Pedro Sánchez a favorisé sa relance électorale pour la réforme du travail sans même avoir le soutien de ses partenaires

Élections Castille et León 2022

Le gouvernement précipite la négociation avec ERC et PNV, qui continuent de la rejeter quelques jours après le vote au Congrès

Pierre S
Pedro Sánchez, dans un acte à La Moncloa la semaine dernière.AFP
  • Manifestation Le monde rural s’insurge contre le Gouvernement : « Nous n’allons pas permettre à certains ‘mangeurs de laitue’ d’imposer leurs critères aux gens qui travaillent et transpirent »
  • Analyse La réforme du travail devient une bataille politique : « Yolanda Díaz a le problème »

Les perspectives électorales en Castille-et-León pour le PSOE n’indiquent pas exactement une voie vers la victoire, comme cela s’est produit en 2019. Bien au contraire, elles montrent une force du PP, qui a de nombreuses possibilités de pouvoir gouverner avec Vox ou même seul. La démoscopie indique une érosion croissante du Gouvernement, qui n’est pas capable de rentabiliser son action politique à partir du Conseil des ministres. Compte tenu de ces circonstances, Pedro Snchez et le PSOE veulent faire un drapeau des mesures économiques pour tenter de prendre son envol. Réforme du travail, croissance de l’emploi, ERTÉ ou le salaire minimum sont les arguments utilisés par les socialistes pour gagner la confiance de l’électorat. Une circonstance qui suscite suspicion et ironie dans le secteur United We Can, puisqu’il s’agit de mesures dirigées par la vice-présidente Yolanda Daz.

L’Espagne grandit et crée des emplois, la création d’emplois se consolide, nous avons augmenté le salaire minimum, nous avons approuvé la réforme du travail, la réforme dont nous avons besoin pour faire face à la croissance que l’Espagne va connaître dans les années à venir… Ces sont quelques-unes des phrases que les membres de la gouvernement du secteur socialiste ces derniers jours, essayant de renforcer cette vision de croissance et de relance économique. Ils ont un problème avec tout ce qui concerne le travail, ils ironisent de United We Can quand ils voient comment le PSOE utilise certains de ses drapeaux pour tenter de récupérer le chemin électoral perdu en Castille et León et dans le reste du Espagne.

Il y a quelques jours, Pedro Sánchez a transféré l’ordre au PSOE de s’engager dans la réforme du travail, de mener une campagne médiatique et politique pour vanter les bienfaits de cette mesure, qui est cependant aujourd’hui rejetée par ses partenaires de gouvernance, les nationalistes de l’ERC. , PNV et Bildu. Le président du gouvernement favorise une grande partie de la législature pour que le Congrès approuve la mesure dans les premiers jours de février, mais il se heurte à une énorme résistance de la part du reste des groupes parlementaires.

Nous défendons la réforme du travail dans tout notre pays car c’est une réforme nécessaire qui donne de la dignité aux travailleurs, c’est une bonne réforme pour l’Espagne, fait valoir le PSOE. L’accent est mis sur le fait que toutes les interventions de leurs porte-parole, postes, sénateurs ou députés ont eu pour protagoniste la réforme du travail et la vente de cette mesure.

Cette stratégie du PSOE est vue avec le sourire et l’ironie du banc United We Can. Le PSOE a tenté de monopoliser la réforme du travail depuis le début, des sources gouvernementales de l’État, qui affirment que les socialistes ont tenté de retarder la négociation de cette mesure et ce n’est que dans les derniers bars qu’ils y ont pénétré pour influencer, un fait qui a déjà provoqué une confrontation retentissante entre Yolanda Díaz et Nadia Calvio.

Unis, nous pouvons nous rappeler que ce sont toutes des mesures dirigées par Yolanda Daz

Sánchez considère que l’approbation de la réforme du travail est un tournant dans la législature car il s’agit d’une initiative visant à remodeler le marché du travail pour les années à venir. Et il veut utiliser l’approbation des syndicats et des hommes d’affaires comme gain politique. C’est pourquoi, afin de rendre visible cette union, différents responsables du PSOE se réunissent ces jours-ci dans toute l’Espagne avec les représentants de l’UGT et du CCOO et avec les hommes d’affaires, transférant la position du gouvernement de ne pas toucher à une virgule du texte convenu . Le gouvernement considère qu’une norme approuvée dans le cadre du dialogue social pourrait être un coup de pouce pour l’Europe vers l’électorat et les classes populaires.

United We Can partage cette position de placer l’approbation de la réforme du travail comme une priorité absolue pour le moment et travaille dur pour obtenir l’approbation des partenaires d’ERC, Bildu et PNV. Cependant, les sources consultées ne peuvent éviter de reprocher à la partie socialiste du gouvernement que les succès que présume Sánchez sont des mesures qui leur coûtent à valider. Ils ont un problème, résumé de United We Can. si vous souhaitez capitaliser sur ces mesures, la logique est que vous les souteniez dès le départ. Nous n’avons aucun problème à ce que Sánchez vende les mesures que nous promouvons, mais à de nombreuses reprises, ce sont eux-mêmes qui ont retardé leur approbation.

Le président limite sa présence en Castilla y León pour ne pas subir d’usure

Les élections en Castilla y León seront le premier test décisif pour voir si cette appropriation de mesures telles que la réforme du travail ou la croissance de l’emploi ont un effet sur la reprise de Pedro Sánchez. En tout état de cause, la stratégie des socialistes lors de ces élections sera très différente de celle qu’ils ont menée lors des dernières tenues au La communauté de Madrid. Malgré le fait que le candidat du PP, Alfonso Fernndez Maueco, cherche un nouveau face à face avec Sánchez, ils ont décidé de ne pas entrer dans le torchon compte tenu du résultat qu’ils ont eu avec Isabel Daz Ayuso.

Le leader socialiste participera à la campagne électorale, reste à savoir si en quatre ou cinq actes, mais il sera sûrement aux cérémonies d’ouverture et de clôture et il a prévu de visiter au moins les provinces de Soria, Valladolid, Léon Oui Zamora, comme l’a confirmé le PSOE en Castille-et-León.

On ne veut donc pas que le président du gouvernement joue le rôle principal dans la campagne électorale, mais plutôt qu’elle soit dirigée et dirigée par son candidat, Luis Tudanca. De Ferraz, ils répètent que toutes les positions du PSOE vont être renversées, et il est certain que des députés, des sénateurs, des ministres et des membres de l’exécutif fédéral défileront en Castille-et-León pour soutenir leur candidat et que ce n’est pas seulement le président du gouvernement qui attire l’attention, afin d’éviter une exposition et une usure supplémentaires.

Vous pourriez également aimer...