Pedro Sánchez, ce mercredi pour faire face à la crise en Ukraine sous la menace d’une invasion russe. Le leader de l’opposition a entériné le soutien du PP dans cette affaire, qu’il a déjà verbalisé jeudi dernier, et lui a demandé de comparaître au Congrès.

Cela faisait huit mois que Sánchez et Casado n’avaient eu de conversation sur aucun sujet. La dernière conversation remonte à mai 2021 et, comme maintenant, elle a eu lieu à l’initiative du chef du PP, qui a alors téléphoné en raison de la crise provoquée à Ceuta après que le Maroc a facilité l’entrée illégale de milliers de personnes.

Des sources génoises soulignent que Casado a une fois de plus pris l’initiative de le qualifier de « responsable » car ils comprennent que la situation en Ukraine est « une affaire d’État », dans laquelle le gouvernement et l’opposition doivent aller de pair.

La conversation a duré environ 25 minutes. Dans une brève note, le PP a rapporté que Casado « a réitéré tout le soutien du PP pour exercer ses obligations dans le cadre de l’OTAN ». Cependant, il a également exigé qu’il gère « une plus grande transparence » dans cette crise, lui demandant expressément de tenir compte de la demande du PP de se présenter au Congrès pour informer les groupes politiques et tous les citoyens.

De Moncloa, ils rapportent que Sánchez a « remercié » Casado pour son soutien et que le président a déclaré que la « priorité » passe par « la dissuasion et la désescalade par la diplomatie ».

Ainsi, il a expliqué que la position de l’Espagne « est basée sur la garantie du principe de la légalité internationale, qui implique le respect de l’intégrité territoriale des nations, comme c’est le cas avec l’Ukraine ». Pour cela, Sánchez lui a dit que les outils nécessaires sont « l’unité au sein de l’Union européenne, ainsi que la coordination de l’UE avec l’OTAN pour garantir un dialogue exigeant avec la Russie ».

C’est précisément « l’unité d’action » que Casado a également demandé à Sánchez, mais au sein de la coalition gouvernementale entre le PSOE et United We Can. Comme l’a détaillé le PP, son leader a souligné « l’importance » de ce qui se passe, comme cela se passe « dans le reste des pays européens ». « A cet égard, il a également offert le soutien et l’expérience du Parti populaire au niveau international », indique la note.

Des sources de la Moncloa ont indiqué que Sánchez a assuré à Casado que le gouvernement tiendra les groupes parlementaires « ponctuellement informés » par l’intermédiaire du ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares, comme il l’a été jusqu’à présent, et qu’il n’assumera cette fonction que lui-même  » si les circonstances l’exigent. Autrement dit, si la crise s’aggrave.

Sánchez demande l’abstention dans la réforme du travail

Profitant du dégel de la communication entre le président et le chef de file de l’opposition, la conversation s’est donnée d’elle-même pour aborder d’autres sujets brûlants d’aujourd’hui : la réforme du travail et la gestion des fonds européens.

Sánchez a expressément demandé au leader du PP de soutenir ou au moins de s’abstenir lors du vote au Congrès pour valider la réforme du travail. C’est une question sur laquelle le PP réitère qu’il votera contre car il s’agit d’une « contre-réforme » de sa loi de 2012. Le Gouvernement peine à obtenir les voix de ses partenaires et une abstention du PP serait définitif afin que l’accord entre les employeurs et les syndicats avec le gouvernement soit approuvé.

Face à la demande de Sánchez, Casado a répondu que son alternative était de donner une plus grande flexibilité au marché du travail en incorporant le « sac à dos autrichien ».

De même, Sánchez a réprimandé Casado pour la question des fonds européens. Selon la Moncloa, le président lui a demandé « d’arrêter de remettre en question la gestion » que l’exécutif fait de cet argent. « Le gouvernement comprend que la réponse de la Commission européenne devrait être suffisante et que la stratégie suivie jusqu’à présent par le PP ne fait que nuire à l’image de l’Espagne », ont déclaré des sources gouvernementales.

En revanche, Casado a insisté sur la nécessité de créer une agence indépendante pour assurer la transparence et la bonne gestion de la distribution de l’argent européen. C’est la même demande que le leader du PP lui a transmise il y a un an et demi lors de la dernière réunion qu’ils ont tenue ensemble.

Vous pourriez également aimer...