Pablo Casado se réaffirme dans la polémique sur Santiago Abascal : « Le PP n’a jamais levé les cordons sanitaires »

Le président du PP appelle ses coreligionnaires à ne pas se laisser distraire par la polémique sur la désapprobation du leader de Vox

Teodoro Garc
Teodoro Garca Egea et Pablo Casado.EFE
  • Ceuta Vox présente une initiative pour révoquer la déclaration de persona ‘non grata’ à Abascal
  • Politique Le PP ne voit pas sa relation avec Vox rompue mais craint qu’ils ne forcent les élections en Andalousie

« Le Parti populaire n’a jamais levé cordons sanitaires il n’a pas non plus diabolisé aucun leader démocrate ; nous exigeons juste une politique responsable et étatique sur les questions fondamentales. »

Le président du PP, Pablo Casado, a évoqué mardi la crise politique à Ceuta pour la première fois depuis que Santiago Abascal a été déclaré personne vendredi non gratuit à l’Assemblée de la ville autonome. Bien qu’il l’ait fait sans citer explicitement le président de Vox, qui a annoncé qu’il romprait les relations avec le PP pour s’être abstenu lors de ce vote.

« Nous appelons à fédérer le vote autour d’une option gouvernementale sensée, modérée, efficace, réformiste et transversale, et dotée de l’expérience internationale nécessaire pour répondre aux défis au Maghreb », ainsi qu’en Amérique et en Europe, a-t-il ajouté. Cette vision du PP est, selon lui, « le meilleur vaccin contre le populisme », contrairement à Vox.

C’est ce qu’a indiqué le leader du PP lors de sa participation télématique au séminaire Le centre droit face à la menace populiste, après avoir dû reporter le voyage qu’il avait prévu d’effectuer à Bogota (Colombie) en raison des restrictions liées au Covid-19 qui obligent les voyageurs sur les vols en provenance de ce pays à maintenir une quarantaine de 10 jours à leur arrivée en Espagne.

Casado a insisté sur le fait que son parti doit « faire face à la division politique des forces modérées et du centre-droit ». « Aujourd’hui, par exemple, le PP en Espagne est clairement en tête des sondages déjà 30 à 40 sièges au-dessus du PSOE », a-t-il souligné, se félicitant du fait que sa formation est « en mesure de fédérer toute l’alternative à Sanchez ».

« Cette union et cette alternative, je pense, c’est ce que nous devons faire tous les pays face aux ennemis de la liberté », a déclaré le président du PP.

Feijo tempère les esprits

D’autre part, le président de la Xunta de Galicia, Alberto Nez Feijo, a assuré que, « avec un caractère général », il n’aime pas déclarer les gens pas gratas aux dirigeants, mais il a précisé que, dans le cas de Ceuta, le PP « n’a pas encouragé ou proposé » de le faire avec le dirigeant de Vox, et a souligné que tout comme « il n’est pas bon d’entrer dans des disqualifications personnelles à n’importe quel politicien », il n’est pas « exagéré » cette déclaration.

Cela a été déclaré dans des déclarations aux médias, comme indiqué Europe Presse d’A Gudia (Ourense), après avoir été interrogé sur la controverse. Feijo a défendu que, de son point de vue, « cela n’a pas une plus grande pertinence » et « dépasse la pertinence » de cette affaire, conformément à ce qui « probablement » est « intéressé » par Vox, mais ne suppose pas « son premier problème ou préoccupation politique « pour tous les citoyens.

Cela dit, il a rappelé quand Mariano Rajoy a été déclaré personne non gratuit dans sa ville, Pontevedra, étant président du Gouvernement et avec l’appui au niveau local des deux formations à la tête du Consistoire (BNG et PSOE).

« Nous laissons normalement cela aux nationalistes et à la gauche », a déclaré le leader galicien, pour qui donner ce type de cas est « généralement » une « erreur ».

Vous pourriez également aimer...