Pablo Iglesias, à propos de Pablo Hasel en 2014: « J’aimerais qu’il y ait des lois pour juger des gens comme ça »

Le déjà leader de Podemos a demandé des conséquences juridiques pour exaltation de la violence précisément dans le cas du rappeur

Pablo Iglesias, hier, dans la galerie du Congrès.

Pablo Iglesias, hier, dans la galerie du Congrès.
EFE

  • Pablo Hasel.

    Podemos évite de condamner les émeutes et le porte-parole du gouvernement soutient Pablo Echenique après les avoir encouragés

  • Réactions.

    Le PP demande à Sanchez de renvoyer Iglesias et demande au procureur d’enquêter sur Pablo Echenique pour avoir « encouragé » les émeutes

Pablo Iglesias a exprimé son profond mépris pour les manifestations et les attitudes violentes de Pablo Hasel dans une interview en 2014 et, en outre, a déclaré à cet égard qu’il « aimerait » avoir « des lois pour pouvoir juger les gens avec cela » pour quoi il a dit.

La vidéo avec ces déclarations du deuxième vice-président a maintenant été viralisée sur les réseaux sociaux contrairement à la défense totale qu’Iglesias et son parti, Podemos, font du rappeur après son entrée en prison après avoir été condamné pour glorification du terrorisme. Le match violet défend que ses manifestations s’inscrivent dans le cadre de la liberté d’expression et a demandé une réforme urgente des lois qui régissent l’exaltation du terrorsimo et les insultes à la Couronne, en plus d’exiger le pardon.

L’interview remonte à 2014, alors qu’il était déjà le chef de Podemos. Dans celui-ci, l’invité de l’émission précédente a enregistré une question pour l’interviewé suivant. C’est alors que Pablo Hasel apparaît et formule ce qui suit: « Si vous pouviez tuer Juan Carlos de Borbn, Amancio Ortega ou Aznar. Qui tueriez-vous des trois? »

La réaction d’Iglesias est éloquente. «Mon Dieu, personne», dit-il avec colère. « Je ne veux tuer personne et, en outre, je méprise profondément ceux qui transforment la politique en une question de haine personnelle et transforment leur excitation narcissique en quelque chose à voir avec la politique. La vie humaine est suffisamment sérieuse pour ne pas formuler de questions de ce type de qui tuera », approfondit.

Mais cela va plus loin et entre dans le caractère de telles manifestations. «J’aimerais qu’il y ait des lois pour pouvoir juger des gens comme celui-ci avec un processus équitable, avec toutes les garanties», dit-il. Une phrase qui est celle qui circule dans les réseaux en raison de la contradiction avec sa position actuelle sur la glorification du terrorisme.

Pour conclure, le chef de Podemos insiste sur son mépris pour Hasl. « Avec ces gens qui ne m’approchent même pas, laissez-les s’occuper d’autres choses, nous ne voulons rien avoir à voir avec des gens dont les problèmes ne sont pas politiques, ils sont psychiatriques. »

Vous pourriez également aimer...