Pablo Iglesias accentue ses divergences avec Yolanda Díaz à cause du « large front » que prépare le vice-président

L’époque et le rôle de United We Can dans la nouvelle plate-forme politique provoquent des désaccords

Pablo Iglesias, samedi avec Isa Serra, dans un acte à Madrid.
Pablo Iglesias, samedi avec Isa Serra, dans un acte à Madrid.Kiko HuescaEFE
  • Partenaires de la coalition Le PSOE est sur ses gardes pour désactiver Yolanda Díaz et capitaliser sur toute l’action du gouvernement
  • Politique Ada Colau s’engage à intégrer son parti dans un nouveau « sujet politique » dirigé par Yolanda Díaz

Pablo Iglesias « pense », Yolanda Díaz « gouverne ». L’ancien deuxième vice-président et son successeur ont montré des divergences publiques ces derniers jours à la suite du projet que le ministre du Travail tisse pour être candidat en 2023, et dans lequel le rôle que jouera Podemos reste inconnu et sujet à débat. .

La plateforme a eu son « starting gun » il y a une semaine à Valence, dans un acte de Díaz avec Mónica Oltra, Ada Colau et Mónica García, entre autres, et a vécu hier un deuxième épisode important de Barcelone. Podemos n’a pas assisté à l’événement à Valence et a eu une deuxième présence finale hier.

De son rôle de talk-show, Iglesias a exprimé des positions contradictoires avec celles soulevées par Díaz sur des questions telles que les échéances de la nouvelle marque politique, la stratégie de communication ou le poids de Podemos dans celle-ci. Quelques conseils, plaintes ou contributions que le vice-président semble ignorer.

Les « temps » ont fait l’objet de nombreuses discussions au cours de la semaine dernière. Iglesias a exhorté Díaz à « fermer bientôt » les accords avec d’autres formations, ce que l’équipe du vice-président a rejeté. « Le projet ne va pas encore démarrer », disent-ils. Il y a quelques semaines, les secteurs de l’assurance-chômage ont également été invités à marquer le calendrier. Díaz répond à toutes ces voix qu’elle est immergée dans « gouverner, gouverner et gouverner ». Son avenir imminent est marqué par la réforme du travail, dont il veut être le grand héritage de son temps au Travail, et il évite d’entrer dans la « spéculation ». Toujours sur la théorie – également formulée par Iglesias – que Pedro Sánchez, face à la menace de Díaz et à l’irruption dans les sondages du Espagne Vidé, pourrait faire avancer les élections.

Iglesias justifie cette précipitation comme une recommandation de ne pas laisser les flancs découverts et d’avoir le contrôle du lancement de la plate-forme, à un moment d’énorme demande médiatique, qui a surpris à la fois Podemos et l’entourage de Díaz. Cependant, force est de constater qu’en principe, plus le temps s’écoule entre le départ d’Iglesias et la présentation de la nouvelle marque, plus Díaz gagnera en capacité à imposer sa thèse et plus la position de Podemos restera faible, désormais hégémonique. fête dans cet espace.

L’acte à Valence a dépassé les attentes, mais la vice-présidente tient à conduire au millimètre près la gestion de la naissance d’un projet dont le coming-out n’a pas de date, en même temps qu’elle prétend mettre fin aux deux années restantes de la législature.

Iglesias a quitté la politique en mai dernier après sa candidature frustrée aux élections de Madrid au cours desquelles Isabel Díaz Ayuso a balayé. Dans ses adieux, il a désigné Díaz comme son successeur dans United Podemos et dans la deuxième vice-présidence du gouvernement, tandis que Ione Belarra a été élu secrétaire général de Podemos.

Les équilibres entre les différents partis seront le grand casse-tête du futur candidat -sauf surprise-, comme ils l’ont d’ailleurs toujours été à Podemos, qui a subi de nombreux conflits internes et diverses ruptures. L’un des défis de Díaz est, en effet, de s’unir à nouveau dans une candidature pour United We Can with More Country, le parti qu’Íñigo Errejón a fondé après avoir quitté Podemos.

Plus de présence de Podemos

Podemos a publiquement exigé plus de présence sur scène avec Díaz, après qu’Iglesias a reconnu qu’il aurait été « ravi » d’avoir Belarra et Irene Montero à Valence. «Est-ce que cela aurait été mieux si quelqu’un de Podemos avait été et Mónica Oltra et Mónica García avaient décliné l’invitation? Non. Podemos a déjà fait son pari et elle s’appelle Yolanda Díaz », a écrit Juan Carlos Monedero pour refroidir l’impolitesse.

Dans Podemos, il est justifié qu’Iglesias donne simplement son opinion, mais personne n’est conscient que ses paroles tentent de plus en plus de marquer la voie à Díaz. La semaine dernière, et contrairement à ce que Díaz a exprimé, Iglesias a averti que les partis doivent avoir « un rôle décisif » dans le « front large » et a demandé que « tous les espaces et les dirigeants se sentent à l’aise et respectés ».

Comme si cela ne suffisait pas, il s’est approfondi face à la tentation de Díaz d’avancer sans le poids des partis : « Il y a une conscience très claire à gauche que ce que Manuela Carmena a essayé à l’époque – nous pouvons y parvenir sans les politiciens des partis – il est clair que cela n’a pas fonctionné et ce n’est dans la tête de personne ».

Podemos dit garder une confiance totale dans le vice-président, mais en même temps il prétend tenir compte des conseils d’Églises. « Quand il donne son avis, il faut l’écouter très attentivement », a déclaré Pablo Echenique, en pleine révélation de contradictions. « Mais c’est Yolanda Díaz qui décide des temps. »

Vous pourriez également aimer...